L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Jacob Zuma en prison et après ?

La tragicomédie de la reddition de Jacob Zuma à la police était le dénouement attendu par les Sud-africains fatigués de la corruption, du chômage et de la pauvreté mais aussi avec l’angoisse de voir la guerre entre pro et anti Zuma s’intensifier au Kwazulu Natal et s’étendre au-delà de la province de l’ancien président, entrainant le pays dans le chaos.

La corruption à tous les niveaux de l’administration a sapé la confiance dans le gouvernement et les institutions. Seule la justice sort de ce marécage la tête haute en faisant valoir le droit et l’égalité de tous devant la loi. En condamnant Jacob Zuma à la prison pour outrage à la cour elle a fait son devoir.

Cependant la justice ne peut pas remplacer une politique économique défaillante depuis des décennies. L’enrichissement crapuleux des uns, fait la pauvreté ignoble des autres. L’émergence d’une bourgeoisie noire, cooptée par ceux qui tiennent l’économie du pays depuis des siècles, n’ a pas réduit les inégalités, mais elle les a renforcées et rendues encore plus insupportables pour la majorité de la population qui reste effroyablement pauvre.

Les émeutes qui ont embrassé le pays après l’emprisonnement de Jacob Zuma fait feu de tout bois. Au Kwazulu-Natal, la rivalité ethnique entre Zoulous et la direction de l’ANC non-raciale et la pauvreté d’une province rurale où la question de la terre est brûlante. La déferlante de violence au Gauteng reflète les inégalités criantes dans la province la plus riche du pays où se côtoient luxe effréné et misère sordide, sur un fond de sentiment xénophobe . Les autres provinces pourraient aussi s’embraser pour les mêmes raisons.

L’envoi de la police et de l’armée pourrait calmer les esprits, mais ce n’est pas une réponse durable à un problème profond . Le Cosatu, qui fait partie de l’alliance au pouvoir depuis 1994, tout en condamnant les pillages et le chaos actuel, dénonce l’absence de réponse politique au chômage et à la pauvreté « une bombe à retardement » qui est en train d’exploser. L’absence d’une réponse politique cohérente a réveillé les vieux démons de la guerre des factions et du racisme au risque du chaos.

Publié le lundi 12 juillet 2021


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

Politique

A lire également

Le Parti communiste d’Afrique du Sud a cent ans

Cyril Ramaphosa peut-il redonner confiance dans le gouvernement dirigé par l’ANC ?

Jacob Zuma en prison : le début de la fin ?

Une constitution pour tous les Sud-Africains

Swaziland ou Eswatini, la monarchie persiste, le peuple se révolte

Justice, ethique, l’ANC dans un sac d’embrouilles

Quelle responsabilité de l’Anc dans le pillage des ressources de l’Etat et la corruption ?

Le Congrès national africain a 108 ans et beaucoup de problèmes



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP