L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Colère et frustration dans les services publics sud-africains

Le climat social est de plus en plus tendu dans les services publics. Après les grèves des médecins et infirmières, les enseignants, les policiers et autres travailleurs des services publics pourraient aussi se mettre en grève. Le Cosatu demande une réunion d’urgence avec les ministères concernés.

Depuis l’accord signé par les syndicats et le gouvernement en 2007 après une grève de plusieurs semaines dans les services publics, la situation ne s’est pas vraiment améliorée. L ‘accord avait pour objectif d ‘améliorer les rémunérations et les conditions de travail dans les services publics pour éviter la fuite du personnel qualifié vers le secteur privé. Le retard pris pour mettre en œuvre ces bonnes résolutions a été très néfaste en particulier pour le service public de santé qui a vu ses effectifs fondre et ces jours derniers, les médecins et infirmières décider d’une grève sauvage.

Le Cosatu, dans une lettre adressée à tous les ministères concernés : santé, éducation, police, finance, demande une réunion d’urgence pour désamorcer ce qu’il appelle « une bombe à retardement » dans les services publics. La réunion doit être coordonnée par le Ministre de la Fonction publique Le syndicat demande des mesures d’urgence pour remplir les postes vacants, mettre du personnel dans les secteurs prioritaires, améliorer les conditions de travail et les rémunérations.

Le Cosatu rappelle qu’il a appelé ses adhérents à soutenir l’ANC aux dernières élections parce que son Manifeste électoral avait privilégié les secteurs de la santé, de l’éducation, de la police, comme des secteurs-clés pour l’amélioration des conditions de vie des citoyens sud-africains.

Le Cosatu, tout en admettant que le nouveau gouvernement vient tout juste d’entrer en fonction, n’en exige pas moins des réponses rapides et efficaces. Certains analystes voient dans cette insistance le fait que le Cosatu n’a pas l’intention de faire pédale douce sur les revendications de ses adhérents, même s’i est une composante de l’alliance qui a conduit à la victoire électorale de l’ANC.

.

.

Plus d'informations : cosatu

Publié le vendredi 22 mai 2009


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

Syndicats et monde du travail

A lire également

Rien ne va plus entre le syndicat des mineurs et le ministre des mines

Jacob Zuma sera-t-il débarqué par la direction de l’ANC ?

Big boys don’t cry : violence et virilité en Afrique du Sud

Transformation radicale de l’économie pour qui ?

Des morts et des blessés dans une prison sud-africaine

Massacre de Marikana, un tournant dans l’histoire sud-africaine

Uber au Cap, ici pas mieux qu’ailleurs

Les mineurs sud-africains perdent et gagnent



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP