L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Nouvelles avancées pour lutter contre le sida

La conférence de Rome a confirmé des hypothèses pour mieux lutter contre les infections par le VIH et réduire la mortalité des malades. Ces avancées scientifiques donnent un nouvel espoir à des millions de personnes, mais encore faut-il que la volonté politique des gouvernements des pays les plus touchés par la pandémie mettent en place les processus d’accès à ces nouvelles méthodes.

Depuis 2007 des essais cliniques ont confirmé l’hypothèse que la circoncision chez les hommes réduisait les risques d’infection par le VIH et sa transmission. Une expérience menée dans le camp de squatters Orange Farm près de Johannesburg le montre clairement. Tous les hommes âgés de plus de 15 ans pouvaient avoir accès gratuitement à l’intervention. 20 000 circoncisions ont été pratiquées et le taux d’infection a chuté de manière spectaculaire, 55% de moins pour les hommes circoncis. Le ministre de la santé, Aaron Motsoaledi était déjà favorable à cette pratique et la campagne va certainement prendre de l’ampleur car le coût de l’intervention est faible, environ 40 euros, et les bénéfices en termes de droit à la vie inestimables.

Une autre avancée a été faite en ce qui concerne le traitement précoce par les antirétroviraux. La prise de ces médicaments dès que le taux des CD4, qui mesure la charge virale dans l’organisme, atteint 350 diminue les risques de mortalité et d’infections par les maladies opportunistes comme la tuberculose.

Une expérience a été menée sur 877 couples dont l’un des partenaires est séropositif, le traitement précoce par les antirétroviraux du partenaire infecté a fait chuté la transmission au partenaire sain de manière spectaculaire : un seule transmission au lieu de 27 pour les couples sans traitement.

En Afrique du Sud, la campagne de dépistage a permis à 12 millions de personnes de se soumettre volontairement aux tests de dépistage. Grâce à cette campagne 1,7 millions de personnes ont su qu’elles étaient séropositives, connaissance indispensable pour suivre les traitements disponibles. Mais trop souvent, les personnes infectées ont connaissance de leur statut trop tard quand leur CD4 a chuté à moins de 200 et que le risque de mortalité est grand.

Treatment Action Campaign en s’appuyant sur les résultats de ces expériences demandent au gouvernement de revoir sa politique d’accès aux traitements et de ne plus attendre que les taux de CD4 des malades soient inférieurs à 350 pour avoir accès aux antirétroviraux. Cette politique si elle est plus coûteuse au départ permettrait une avancée considérable pour les malades et pour le pays en luttant plus efficacement contre la pandémie.

Plus d'informations : Des avancées pour lutter contre le sida

Publié le jeudi 21 juillet 2011


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

SIDA et santé

A lire également

Jacob Zuma sera-t-il débarqué par la direction de l’ANC ?

Big boys don’t cry : violence et virilité en Afrique du Sud

Transformation radicale de l’économie pour qui ?

Bon anniversaire Mr Le Président ! Nous sommes dans la rue !

Sida : la lutte continue en Afrique du Sud

Et si l’Afrique du Sud dépénalisait l’usage du cannabis ?

Le Sida en Afrique du Sud : des avancées et des craintes

Cri d’alarme à la Conférence sur le Sida à Durban



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP