L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Grèves à répétition dans les mines de platine

Les trois principales mines de platine d’Afrique du Sud sont régulièrement touchées par des grèves. La dernière a démarré le jeudi 23janvier et se poursuit alors que des discussions avec tous les partenaires vont durer trois jours du 27 au 29 janvier 2014. Les revendications de salaires et de conditions de travail ne sont pas les seuls enjeux de ces conflits.

Amcu, le syndicat rival du Num , affilié au Cosatu, a appelé ses adhérents à faire grève dans les trois grandes mines de platine du pays : Impala, Lonmin et Amplats avec la même revendication depuis la tragédie de Marikana , à savoir un salaire de 12500 rands par mois, le double du salaire actuel, pour les mineurs de fond, ce que les directions rejettent comme une revendication irréaliste. “ Nous sommes très inquiets des promesses faites par Amcu qui ne pourront pas être respectées » ont dit les dirigeants patronaux.

Alors que des forces de police importantes avaient été déployées, le mouvement de grève s’est passé dans le calme, même si on déplore quelques incidents et des menaces d’intimidation à l’encontre des non-grévistes.

Ces grèves à répétition ont un impact négatif sur la production, mais aussi sur l’image des relations dans le monde du travail en Afrique du Sud et elles risquent d’effrayer les investisseurs. Le rand est à son niveau le plus bas depuis 5 ans ce qui n’est guère encourageant.

Pour arriver à trouver une solution et rétablir la stabilité, les ministres des Mines et du travail, les représentants du patronat et des travailleurs ont décidé d’avoir recours à la Commission de conciliation Conciliation, Médiation and Arbitrage. Les discussions entre les diverses parties doivent durer trois jours. Mais elles ont mal commencées car ni ministres, ni représentant syndical étaient présents le lundi 27 à l’ouverture des discussions.

Le climat est tendu car le responsable du syndicat Amcu , Mathunjwa, est accusé d’avoir une attitude « antidémocratique » par des responsables qui ont été à la tête du mouvement pendant les grèves de 2012 et qui prétendent être les véritables dirigeants d’Amcu.

Le Parti socialiste des travailleurs qui a soutenu le mouvement à Rustenburg en 2012 accuse Mathunjwa de diriger seul, de n’avoir pas réussi à créer une véritable organisation structurée dans l’ensemble des mines de platine. Mais le reproche essentiel qui est fait à Amcu et son dirigeant par le Parti socialiste des travailleurs est de n’avoir aucune ambition politique et de ne pas vouloir faire alliance avec le Numsa, le syndicat de la métallurgie qui défie le Cosatu, pour la création d’un nouveau parti à la gauche de l’Anc.

A quelques mois des élections, et alors que l’Anc va désigner ses candidats dans la semaine, la grève dans les mines de platine « est une véritable tempête » pour l’économie sud-africaine.

Plus d'informations : cosatu Media Monitor

Publié le lundi 27 janvier 2014


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

Syndicats et monde du travail

A lire également

Transformation radicale de l’économie pour qui ?

Bon anniversaire Mr Le Président ! Nous sommes dans la rue !

Ahmed Kathrada, la conscience de l’Afrique du Sud

Comment faire du gras sur le dos des pauvres

Des morts et des blessés dans une prison sud-africaine

Massacre de Marikana, un tournant dans l’histoire sud-africaine

Uber au Cap, ici pas mieux qu’ailleurs

Les mineurs sud-africains perdent et gagnent



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP