L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Et si l’Afrique du Sud dépénalisait l’usage du cannabis ?

Alors que l’Onu se penchait sur l’efficacité de l’accord de 1998 qui interdit l’usage des drogues, pour décider de poursuivre la même politique répressive qui a montré son inefficacité face aux puissants cartels des narcotrafiquants, l’Afrique du Sud pourrait prendre des mesures pour dépénaliser l’usage du cannabis.

Un projet de loi a été déposé en février 2014 par un parlementaire Mario Oriani-Ambrosini, atteint d’un cancer et qui s’est suicidé quelques mois plus tard parce que ses douleurs n’étaient plus supportables. Ce projet de loi intitulé Medical Innovation Bill avait pour ambition d’autoriser des médecines alternatives pour alléger les souffrances des malades, mais plus largement d’autoriser l’usage du cannabis à des fins « récréatives » et à des fins industriels.

Le débat entre les pro et anti dépénalisation s’est embourbé depuis, mais en mai 2016, le président du groupe parlementaire de l’IFP, Narend Singh, a repris le dossier auprès du parlement et à plaider à nouveau pour l’utilisation du cannabis pour raisons médicales, en abandonnant une partie de la proposition initiale qui était beaucoup plus large. « Nous ne pouvons pas permettre à cette loi de traîner et traîner encore alors que des millions de personnes demandent des moyens alternatifs pour alléger leur peines et leurs souffrances d’une manière ou d’une autre » et de demander que le cannabis soit autorisé pour les soins palliatifs. Une démarche qui veut rendre hommage au combat contre la maladie de Mario Ambrosini, membre du parti IFP et longtemps conseiller privé de Mangosuthu Buthelezi.

L’Afrique du Sud peut s’appuyer sur la législation de plusieurs pays qui ont déjà légaliser l’utilisation du cannabis à des fins médicales, et l’usage de la dagga fait partie de la pharmacopée de la médecine traditionnelle depuis toujours. Mais la position rigide que vient d’adopter les Nations unies ne va pas faciliter la tâche des ceux qui veulent une légalisation de l’usage du cannabis.

L’usage et la culture de la dagga restent interdites en Afrique du Sud qui est pourtant parmi les plus gros producteurs mondiaux. La culture de la dagga dans les zones rurales pauvres du Pondoland, dans la province du Cap oriental est la seule ressource depuis des années pour de nombreux habitants. Les raids la police sud-africaine dans les villages pour détruire les récoltes n’ont jamais empêché la culture de la plante. Depuis plusieurs années, la police utilise une méthode encore plus radicale : l’épandage par hélicoptère de pesticides, en niant tout effet sur la santé des populations. Cette activité et sa répression ont fait l’objet d’un reportage très documenté du journaliste indépendant Kimon de Greef sur le site d’information Ground Up. http://www.groundup.org.za/article/...

Depuis près de 30 ans, les villageois attendent le bruit des hélicoptères qui viennent vers le mois de janvier, au moment de la récolte, pour détruire leur travail et leurs revenus. Les plantes ne résistent pas et sont réduites à des tiges desséchées. Le village est difficilement accessible par un sentier qui est la seule voie d’accès pour les habitants pour descendre à la ville la plus proche, souvent avec des ballots de dagga qu’ils vendent sur le marché local.

A part la culture du cannabis, les paysans font pousser quelques cultures vivrières, maïs et sorgho. Ils savent parfaitement que la culture du cannabis est illégale, mais c’est pour eux le seul moyen d’obtenir un revenu et la demande est devenue plus forte chaque année. La qualité de la plante est très médiocre et ne part pas à l’exportation, mais cette herbe est vendue et consommée essentiellement dans les townships. Le prix moyen pour le volume d’un pot de yaourt d’un litre varie entre 50 et 100 rands.

Depuis 1975, l’Afrique du sud autorise l’utilisation du pesticide produit par Monsanto et qui contient du glyphosate. Quand la police du haut des hélicoptères pulvérise le pesticide rien ne résiste : les plantes sont détruites et les animaux tombent malades, les humains ont des taches brunes sur la peau et toussent pendant des mois. Des cultivateurs expliquent que parfois les hélicoptères pulvérisent le poison directement sur eux en les poursuivant au plus près. Mais ils replanteront l’an prochain parce que comme l’explique un vieil homme qui cultive la dagga depuis 40 ans : « le gouvernement ne s’occupe pas de nous. Il envoie les hélicoptères avec le poison, c’est tout. Il n’a rien à nous donner après avoir détruit nos récoltes, pas une idée, pas un projet ».

Pourtant ce sont ces champs qui sont régulièrement aspergés de Roundup qui contient le glyphosate soupçonné d’être cancérigène, mais pour Monsanto le produit n’est pas dangereux quand on suit les instructions d’utilisation. Avec des gants, des chaussures, des vêtements adaptés, en se lavant immédiatement s’il y a risque de contact avec le produit, rien de grave ne peut se produire. Selon les témoignages recueillis par le journaliste de Ground Up, la police ne prend pas ce genre de précautions en aspergeant les villages.

Des militants ont entamé des actions légales contre ces pulvérisations sauvages de la police en argumentant que la population doit être prévenue à l’avance, mais leur argument est vite balayé par la police qui riposte que prévenir de leur arrivée réduirait à néant leur intervention de lutte contre la culture du cannabis. La police affirme aussi que les pesticides employés sont autorisés et que le glyphosate est enregistré auprès des autorités. Pour justifier son action la police a fait appel à des experts qui clament haut et fort que le glyphosate est parfaitement inoffensif. Les militants eux aussi on leur experts qui sont beaucoup plus sceptiques sur l’innocuité du produit.

Les batailles d’experts continuent, les paysans du Pondoland continuent à planter illégalement de la dagga, les malades continuent à souffrir, le marché illégal du cannabis continue à prospérer. A moins qu’une législation raisonnable et de bon sens mette fin au cauchemar de l’usage illégal du cannabis. . .

Plus d'informations : Ground Up

Publié le mercredi 25 mai 2016


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

SIDA et santé

A lire également

Meurtres, sexe et élections : où va l’ANC ?

L’Afrique du Sud lorgne toujours vers l’énergie nucléaire

Apartheid Guns and Money : A Tale of Profit

L’énergie solaire fait ses preuves dans la province du Cap Nord

Sida : la lutte continue en Afrique du Sud

Le Sida en Afrique du Sud : des avancées et des craintes

Cri d’alarme à la Conférence sur le Sida à Durban

“TAC, Taking HAART”, de Jack Lewis



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP