L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Afrique du Sud : la couleuvre dure à avaler du péage autoroutier

Personne ne veut du péage autoroutier, sauf le gouvernement ! Pour faire avaler la couleuvre un peu grosse des bienfaits du péage électronique, le vice Président Ramaphosa a présenté un nouveau système d’exonération, de pré-péage et autres astuces que personne ne comprend et tout le monde refuse avec la plus grande énergie, sauf l’Anc et du bout des lèvres, le Sacp.

Les déplacements en automobile sont une obligation en Afrique du Sud faute de transports en commun. Les déplacements pour la majorité des employés noirs se font par un système de taxis collectifs. Le Cosatu, allié de l’Anc, a toujours plaidé pour la mise en place de transport en commun fiable et bon marché qui tienne compte de l’érosion constante du pouvoir d’achat des usagers, due à l’inflation. En clair, pour le Cosatu, c’est un non ferme à toute forme de péage qui va ponctionner les porte-monnaie des usagers.

Le gouvernement pour justifier la mise en place d’un péage électronique prépayé entre Johannesburg et Pretoria met en avant la nécessité de récolter des fonds pour l’entretien du réseau routier géré par Sanral. Mais la conférence de l’Anc de la province du Gauteng avait émis l’avis suivant : « la Conférence ne soutient pas la mise en place du péage électronique dans sa forme actuelle...Le système actuel est trop cher. Le trafic est durement affecté par ce péage. Nous préférons un système de taxe sur les carburants géré par l’administration des impôts ».

La proposition d’intégrer le prépaiement du péage avec le renouvellement des plaques d’immatriculation a réussi à fédérer les protestations de l’ensemble des automobilistes. La situation est à haut risque pour les prochaines élections locales, l’Anc ayant réussi de justesse à passer la barre des 50% dans la province du Gauteng et dans la métropole de Tshwane.

Face à des usagers dont le seul et très fédérateur mot d’ordre est « non au péage », le gouvernement se trouve bien seul pour défendre son projet. Depuis huit ans les citoyens qui s’opposent au péage ont réussi à unir toutes les couches de la population en faisant preuve d’imagination et créativité pour dire non, à ce qu’il considère comme une injustice.

Plus d'informations : Cosatu Today

Publié le mercredi 27 mai 2015


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

Développement

A lire également

Jacob Zuma sera-t-il débarqué par la direction de l’ANC ?

Big boys don’t cry : violence et virilité en Afrique du Sud

Transformation radicale de l’économie pour qui ?

Bon anniversaire Mr Le Président ! Nous sommes dans la rue !

L’Afrique du Sud manque d’eau de bonne qualité

Les femmes de Marikana ne discutent plus avec Lonmin

Energie nucléaire : le prochain scandale sud-africain

Si j’avais 246 millions de rands…



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP