L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Disparition de Ray Alexander

Ray Alexander était née en Lettonie et avait émigré en Afrique du Sud en 1929 à l’âge de 16 ans. Dans les cinq jours suivant son arrivée, elle avait rejoint le Parti communiste et dans l’année avait réussi à se faire renvoyer de son premier emploi pour avoir aidé des travailleurs noirs dans leur lutte contre les « pass ».

Douée d’une force militante exceptionnelle, elle organisera en 1941 le syndicat des travailleurs de l’alimentation et des conserveries, industries où travaillaient de nombreuses femmes noires.

En 1953, elle sera victime d’une mesure de bannissement, mais n’hésitera pas à se présenter aux élections législatives de 1954 où elle sera élue. Elle ne siégera pas, car la branche spéciale de la police de l’apartheid l’attendait sur les marches du Parlement.

Elle sera un des membres fondateurs de la Fédération des Femmes Sud-africaines (FEDSAW) et contribuera à la rédaction de la charte des femmes. Le 9 août 1956, toujours assignée à résidence, elle ne pourra pas participer avec 20 000 femmes à la marche historique sur les bâtiments du gouvernement, Union’s Building, mais elle enverra 175 femmes venues du Cap.

Marxiste convaincue, elle écrira avec son mari, Jack Simons, un ouvrage de référence sur les luttes du mouvement ouvrier sud-africain, Class and Colour 1850-1950.

Même condamnée à l’exil, elle continuera à lutter, avec son mari, pour la libération du peuple sud-africain et le socialisme.

Le Cosatu et le Fawu ont perdu l’une de leurs plus illustres représentantes.

Plus d'informations : COSATU

Publié le mardi 14 septembre 2004


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

Apartheid

Femmes

A lire également

Jacob Zuma sera-t-il débarqué par la direction de l’ANC ?

Big boys don’t cry : violence et virilité en Afrique du Sud

Transformation radicale de l’économie pour qui ?

Bon anniversaire Mr Le Président ! Nous sommes dans la rue !

Ahmed Kathrada, la conscience de l’Afrique du Sud

Se souvenir du passé

Il y a 40 ans les jeunes de Soweto affrontaient la police de l’apartheid

Il y a vingt ans s’ouvrait la Commission Vérité et Réconciliation

Avorter en Afrique du Sud : un droit, pas une réalité

Beata Lipman, la femme qui a écrit de sa main la Charte de la Liberté

Quand la terre a soif, les femmes trinquent

Quand les femmes marchaient sur Pretoria



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP