L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Sida et politique en Afrique du Sud

Pour les prochaines élections, Treatment Action Campaign(TAC) a envoyé un questionnaire pour savoir quel serait la politique menée par les différents partis candidats en ce qui concerne la sante et plus particulièrement la lutte contre la pandémie du sida. Avec plus de six millions de personnes infectées, l’Afrique du Sud n’en a pas fini avec la maladie.

La dernière étude publiée par le Conseil de la recherche en sciences humaines (HSRC) montre que les jeunes femmes sont beaucoup plus frappées par la maladie que les hommes. Un quart des nouvelles infections sont détectées chez les femmes de 15 à 24 ans.

Les adolescentes sont particulièrement vulnérables et une sur dix admet avoir eu des relations sexuelles avant l’âge de 15 ans. Le taux de prévalence de la maladie chez les adolescentes est quatre fois supérieure à celui des garçons du même âge.

Devant ces données, Tac préconise la distribution de préservatifs dans tous les établissements scolaires, car « espérer que les adolescents iront au dispensaire pour obtenir des préservatifs est irréaliste. Tout comme espérer que les adolescents n’auront pas de rapports sexuels, n’est ni pragmatique, ni la bonne réponse politique ».

L’association a envoyé son questionnaire comportant onze questions relatives à la santé a vingt partis, seul dix ont répondu.

Le parti de Julius Malema, EFF, et le parti du Congrès du peuple, COPE, n’ont pas répondu en dépit de rappels téléphoniques. Le parti de droite, Freedom Front Plus, et le parti chrétien démocrate, African Christian Democratic Party, sont opposés à la distribution de préservatifs dans les établissements scolaires

Les réponses du Mouvement démocratique uni (UDM) sont les plus mauvaises car elles ne répondent pas directement aux questions posées en se contentant d’un vague discours général et celles du tout nouveau parti Agang montrent que le parti ne maitrise pas du tout les questions de santé.

L’Alliance patriotique, le Pac et l’Alliance démocratique(DA) sont en faveur de la distribution des préservatifs, mais Tac met en doute l’engagement de ce parti en faveur du système national d’assurance maladie que le gouvernement dirigé par l’Anc veut mettre en place. L’Alliance démocratique « croit plus dans les assurances privées pour le secteur de la santé ».

Les réponses de l’Anc sont les plus complètes, toutefois Tac met en cause la compétence des responsables politiques dans le domaine de la santé à la lumière des graves dysfonctionnements intervenus dans deux provinces, le Cap oriental et l’Etat libre.

Les réponses à ce questionnaire, selon l’organisation, « mal formulées et inadéquates de beaucoup de partis montrent un mépris pour des questions qui touchent la vie de nos communautés ».

“TAC, Taking HAART”, de Jack Lewis

Ce film documentaire retrace dix ans d’histoire de la lutte contre le sida en Afrique du Sud. Nous contacter pour le commander et/ou organiser une projection publique.

Plus d'informations : tac

Publié le vendredi 4 avril 2014


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

SIDA et santé

A lire également

Sale temps pour Jacob Zuma à trois jours de la Conférence nationale de l’ANC

Sida : convaincre les hommes pour protéger les femmes

Via Kanana Via Katlehong / Gregory Maqoma

Élection partielle en Afrique du Sud : le parti communiste sud-africain part seul

Sida : la lutte continue en Afrique du Sud

Et si l’Afrique du Sud dépénalisait l’usage du cannabis ?

Le Sida en Afrique du Sud : des avancées et des craintes

Cri d’alarme à la Conférence sur le Sida à Durban



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP