L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Zimbabwé

390 580 km²
12 671 860 habitants
Capitale : Hararé
Langues : Anglais (off.), Shona, Sindebele (ou Ndebele) et autres langues.


Cliquez sur la carte pour agrandir (234.7 ko)

Courtesy of The General Libraries, The University of Texas at Austin


Les derniers articles

Zimbabwe, des élections pour que rien ne change ou si peu
Zimbabwe : l’armée ou le clan Mugabe, le peuple oublié
Grace, la Disgrâce, première Dame du Zimbabwe
#This Flag, fin de partie pour Robert Mugabe ?
Robert Mugabe joue avec la Sadc
Zimbabwe : alerte au choléra
Memorandum des organisations civiles d’Afrique du Sud, du Zimbabwe et de Swaziland à la SADC
L’Union africaine pourra-t-elle aider à résoudre la crise au Zimbabwe ?
Zimbabwe : inquiétudes en Afrique du Sud
Large mobilisation pour résoudre la crise au Zimbabwe
Le Zimbabwe va-t-il sombrer dans le chaos ?
Zimbabwe : trouver une solution régionale à la crise
Dignité pour les femmes du Zimbabwe
Grand nettoyage chez les pauvres au Zimbabwe
Risque de crise alimentaire au Zimbabwe
La fuite des cerveaux met en péril le renouveau de l’économie au Zimbabwe
La visite manquée du Cosatu au Zimbabwe fait des vagues dans les deux pays
Le COSATU n’est pas entré au Zimbabwe
Les enfants victimes de la pauvreté au Zimbabwe
Le COSATU veut aller au Zimbabwe

Tous les articles >>>



Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les dernières brèves

Zimbabwe : les femmes victimes de sextortion

Sextortion ou extorquer du sexe contre un emploi, un logement, de quoi manger ou trouver une place à l’école pour son enfant est devenu une forme de paiement quand les femmes n’ont pas d’argent. C’est ce que rapporte le quotidien britannique The Guardian en publiant les chiffres d’une enquête faite par Transparency International Zimbabwe. 45% des femmes interrogées ont admis avoir reçu une demande de faveur sexuelle pour payer un service, et 15% ont utilisé un rapport sexuel en échange d’un emploi. Dans un pays en crise comme le Zimbabwe, échanger du sexe contre un service fait partie de la culture de la corruption qui gangrène ce pays à l’économie exsangue. Les femmes entrepreneurs ne sont pas épargnées et l’obtention d’un marché pour un contrat public les oblige à offrir du sexe en échange, ce qui semble naturel pour les hommes qui ont le pouvoir d’attribuer un marché. La même peine est infligée aux femmes qui cherchent un terrain pour le cultiver, construire une maison ou installer un commerce ou un atelier. Ce fléau qui stigmatise les femmes est une atteinte grave à leur dignité, note le rapport qui précise aussi que les femmes portent rarement plainte car la police et la justice sont aussi corrompues et majoritairement masculines. La corruption par le sexe renforce les inégalités entre hommes et femmes et la marginalisation économique des femmes.

Le Zimbabwe au bord d’ une crise alimentaire majeure

Autrefois grenier de l’Afrique, le Zimbabwe a besoin d’une aide alimentaire d’urgence. La situation économique catastrophique du pays se double d’une catastrophe climatique : depuis cinq ans, le pays n’a connu qu’une seule année avec une saison des pluies normale. La sécheresse a eu un impact dévastateur sur les récoltes et 240 000 tonnes de nourriture doivent impérativement être fournies rapidement pour éviter une catastrophe humanitaire majeure. Près de 2, 5 millions de Zimbabwéens connaissent déjà la faim et ne disposent que d’un repas par jour. Les protestations contre l’augmentation des prix alimentaires, de l’essence, de l’énergie ont été durement réprimées et 17 personnes ont moins sont mortes au cours d’affrontements avec la police.

Toutes les brèves >>>




© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP