L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Les sites Internet

SouthScan
ANC
Treatment Action Campaign
COSATU
Parti communiste sud-africain

Tous les sites >>>

Afrique du Sud

1 219 912 km²
42 718 530 habitants
Capitale : Pretoria (Le Cap : capitale législative ; Bloemfontein : capitale judiciaire)
Langues officielles : Afrikaans, Anglais, Ndebele, Pedi, Sotho, Swazi, Tsonga, Tswana, Venda, Xhosa et Zoulou


Cliquez sur la carte pour agrandir (232.7 ko)

Courtesy of The General Libraries, The University of Texas at Austin


Les derniers articles

Le Parti communiste d’Afrique du Sud a cent ans
Cyril Ramaphosa peut-il redonner confiance dans le gouvernement dirigé par l’ANC ?
Jacob Zuma en prison et après ?
Jacob Zuma en prison : le début de la fin ?
Une constitution pour tous les Sud-Africains
Dulcie September et le Président Macron
Covid 19 : des comptes d’apothicaire
Le Congrès national africain a 108 ans et beaucoup de problèmes
Transport routier sud-africain dans la tourmente
Deon Meyer, La Proie, le polar politique de la rentrée
Covid-19 et l’Afrique du Sud : pas comme avant, mais quel après ?
Donner à manger aux plus vulnérables et imaginer l’après
Jeux, luxe et volupté : fin de partie pour le roi de Sun City
Afrique du Sud 2020 : budget d’austérité ou d’équilibre ?
Afrique du Sud 2019 : élections, promesses et déceptions. Et 2020 ?
La crise de l’eau, un enjeu politique en Afrique du Sud
Femmes d’Afrique du Sud, une histoire de résistance
Corrompus et corrupteurs, une liaison sud-africaine sans fin
L’Afrique du Sud à la recherche d’une transition énergétique juste
Quand un riche croate est accusé d’escroquerie par un syndicat sud-africain

Tous les articles >>>



Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les dernières brèves

When they came for me, The hidden diary of an apartheid prisoner

When they came for me, The hidden diary of an apartheid prisoner John R Schlapoberski Editions Berghahn avril 2021

Il a fallu beaucoup de temps avant que l’auteur publie le journal qu’il avait tenu secrètement pendant les 55 jours de sa détention. Arrêté parce que soupçonné d’être un opposant au régime, d’avoir des amis noirs, et des lectures subversives, le cauchemar a commencé le vendredi 13 juin 1969. Pendant cinq jours, obligé de se tenir pied nu sur une brique, John Schlapoberski a été privé de sommeil, soumis aux questions de ses bourreaux qui se relayaient jour et nuit. Un des tortionnaires exaspéré par son silence lui dira « Mr Schlapoberski, ici ce n’est pas l’Algérie avec sa réserve sans fin de terroristes de la Casbah. Les Français n’avaient aucune chance de contrôler les Arabes là-bas. Mais ils nous en ont appris assez pour contrôler notre population ici ». Des membres de la sécurité sud-africaine sont allés en Algérie apprendre les techniques de torture, comme la privation de sommeil infligée à ce jeune sud-africain. Un livre témoin des liens entre la France et le régime d’apartheid.

L’année universitaire commence par un drame

La police a tiré pour disperser les étudiants qui manifestaient et un passant, un homme de 35 ans a été tué. Les étudiants manifestaient pour protester contre le retard du versement des bourses, les difficultés pour s’inscrire à l’université et la multiplication des difficultés liées à la pandémie du Covid. L’émotion est vive dans tous le pays et les campus universitaires se mettent en mouvement les uns après les autres. Les revendications vont de l’annulation des dettes étudiantes à la démission du ministre des universités Blade Nzimande.

Toutes les brèves >>>




© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP