L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Docteur Basson ou Docteur la Mort sans regrets ni remords

Dr Basson, plus connu sous le nom de Dr la Mort à cause de son rôle dans le projet de guerre chimique et biologique de l’apartheid : Project Coast, comparait devant le Conseil des médecins, comparution qui pourrait enfin établir sa responsabilité dans ce qui a été qualifié « l’aspect le plus diabolique de l’apartheid » par Desmond Tutu.

Wouter Basson avait refusé de venir témoigner devant la Commission Vérité et Réconciliation et au cours d’un procès en 2002, il avait été acquitté de 46 charges de meurtres et fraudes. Le plan nommé Project Coast avait pour but d’éliminer les ennemis du régime d’apartheid par tous les moyens et W. Basson a fourni au régime les moyens chimiques et bactériologiques pour éliminer physiquement les opposants. Poisons, substances paralysantes, vêtements imprégnés de poison mortels, l’imagination du docteur n’avait pas de limites. Interrogé sur une radio récemment, il a simplement dit qu’il voulait tourner le dos à ce passé et aller de l’avant !

Mais le Conseil des médecins après trois jours d’audition d’experts et témoins pourrait réunir suffisamment de preuves pour le rayer des registres et lui interdire la pratique de la médecine car il est accusé par ses pairs de « conduite contraire à la profession par l’utilisation de substances chimiques dangereuses » en particulier pour avoir fourni des substances paralysantes pour faciliter l’enlèvement des opposants au régime.

Un témoin important, le Professeur Miles, a fait le portrait d’un homme qui a délibérément ignoré l’éthique médical et qui en tant que « médecin a accepté de superviser une entreprise qui n’avait rien à voir avec les fins thérapeutiques de la profession médicale ».

Au cours de son procès Dr Basson avait affirmé qu’il n’avait eu aucun problème moral ou éthique à participer à ces opérations d’enlèvements d’opposants parce qu’elles faisaient partie d’une vaste opération militaire. Pour le Pr Miles c’est confondre l’éthique militaire et l’éthique médicale qui prévaut en temps de guerre comme en temps de paix.

Si le Conseil des médecins réussit au cours des trois d’audience à démontrer la responsabilité de Docteur la Mort dans l’élimination physique des combattants contre le système d’apartheid, il lui sera définitivement interdit d’exercer la médecine.

Publié le jeudi 29 septembre 2011


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

Apartheid

A lire également

Hommage à O.R Tambo et Dulcie September

Nkosazana Dlamini-Zuma : une femme au dessus de tout soupçon ?

Meurtres, sexe et élections : où va l’ANC ?

L’Afrique du Sud lorgne toujours vers l’énergie nucléaire

Apartheid Guns and Money : A Tale of Profit

Ahmed Kathrada, la conscience de l’Afrique du Sud

Se souvenir du passé

Il y a 40 ans les jeunes de Soweto affrontaient la police de l’apartheid



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP