L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Message de condoléances de l’association TAC à la famille Mandela

TAC apporte son soutien à l’appel de Madiba pour le dépistage volontaire du VIH/sida et à dire la vérité sur l’infection par le VIH.

"Parlons ouvertement du VIH/sida et ne cachons rien, parce que la seule façon de faire apparaître cette maladie comme une maladie normale, comme la tuberculose, comme le cancer, est de toujours dire la vérité et de dire que quelqu’un est mort du sida. Alors les gens cesseront de considérer cette maladie comme quelque chose d’extraordinaire ". Nelson Mandela, 6 janvier 2005.

L’ancien Président Nelson Mandela a annoncé que son dernier fils Makgattho Mandela est mort du sida à l’âge de 54 ans.

L’association Treatment Action Campaign assure la famille Mandela et les enfants de Makgatho de ses plus sincères condoléances. Nous saluons leur décision de dire ouvertement la cause de sa mort, au moment d’une perte cruelle et de grand chagrin, dans l’intérêt national d’une prise de conscience du VIH/sida et de ne plus considérer la maladie comme une infamie.

TAC exprime sa solidarité et son soutien à l’annonce courageuse par Nelson Mandela de la cause de la mort de son fils Cette décision, nous l’espérons, encouragera plus de gens à demander conseil, à se faire dépister et si nécessaire à suivre un traitement.

De nombreuses personnes en Afrique du Sud sont mortes du sida sans le savoir ou sans prendre les actions appropriées quand elle savaient qu’elles étaient infectées par le VIH. La maladie continue à être considérée comme une infamie, d’une part parce qu’elle est essentiellement transmise sexuellement et d’autre part à cause de la croyance fausse que rien ne peut être fait pour la prévention de la maladie et la mort par le sida.

En rendant les traitements largement accessibles, en encourageant les gens à révéler leur statut, en affrontant ouvertement les préjugés, les stigmates qui entourent la maladie seront réduits et plus de vies sauvées. C’est ce qui se passe déjà là où les traitements sont offerts dans les établissements publics de santé, associés à une mobilisation de l’opinion publique. Cependant beaucoup de malades qui ont accès aux traitements continuent à mourir parce qu’ils n’acceptent jamais leur maladie et par conséquent ne reçoivent pas l’aide dont ils ont besoin.

La mort de Makgatho nous rappelle cruellement au début de l’année 2005, les défis urgents auxquels le pays doit faire face pour la prévention et le traitement du VIH/sida pour sauver des vies. TAC appelle l’ANC à utiliser sa déclaration du 8 janvier, pour déclarer 2005 l’année de la prévention et du traitement du VIH/sida. Source TAC

8 janvier, date anniversaire de la création de l’ANC (8 janvier 1912)

Plus d'informations : TAC

Publié le vendredi 7 janvier 2005


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

SIDA et santé

A lire également

Rien ne va plus entre le syndicat des mineurs et le ministre des mines

Jacob Zuma sera-t-il débarqué par la direction de l’ANC ?

Big boys don’t cry : violence et virilité en Afrique du Sud

Transformation radicale de l’économie pour qui ?

Sida : la lutte continue en Afrique du Sud

Et si l’Afrique du Sud dépénalisait l’usage du cannabis ?

Le Sida en Afrique du Sud : des avancées et des craintes

Cri d’alarme à la Conférence sur le Sida à Durban



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP