L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Afrique du Sud : la jeunesse au cœur de la bataille politique

Le rôle joué par la jeunesse dans la lutte contre l’apartheid est commémoré dans tout le pays par la Journée nationale de la jeunesse le 16 juin, jour anniversaire des émeutes de Soweto de 1976, où les jeunes se sont révoltés contre un enseignement au rabais, révolte que la police a violemment réprimée. Cette année cette commémoration tout en rappelant les valeurs du passé a fait surgir les problèmes de la jeunesse sud-africaine aujourd’hui.

L’absence du Président Zuma pour cette commémoration n’a pas manqué de susciter de nombreux commentaires. Le prétexte de sa présence au G20 de Mexico n’a pas convaincu ses opposants qui ont vu dans cette dérobade la peur d’affronter une foule hostile. Ce qui s’est confirmé dans les faits puisque son remplaçant a du affronter les quolibets des jeunes qui chantaient leur soutien à Julius Malema et que la police est intervenue pour disperser des manifestants aux abords du stade où se déroulait la cérémonie officielle à Port Elizabeth. Le parti d’opposition, DA n’a pas manqué de fustiger cette absence du pays pour cette journée historique de la lutte contre l’apartheid.

La question des jeunes va bien au-delà de la présence ou de l’absence présidentielle à cette commémoration. La vraie question pour des milliers de jeunes est celle de l’emploi. Le débat interminable autour du projet du gouvernement d’aider à l’emploi des jeunes en accordant des subventions aux patrons qui embaucheront des jeunes ne fait que retarder les mesures concrètes qui pourraient être prises. D’un côté le Cosatu s’oppose à cette manne offerte au patronat d’une main d’oeuvre au rabais, de l’autre le patronat et aussi l’opposition pressent le gouvernement de mettre en oeuvre ce programme d’aide à l’emploi des jeunes alors que l’on sait que 70% des chômeurs ont moins de 25 ans.

Les journaux abondent dans les récits de jeunes à la recherche d’un emploi, plus désespérants les uns que les autres. The Daily Mawerick a même crée une rubrique “Récits de chômeurs” où les jeunes chômeurs expriment toute la misère de leurs rêves brisés.

“Quand j’étais jeune , j’avais des projets pour faire des choses, de grandes choses. Je voulais être policier.Des fois je voulais être médecin , chauffeur. Je voulais vivre ma vie, avoir de l’argent et acheter des choses, m’occuper de mes parents, de ma famille. Mais je n’ai rien fait de tout cela. Maintenant je m’aperçois que tout cela, c’est du passé”. Le narrateur a 25 ans, pas de travail régulier, il vit dans la township de Zandspruit qui vient d’être ravagée par une éruption de violence de la part des habitants furieux de leurs conditions de vie misérable. Il n’a jamais connu sa mère, morte quand il était bébé, son père est mort maintenant , la mère de son jeune enfant aussi.

Les prochaines échéances politiques à la fin du mois de juin et à la fin de l’année ne pourront pas éviter la question de la jeunesse et de l’emploi.

.

Plus d'informations : cosatu Media Monitor

Publié le lundi 18 juin 2012


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

Pauvreté

A lire également

Rien ne va plus entre le syndicat des mineurs et le ministre des mines

Jacob Zuma sera-t-il débarqué par la direction de l’ANC ?

Big boys don’t cry : violence et virilité en Afrique du Sud

Transformation radicale de l’économie pour qui ?

Comment faire du gras sur le dos des pauvres

La haine de l’Autre : la xénophobie en Afrique du Sud

Qui va payer les aides sociales au 1er avril 2017 ?

Une victoire pour les pauvres !



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP