L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Les sites Internet

SouthScan
ANC
Treatment Action Campaign
COSATU
Parti communiste sud-africain

Tous les sites >>>

Afrique du Sud

1 219 912 km²
42 718 530 habitants
Capitale : Pretoria (Le Cap : capitale législative ; Bloemfontein : capitale judiciaire)
Langues officielles : Afrikaans, Anglais, Ndebele, Pedi, Sotho, Swazi, Tsonga, Tswana, Venda, Xhosa et Zoulou


Cliquez sur la carte pour agrandir (232.7 ko)

Courtesy of The General Libraries, The University of Texas at Austin


Les derniers articles

Le beurrent l’argent du beurre ou comment écrémer lesressources de l’état sud-africain
Les enfants étrangers sans papiers en Afrique du Sud
Zama-zamas ou la malédiction des mines
Les Banyana Banyana et le monde du football
Un tiers des domestiques sud-africaines n’ont pas droit à l’assurance chômage
Le président Cyril Ramaphosa a formé son gouvernement
Cyril Ramaphosa, l’homme de l’Aube nouvelle
L’ANC envers et contre tous
Afrique du Sud : les femmes et les élections
Afrique du Sud : des élections pour défendre la liberté d’expression !
Non merci pas de titane, nous préférons les requins !
Elections en Afrique du Sud : des candidats au-dessus de tout soupçon ?
Jacob Zuma et les services secrets sud-africains : un rapport explosif
L’Anc n’oublie pas les femmes pour les prochaines élections, et après ?
L’ ultra droite mondialisée aime l’Afrique du Sud
Eskom, le géant électrique sud-africain, broie du noir
Commission Vérité et Réconciliation : un travail inachevé
Cafouillage diplomatique en Afrique du Sud
2019 : année électorale, l’ANC à la reconquête de son électorat
Rhinos et ormeaux : le braconnage qui rapporte gros

Tous les articles >>>



Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les dernières brèves

Sale temps pour le Président Ramaphosa

Les derniers chiffres du chômage sont un souci de plus pour le président sud-africain : 29%, soit un taux presque aussi élevé qu’en 2008 quand il atteignait 29,3%. Ce sont les jeunes qui font les frais de la stagnation économique : plus d’un jeune sur deux ne trouve pas d’emplois. La croissance stagne à 2% alors qu’il faudrait au moins qu’elle arrive à 5% du PIB pour répondre aux besoins. Les transports et les mines continuent à licencier, sans que d’autres secteurs puissent absorber ces nouveaux chômeurs. La promesse de créer 250 000 emplois par an reste un vœu pieux et les syndicats ont mis en garde sur une explosion sociale. En plus des mauvaises nouvelles sur le front économique et social, les divisions au sein de l’ANC pourraient provoquer une crise politique sans précédent.

La loi et la pratique ou la réalité de l’IVG pour les femmes sud-africaines

Le droit à l’interruption volontaire de grossesse est reconnu depuis 1997 pour toutes les femmes d’Afrique du Sud, mais trop de femmes ont encore recours à des avortements clandestins. La loi est nécessaire mais insuffisante sans dispositions pratiques. Le manque d’information sur l’existence de la loi est une des causes poussant les femmes à avoir recours à des avortements illégaux dans des conditions sanitaires déplorables. Amnesty International SA pointe du doigt l’absence de références claires et précises sur le site internet du ministère de la santé. Trouver un hôpital ou une clinique qui pratique l’IVG est un autre obstacle. En 2016, le Ministère de la Santé indiquait que sur 38880 établissements, 505 pouvaient pratiquer une IVG, mais en fait ce nombre se réduit à 197 selon une ONG qui a établi une carte de centres où la pratique de l’IVG légale et en toute sécurité est une réalité. Si l’on ajoute le droit « à la clause de conscience » des médecins, les difficultés de transport pour aller dans une clinique en zone rurale, les femmes sud-africaines ont encore bien des obstacles à abattre pour que leurs droits reproductifs soient respectés

Toutes les brèves >>>




© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP