L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Sale temps pour Jacob Zuma à trois jours de la Conférence nationale de l’ANC

La semaine a très mal commencé pour Jacob Zuma alors que la Conférence nationale de l’ANC est convoquée le 16 décembre. La justice lui ordonne de se plier aux recommandations du rapport de la médiatrice Thuli Madonsela, State Capture, de réunir une commission d’enquête dans les 30 jours et à payer tous les frais de justice.

Les juges n’y sont pas allés de main morte ! Ils n’ont pas épargner au Président Zuma des remarques acerbes qualifiant son attitude de « désinvolte » « d’insensée » « de grossièrement négligente » pour quelqu’un qui veut plaider sa cause, montrant un « mépris évident » pour ses devoirs, et pour le Président du tribunal, le juge Dustan Mlambo, pas question de faire payer au contribuable les frais de justice d’un Président aussi peu digne de sa fonction.

Dans le document de 72 pages les juges considèrent que le Président a exercé ses pouvoirs pour son propre intérêt et ceux d’une famille privée sans se soucier de l’intérêt public et que la famille Gupta a eu assez d’influence pour décider de la nomination des ministres, des directeurs des entreprises publiques, des contrats de l’état au profit de leurs amis et affiliés en particulier le fils du président, Duduzane Zuma.

Après le renvoi du procureur général, Shaun Abrahams, homme lige du Président dont la nomination vient d’être invalidé, celui-ci va devoir aborder l’ouverture de la conférence de l’Anc dans une ambiance désastreuse qui sape les chances à sa succession de son ex épouse N Dlamini-Zuma, déjà largement devancée par son rival, l’actuel vice-président Cyril Ramaphosa.

La direction de l’ANC vient d’accuser le coup en faisant une brève déclaration , affirmant sa « confiance dans le Président Zuma pour qu’il applique le jugement sans délai dans l’intérêt du pays . » Le Cosatu est plus incisif et espère que « le président va mieux comprendre les limites de son pouvoir et le principe de la séparation des pouvoirs » et l’allié de l’Anc appelle les délégués à la Conférence nationale « à élire le Camarade Cyril Ramaphosa un dirigeant clairement engagé dans la lutte contre la corruption et la main mise sur l’état ».

Cette 54ème Conférence nationale de l’Anc ne sera vraiment pas une conférence comme les autres, l’enjeu est bel et bien l’avenir de l’Anc comme parti hégémonique, la reconfiguration du paysage politique et l’avenir du pays dans un contexte social explosif et une économie mal en point.

Publié le mercredi 13 décembre 2017


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

Politique

A lire également

Crise du platine, après le massacre de Marikana

Les Indiens ne savent pas voler ou les crimes impunis de l’apartheid

Paris a oublié Nelson Mandela

Bo-Kaap, quartier historique du Cap, menacé par la frénésie immobilière

Zimbabwe, des élections pour que rien ne change ou si peu

Ramaphoria ou les cent jours du Président Ramaphosa

Cyril Ramaphosa et l’impatience de ces concitoyens

Cyril Ramaphosa et les 12 travaux d’Hercule



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP