L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Exproprier pour redistribuer la terre

La redistribution des terres est un sujet ultrasensible en Afrique du Sud et la méthode adoptée jusqu’à présent par le gouvernement n’a pas tenu ses promesses. L’expropriation des terres pourrait faire l’objet d’une nouvelle loi.

Il est clair que la méthode reposant sur la bonne volonté du vendeur et de l’acheteur a fait long feu. Le gouvernement reconnaît que l’objectif de redistribuer 30 % des terres d’ici 2014 ne sera pas atteint. Actuellement seulement 5% des terres ont été redistribuées et le gouvernement avoue ne pas avoir les moyens financiers d’aller plus vite.

En marge du congrès annuel de l’association AgriSA des représentants du gouvernement ont déclaré que le gouvernement allait soumettre une nouvelle fois une loi d’expropriation au Parlement. Celle-ci permettrait de saisir les terres aux fermiers blancs qui refusent de les vendre pour qu’elles soient redistribuées aux Noirs à qui ces terres ont été volées depuis les lois de 1913.

L’an dernier le gouvernement avait déjà tenté de faire passer cette loi, mais il l’avait mise au placard devant les critiques qui dénonçaient cette loi comme étant anticonstitutionnelle car elle donnait le pouvoir aux autorités locales et gouvernementales de donner l’ordre d’expropriation et de calculer le montant des indemnités au lieu de laisser les tribunaux examiner chaque cas.

Selon des représentants du gouvernement, cette nouvelle loi permettrait d’exproprier des terres « dans l’intérêt public » pour les redistribuer. Actuellement, le gouvernement peut procéder à des expropriations uniquement pour la construction de routes ou d’infrastructures "d’intérêt public".

Des fermiers qui ne voulaient pas vendre leurs terres et faire preuve de bonne volonté, ont réussi à faire monter les prix jusqu’à trois ou quatre fois le prix du marché. La loi permettrait ainsi à l’Etat de racheter les terres à des prix inférieurs au cours du marché.

The Land Claims Commission qui traite les réclamations des victimes des déplacements forcés du temps de l’ apartheid est à court d’argent pour continuer son travail et payer les compensations prévues aux vendeurs. Ella a besoin de 16 milliards de rands pour les trois prochaines années, mais ne dispose que de 5,2milliards.

Si des fermiers blancs ont abusé de leurs droits à des compensations financières, il y aussi des fermiers blancs qui ont vendu leurs terres à moitié prix et qui ont vu ces terres redevenir des friches par manque de savoir faire et de moyens de leurs nouveaux propriétaires.

L’ombre de la tragédie des expropriations forcées des fermiers blancs du Zimbabwe plane sur la question de la terre sud-africaine et le gouvernement avance prudemment pour résoudre cette question brûlante.

Publié le vendredi 9 octobre 2009


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

Terre et agriculture

A lire également

Rien ne va plus entre le syndicat des mineurs et le ministre des mines

Jacob Zuma sera-t-il débarqué par la direction de l’ANC ?

Big boys don’t cry : violence et virilité en Afrique du Sud

Transformation radicale de l’économie pour qui ?

Mon cher poulet, venu d’ailleurs

Cent ans après les Lois sur la terre

L’augmentation qui annonce une transformation de l’agriculture sud-africaine

Retour au calme dans les vergers du Cap, jusqu’à quand ?



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP