L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Le Cosatu « estomaqué » par le rapport du FMI

Le FMI vient de publier un rapport sur l’économie sud-africaine qui recommande au gouvernement de freiner les actions et mouvements des syndicats qui seraient la cause de la pauvreté, des inégalités, du manque de compétitivité, etc. Dit en termes plus crus, le gouvernement doit imposer une cure d’austérité aux travailleurs pour relancer son économie.

La politique néo libéral du Gear a montré ses limites : la croissance n’est pas la baguette magique pour la création d’emplois et les lois du marché n’ont pas réduit les inégalités. L’Afrique du Sud n’a pas réduit les inégalités qui la rongent en appliquant les sacro-saintes lois du marché.

Les recommandations du FMi sont indécentes. Un mineur sud-africain qui travaille dans des conditions très durs gagnent à peine de quoi faire vivre sa famille. Ces conditions déplorables qui perdurent sont les raisons profondes des mouvements de grève et de protestation qui agitent les mines sud-africaines depuis des mois.

Faire du travail précaire la panacée pour la création d’emplois, ainsi que le recours aux entreprises de sous-traitance est la meilleure recette pour mettre le feu aux poudres de la marmite sociale qui gronde dangereusement depuis un moment.

Le FMI fait table rase du passé sud-africain où la minorité blanche a exploité la majorité noire depuis des siècles. L’Afrique du Sud est toujours le pays où la majorité noire est très pauvre, la minorité blanche très riche et où les pauvres se nourrissent des miettes laissés par les riches. Demander aux pauvres de se serrer la ceinture n’a pas de sens, à moins de vouloir perpétuer ces inégalités.

Patrick Craven, le porte-parole du Cosatu a utilisé l’image du petit déjeuner à l’anglaise où l’on sert oeuf et bacon pour caractériser les relations patronat-salariés selon le FMI. Le monde des affaires serait la poule et donnerait l’oeuf et le travailleur, comme le cochon, donnerait , sa vie pour fournir le lard, le gras dont se régale le patron.

Si le remède du FMI était appliqué à l’Afrique du Sud, il serait pire que le mal. Serrer la ceinture à une population pauvre, qui a besoin des services publics pour la santé, l’éducation, les transports, c’est la condamner à plus de pauvreté et de souffrance.

Le Cosatu met en garde le gouvernement sur l’application fatale d’une cure d’austérité et l’encourage plutôt « à s’en tenir à un programme économique radical et à s’engager sur la voie des transformations économiques qui ont fait l’objet d’un accord entre le Cosatu, l’Anc et le Sacp ».

Plus d'informations : cosatu Media Monitor

Publié le lundi 7 octobre 2013


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

économie

A lire également

Transformation radicale de l’économie pour qui ?

Bon anniversaire Mr Le Président ! Nous sommes dans la rue !

Ahmed Kathrada, la conscience de l’Afrique du Sud

Comment faire du gras sur le dos des pauvres

Brexit et l’Afrique du Sud : what a mess !

Migrants illégaux en Afrique du Sud

Un budget juste et équilibré pour tous les Sud-africains

Quand les barrages sont à sec, la Tanzanie manque d’énergie



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP