L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Les sites Internet

SouthScan
ANC
Treatment Action Campaign
COSATU
Parti communiste sud-africain

Tous les sites >>>

Afrique du Sud

1 219 912 km²
42 718 530 habitants
Capitale : Pretoria (Le Cap : capitale législative ; Bloemfontein : capitale judiciaire)
Langues officielles : Afrikaans, Anglais, Ndebele, Pedi, Sotho, Swazi, Tsonga, Tswana, Venda, Xhosa et Zoulou


Cliquez sur la carte pour agrandir (232.7 ko)

Courtesy of The General Libraries, The University of Texas at Austin


Les derniers articles

Afrique du Sud 2019 : élections, promesses et déceptions. Et 2020 ?
La crise de l’eau, un enjeu politique en Afrique du Sud
Femmes d’Afrique du Sud, une histoire de résistance
Corrompus et corrupteurs, une liaison sud-africaine sans fin
L’Afrique du Sud à la recherche d’une transition énergétique juste
Quand un riche croate est accusé d’escroquerie par un syndicat sud-africain
L’armée contre les gangs des les banlieues du Cap
Le beurre et l’argent du beurre ou comment écrémer les ressources de l’Etat sud-africain
Les enfants étrangers sans papiers en Afrique du Sud
Zama-zamas ou la malédiction des mines
Les Banyana Banyana et le monde du football
Un tiers des domestiques sud-africaines n’ont pas droit à l’assurance chômage
Le président Cyril Ramaphosa a formé son gouvernement
Cyril Ramaphosa, l’homme de l’Aube nouvelle
L’ANC envers et contre tous
Afrique du Sud : les femmes et les élections
Afrique du Sud : des élections pour défendre la liberté d’expression !
Non merci pas de titane, nous préférons les requins !
Elections en Afrique du Sud : des candidats au-dessus de tout soupçon ?
Jacob Zuma et les services secrets sud-africains : un rapport explosif

Tous les articles >>>



Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les dernières brèves

Mandat d’arrêt pour l’ancien président Jacob Zuma

Le tribunal de Pietermariztburg vient d émettre un mandat d’arrêt pour Jacob Zuma qui au lieu de répondre à la demande de comparution à envoyer un certificat médical. Ce mandat d’arrêt est valable jusqu’au 6 mai, date à laquelle son procès pour corruption, fraude, racket concernant l’achat d’armes pour rénover les forces armées sud-africaines, le fameux « Arms deal », doit reprendre. Ce procès maintes fois retardé concerne aussi la compagnie d’armement française Thalès accusée d’avoir versé une rente annuelle de 500 000 rands à Jacob Zuma pour qu’il assure « la protection politique » de Thalès contre toute enquête concernant la vente d’armes. Le certificat médical fourni par l’avocat de Jacob Zuma n’a pas convaincu la juge Pillay qui a qualifié ce papier tamponné par un hôpital militaire de « soi disant certificat médical » car il ne porte ni date, ni le nom du médecin, ni la maladie dont souffre le patient. L’avocat a dénoncé la brutalité de la justice envers son client, ce à quoi la juge a rétorqué que « Ce que le tribunal demande ce sont des preuves. Une preuve authentique, fiable que Monsieur Zuma est vraiment malade et n’est pas capable de se présenter devant le tribunal ». La défense de Jacob Zuma avait déjà avancé l’excuse de la maladie du président en affirmant qu’il était à l’étranger pour un traitement médical, mais toujours sans apporter la moindre preuve. .

Jacob Zuma trop malade pour témoigner devant la commission Zondo

Après de multiples reports d’audience pour des raisons de santé, les avocats de Jacob Zuma ont fait savoir au juge Zondo, que leur client est trop malade pour venir témoigner devant la commission qui a repris ses travaux mardi 14 janvier. Le juge Zondo demande à rencontrer l’équipe médicale de l’ancien président pour comprendre la nature de cette maladie qui lui interdit d’apporter des éclaircissements sur les faits qui lui sont reprochés. Selon ses avocats il serait soigné en Afrique du Sud et à l’étranger. Plusieurs anciens ministres, Barbara Hogan, Nhlahla Nene, Pravin Gordon et Ngoako Ramatlhodi ont accusé Jacob Zuma de multiples actes de fraudes et corruption. La colonelle responsable de l’aéroport militaire de Waterkloof, réquisitionné pour les invités du mariage d’une fille Gupta en 2013, a expliqué devant la commission comment le chef du protocole présidentiel lui avait ordonné de préparer l’atterrissage des multiples avions et hélicoptères qui transportaient les invités.

Toutes les brèves >>>




© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP