L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Jacob Zuma : victoire programmée à Mangaung

Tous les militants ont enfin voté pour choisir ceux qui seront demain les dirigeants de l’Anc et du pays. Le processus fut long et laborieux et finalement si Jacob Zuma est quasiment assuré d’un deuxième mandat, la place de second oscille entre Kaglema Motlanthe et Cyril Ramaphosa. Au delà de la compétition entre personnalités, la Conférence aura des choix à faire sur la politique à mener et l’enjeu est autrement important.

Après bien des péripéties : absence de quorum, irrégularités, retards, violences, toutes les provinces ont exprimé leur choix. Si l’on s’en tient aux chiffres, Jacob Zuma est sûr de l’emporter avec le soutien du Kwazulu Natal qui lui apporte le soutien de 974 mandats sur 4500, le soutien de la ligue des Vétérans et celle de la Ligue des Femmes. Au total Jacob Zuma obtient 2259 mandats, largement au dessus des 2251 mandats requis.

Le poste de deuxième sur la liste des « top 6 », les six dirigeants de l’Anc sont le président , le vice président , le secrétaire, le secrétaire adjoint, le trésorier et son adjoint, est largement disputé entre Kaglema Motlanthe, l’actuel vice président et l’homme d’affaires et ancien dirigeant de l’Anc, Cyril Ramaphosa.

Après les votes tardifs des provinces du Limpopo et du Cap occidental qui ont désigné Kaglema Mothlante en tête de liste pour remplacer Jacob Zuma , l’actuel vice président est toujours dépassé par Cyril Ramaphosa. Ses partisans attribuent ce retard au manque de décision et aux propos évasifs de leur candidat. Un de ses partisans affirme que la désignation de Cyril Ramaphosa n’aurait été faite que pour forcer Kaglema Motlanthe à s‘affirmer. Mais la tactique n’a pas fonctionné « Il semble maintenant que Cyril est vraiment sérieux sur sa candidature ».

Les Forces du Changement qui militent en faveur de l’actuel vice-président regroupent seulement trois provinces, le Gauteng, le Limpopo et le Cap occidental et la Ligue de la jeunesse, alors que Jacob Zuma a le soutien de six provinces, de la Ligue des femmes et de la Ligue des vétérans.

Jacob Zuma dans un entretien au journal britannique Daily Telegraph se dit prêt à travailler avec Cyril Ramaphosa qui a déjà engrangé 1800 mandats contre 160 à son rival. « Cela ne serait pas la première fois que je travaille avec Cyril Ramaphosa. Quand il était secrétaire général (de l’Anc), j’étais son adjoint. Donc cela ne serait pas la première fois, s’il est élu ».

Toutefois la fortune de Ramaphosa, estimée à plus de deux milliards de rands et les multiples intérêts de son groupe Shanduka dans tous les secteurs de l’économie sud-africaine, du fast food aux mines, en passant par les banques et la téléphonie, pose un sérieux risque de conflits d’intérêts.

La conférence devra faire le choix des futurs dirigeants de l’Anc et du pays ce qui soulèvera certainement de sérieuses discussions, mais le plus dur sera de trouver la bonne réponse à de multiples questions économiques. La question des nationalisations, celles de la redistribution des terres, du chômage, de la pauvreté seront aussi à l’ordre du jour et les Sud-africains veulent des réponses concrètes à leur problèmes de tous les jours.

Plus d'informations : cosatu Media Monitor

Publié le lundi 10 décembre 2012


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

Politique

A lire également

Transformation radicale de l’économie pour qui ?

Bon anniversaire Mr Le Président ! Nous sommes dans la rue !

Ahmed Kathrada, la conscience de l’Afrique du Sud

Comment faire du gras sur le dos des pauvres

La question du jour en Afrique du Sud : comment se débarrasser d’un président ?

Remaniement ministériel en Afrique du Sud : le séisme

En attendant Sona

L’Anc désapprouve la réadmission du Maroc à l’UA



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP