L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

À qui profite la privatisation des télécommunications Telkom ?

La controverse fait rage depuis l’annonce de la vente de 15,1 % du capital de Telkom et son achat par un consortium dirigé par des membres de l’ANC. Cette transaction remet en question la politique du Black Economic Empowerment.

Les raisons de la colère des alliés de l’ANC, la centrale syndicale COSATU et le parti communiste, SACP, sont multiples et vigoureusement exprimées dans des communiqués repris et commentés dans toute la presse.

Cette transaction, pour le SACP "sert à l’enrichissement d’une petite élite, alors que la priorité (du gouvernement) est de créer des emplois et de lutter contre la pauvreté" et pour le COSATU "l’argent des travailleurs est mal utilisé et sans leur accord".

L’affaire a commencé par l’annonce de la vente d’actions pour près de 7 millions de rands d’actions détenues par Thintana, un consortium d’actionnaires des USA et de Malaisie et le rachat par un consortium dirigé par Andile Ngaba, ancien directeur général du département des communications et Gloria Serbe, ancienne directrice financière de l’entreprise Transnet.

Pour corser l’affaire, une agence gouvernementale, Public Investment Commission, qui gère des fonds de pension du secteur public s’est portée garante de la transaction. Le Cosatu hurle au scandale en déclarant inadmissible l’utilisation de ces fonds qui appartiennent aux travailleurs sans consultation et en plus pour un marché sur une privatisation qu’il dénonce, car elle aura pour résultat la suppression d’emplois.

Cette affaire suscite un grand débat sur la politique du Black Economic Empowerment qui a pour but de faire passer la maîtrise de l’économie de la minorité blanche à la majorité noire. Toute la question est de savoir si cette politique ne réussit qu’à une élite noire et à quelques’"chats gras" des milieux politiques au pouvoir, ou bien si cette politique est faite pour le bien commun de tous, en particulier pour améliorer la vie des plus démunis.

Pour en savoir plus : The Sunday Times ; Business Day du 22 nov

Publié le mercredi 24 novembre 2004


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

Politique

A lire également

Jacob Zuma sera-t-il débarqué par la direction de l’ANC ?

Big boys don’t cry : violence et virilité en Afrique du Sud

Transformation radicale de l’économie pour qui ?

Bon anniversaire Mr Le Président ! Nous sommes dans la rue !

Eskom : colère et stupéfaction pour le retour de Brian Molefe à la direction de l’entreprise

La question du jour en Afrique du Sud : comment se débarrasser d’un président ?

Remaniement ministériel en Afrique du Sud : le séisme

En attendant Sona



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP