L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Mercenaires ou agents de sécurité ?

Les besoins en personnel pour le maintien ou la restauration de la paix deviennent si importants que le recours aux compagnies militaires privées a de fortes chances d’augmenter.

Sur le continent africain, au Congo, au Burundi, au Darfour, en Côte-d’Ivoire, ces compagnies privées assurent déjà une grande partie de la logistique et des transports pour les soldats des Nations unies ou de l’Union africaine.

La question est particulièrement épineuse pour l’Afrique du Sud, terrain favorable au recrutement étant donné le passé militaire du pays. Le récent scandale du coup militaire avorté en Guinée équatoriale plaide pour un renforcement de la loi de 1998 interdisant toute activité de mercenariat. D’un autre côté, en Irak, près de 120 compagnies de sécurité sud-africaine assurent des missions de sécurité en protégeant des personnalités mais aussi le personnel qui travaillent en Irak. La situation aujourd’hui amène certains experts à penser que la loi doit être assouplie, l’un d’eux affirmant que « nous n’avons pas fait la différence entre le déminage d’une région et le renversement d’un gouvernement ».

Publié le jeudi 7 octobre 2004


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

Politique

A lire également

Covid-19 et l’Afrique du Sud : pas comme avant, mais quel après ?

Donner à manger aux plus vulnérables et imaginer l’après

Jeux, luxe et volupté : fin de partie pour le roi de Sun City

Afrique du Sud 2020 : budget d’austérité ou d’équilibre ?

Elections au Malawi : à quoi servent les observateurs internationaux ?

Afrique du Sud 2019 : élections, promesses et déceptions. Et 2020 ?

Rugby et politique : une métaphore sud-africaine

Le président Cyril Ramaphosa a formé son gouvernement



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP