L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Grève historique dans le secteur public

Des milliers de travailleurs de la fonction publique ont montré leur mécontentement envers leur employeur en descendant dans la rue jeudi 16 septembre.

Trois centrales syndicales, COSATU,FEDUSA et NACTU appelaient à la grève et aux manifestations pour les revendications suivantes :

- Une augmentation de salaires de 7% pour tous
- Accès et égalité pour tous de l’allocation logement
- Extension de l’aide médicale à tous les fonctionnaires

Le secrétaire général du COSATU, Zwelinzima Vavi, a déclaré : « Les enseignants doivent avoir au moins trois années d’études supérieures pour entrer dans la profession. Leurs salaires débutent à 7000 rands par mois (environ 900 euros) et beaucoup ne touchent que 3500 rands. Les policiers risquent leur vie chaque jour pour assurer la sécurité du public. L’Afrique du Sud détient le record des assassinats de policiers et pourtant ils débutent avec des salaires de 4000 rands par mois. Les infirmières, à cause de la pénurie de personnel, doivent travailler de longues heures, circuler dans les townships au milieu de la nuit, travailler les week-ends ». Et d’ajouter qu’il ne fallait pas s’étonner, dans ces conditions, voir les meilleurs enseignants et les meilleures infirmières quitter le pays.

La mobilisation reste grande pour d¹autres actions si les négociations en cours n’aboutissaient pas à satisfaire les revendications.

Publié le dimanche 19 septembre 2004


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

Syndicats et monde du travail

A lire également

Rien ne va plus entre le syndicat des mineurs et le ministre des mines

Jacob Zuma sera-t-il débarqué par la direction de l’ANC ?

Big boys don’t cry : violence et virilité en Afrique du Sud

Transformation radicale de l’économie pour qui ?

Des morts et des blessés dans une prison sud-africaine

Massacre de Marikana, un tournant dans l’histoire sud-africaine

Uber au Cap, ici pas mieux qu’ailleurs

Les mineurs sud-africains perdent et gagnent



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP