L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter


Sites partenaires



Actualités sociales
sur l'Afrique australe

Le nouveau code minier sud-africain laisse les mineurs sur le carreau

S’il y a bien une industrie qui incarne l’exploitation des travailleurs noirs par les colons blancs depuis la découverte des richesses minières sud-africaines, c’est bien l’industrie minière. Aussi une révision du code minier était nécessaire pour redonner aux exploités une part de cette richesse, mais la troisième version de ce code ne satisfait personne et les grands perdants risquent d’être encore une fois ceux qui travaillent au fond de la mine.

>>>

Jacob Zuma sera-t-il débarqué par la direction de l’ANC ?

Les jours qui viennent pourraient se révéler décisifs pour l’avenir du Président Zuma. Le comité national exécutif de l’Anc qui se réunit les 27 et 28 mai pourrait décider de son départ à la tête du parti après l’avalanche de scandales qui ont ponctué la vie politique sud-africaine depuis la dernière réunion de la direction du parti en novembre dernier.

>>>

Le Parti communiste sud–africain réfléchit à l’après Zuma

Le Sapc a pris l’initiative de réunir plus de 230 participants, représentant 33 organisations les 19 et 20 mai pour ensemble réagir au délitement de la vie politique, à la grave crise morale, aux multiples problèmes socio-économiques et pour exiger des mesures immédiates et envisager des solutions.

>>>

Big boys don’t cry : violence et virilité en Afrique du Sud

Une vague de folie meurtrière s’est abattue sur les femmes et les enfants ces derniers temps partout en Afrique du Sud. Les compte rendu de ces meurtres d’une violence au delà de toute description posent plusieurs questions à la société africaine, de la persistance du patriarcat à la question de la culture de la violence comme marqueur de la virilité.

>>>

Eskom : colère et stupéfaction pour le retour de Brian Molefe à la direction de l’entreprise

Le retour inattendu de Brian Molefe à la tête de la compagnie nationale d’électricité provoque colère et stupéfaction dans la classe politique sud-africaine. Des partis d’opposition aux alliés de l’Anc et du parti au pouvoir même, tout le monde dénonce « la blague » qui pourrait coûter cher à Jacob Zuma.

>>>

Marikana : des excuses cinq ans après le massacre

Au cours d’un débat avec des étudiants à Rhodes University, le vice–président Cyril Ramaphosa, candidat à la succession de Jacob Zuma, a fait des excuses pour les erreurs de langage qu’il avait commises sur le conflit des mineurs de Marikana en 2012. La police avait tiré faisant 34 morts parmi les grévistes.

>>>

Transformation radicale de l’économie pour qui ?

Pas un discours du Président Zuma ou d’un membre de son gouvernement qui ne glisse la formule à un moment opportun pour attirer l’attention du public. Mais celui-ci a beau tendre l’oreille, aucune explication, aucun éclairage sur la nature de cette transformation radicale de l’économie. Une formule populiste de plus ?

>>>

Bon anniversaire Mr Le Président ! Nous sommes dans la rue !

Ce 12 avril 2017, Jacob Zuma, Président de la République d’Afrique du Sud aura 75 ans et ses concitoyens lui réservent une ovation exceptionnelle en lui demandant de quitter ses fonctions. La colère, loin de retomber après l’annonce du remaniement ministériel, s’amplifie pour obtenir le départ d’un président de plus en plus mal accepté.

>>>

La question du jour en Afrique du Sud : comment se débarrasser d’un président ?

Plus personne ne veut du Président Zuma, des agences de notation à ses alliés les plus proches, des vétérans de la lutte anti-apartheid à la nouvelle classe moyenne noire, en passant par d’anciens ministres et même le vice président et le trésorier de l’ANC. Mais comment faire ?

>>>

Remaniement ministériel en Afrique du Sud : le séisme

On l’attendait, on s’en doutait, mais le remaniement ministériel annoncé par le Président Zuma est un véritable séisme pour la classe politique sud-africaine. Les déchirures au sein de l’Anc et de ses alliés sont à vif, et nul ne sait quel remède pourra sauver un président aux abois et un pays au bord du gouffre.

>>>

Tous les articles >>>

Les brèves

Pas de diplomates occidentaux à la conférence politique de l’ANC

L’Anc va tenir une conférence politique du 29 juin au 5 juillet, préparatoire à la conférence nationale du mois de décembre qui élira une nouvelle direction. Plus de 2500 délégués sont attendus dans le vaste centre des expositions Nasrec à Soweto, auxquels s’ajoutent 1500 journalistes et un millier d’invités. Il n’y aura donc plus de places pour les diplomates occidentaux. C’est l’explication officielle que le porte-parole de l’ANC a donné. Les débats risquent d’être très animés tant sur la politique menée par le gouvernement, sur la corruption et la main mise de la famille Gupta sur l’appareil d’état, la transformation radicale de l’économie ou la succession à la tête de l’Anc. Les échanges entre les délégués ne seront probablement pas le langage policé et feutré que l’on entend dans les milieux diplomatiques, ce qui est aussi une bonne raison d’éloigner les diplomates occidentaux des règlements de compte internes au parti au pouvoir.


Capitalisme monopoliste blanc : coquecigrue et billevesée !

Rien de tel que la fabrication d’une chimère pour détourner la colère populaire et éviter de perdre le pouvoir et les juteuses affaires qui vont avec. Inventer des « fake news », fabriquer des slogans creux mais qui sonnent bien, menacer de casser la baraque, Bell-Pottinger, l’ agence de communication basée à Londres sait très bien faire tout cela contre grasse rémunération. Qui a payé l’addition ? Les frères Guptas, bien sûr, comme le révèlent des centaines de courriels qui montrent comment fonctionne ce hold-up inégalé sur le gouvernement et les richesses de l’Afrique du Sud. Pour Paul Mashatile, responsable de l’Anc dans la province du Gauteng « le capitalisme monopoliste blanc est un égarement de l’esprit, un concept populiste pour jeter la confusion dans nos rangs ». Et pour lutter contre le capitalisme blanc, rien de tel qu’une bonne dose de « transformation radicale de l’économie" , sauf que personne ne sait vraiment de quoi l’on parle, l’économie sud-africaine étant entrer en récession. Mais raviver les braises encore chaudes du racisme est un acte qui pourrait avoir des conséquences graves pour l’Afrique du Sud.


Zuma for ever !

Le Président Zuma n’a pas sourcillé à l’annonce de la possibilité d’un vote de défiance à bulletin secret à son égard. Il a déclaré devant les parlementaires « l’ANC m’a élu président. Le jour où l’ANC jugera que je ne peux pas être président, il me limogera. L’ANC ne l’a pas fait, alors je reste. ... Ne vous faites pas de souci. Siéger ici l’esprit tranquille ». Après la décision de la justice qui laisse à la Présidente de l’Assemblée le choix d’organiser le vote à bulletin secret ou pas, Zuma peut dormir sur ses deux oreilles. Le responsable du groupe parlementaire de l’ANC a déjà annoncé que les élus deson groupe ne voteraient pas la motion de défiance. Le prochain épisode se jouera à la conférence de juin fin ou à la conférence nationale de décembre. Mais là il n’y aura pas de surprise puisque Jacob Zuma a déjà annoncé qu’il ne briguerait pas de nouveau mandat. Scandales ou pas le Président Teflon est inaltérable.


Disparition de l’ancien président du Botswana

Sir Ketumile Masire, ancien président du Botswana est mort jeudi 22 juin à l’âge de 91 ans. Il a joué un rôle important dans la lutte contre l’apartheid en accueillant dans son pays des militants harcelés par la police et l’armée sud-africaine. Cette dernière n’a pas hésité à faire des raids sur le territoire du Botswana pour détruire les « ennemis » du régime. La Fondation Nelson Mandela lui a rendu hommage en ses termes « Nous avons perdu un autre grand dirigeant, un enseignant qui s’est préoccupé du développement de la jeunesse jusqu’à son dernier souffle ». La Fondation Mandela va poursuivre sa collaboration avec la Fondation Masire pour le programme Caring 4Girls et Mandela Day Libraries pour la promotion des filles et des jeunes en général. Sir Ketumile Masire a été président de son pays de 1980 à 1998 et il a dirigé diverses initiatives diplomatiques en Afrique, notamment après le génocide au Rwanda et pour le dialogue inter-congolais. .




© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP