L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Afrique du Sud : un gouvernement pour répondre aux attentes populaires

« Je conduirai ce pays sur le chemin de l’amitié, de la coopération, de l’harmonie, de l’unité et du changement plus rapide « , c’est le serment prononcé par Jacob Zuma au cours de la cérémonie qui a fait de lui le quatrième président de l’Afrique du Sud démocratique. Son gouvernement devra concrétiser cet engagement

Le nouveau gouvernement comprend 34 ministres et ministres adjoints dont 17 femmes. Des femmes seront responsables de la défense, des affaires étrangères, de l’intérieur, des affaires pénitentiaires, de l’agriculture, des mines, pour nommer les principaux ministères. Kgalema Mothlante qui avait assuré l’intérim à la présidence de l’Etat, devient vice-président.

Trevor Manuel n’est plus ministre des finances, mais son poste dans la nouvelle structure de planification nationale lui donnera certainement un rôle de premier plan dans la politique économique du pays. Son successeur, Pravin Gordhan, est un expert de la fiscalité et de la collecte des impôts. Peu connu du grand public, c’est un militant de longue date, dirigeant du Congrès indien, du Front démocratique uni et de l’Anc qui a joué un rôle important au cours de la difficile période des négociations entre 1990 et 1994.

Parmi les nouveaux membres du gouvernement, on trouve plusieurs communistes et syndicalistes, comme Blade Nzimande au ministère de l’enseignement supérieur et de la formation, un poste important étant donné le manque criant de personnel compétent dans tous les secteurs de l’économie. Le ministère de l’éducation est divisé en deux avec un Ministre de l’éducation pour l’enseignement primaire et secondaire.

Rob Davies, promu ministre du commerce et de l’industrie, est un redoutable négociateur qui a mené avec ténacité les négociations sur les Accords de partenariat économique entre l’UE et son pays. Jeremy Cronin est nommé vice-ministre des transports, un poste qui peut se révéler délicat quelques mois avant la Coupe du monde de football.

Ebrahim Patel, un syndicaliste aguerri, va diriger le ministère du développement économique, une tâche difficile alors que les effets de la crise ne font que commencer, un autre syndicaliste , Membatahisi Mdladlana reste au poste de ministre du travail. Jeff Radebe, passe du ministère des transports au ministère de la justice, alors qu’un proche de Jacob Zuma, Ebrahim Ismail Ebrahim devient ministre-adjoint des relations internationales et de la coopération

Deux médecins sont nommés respectivement ministre et vice ministre de la santé, Barbara Hogan, que tout le monde voyait conserver son poste est nommé ministre des entreprises publiques.

Tous les observateurs ont noté la nomination de Pieter Mulder, élu du Freedom Front +, parti de droite afrikaner au poste de vice ministre de l’agriculture, un secteur particulièrement sensible où la redistribution des terres n’a guère avancé au cours des précédentes législatures et la nomination de Tokyo Sexwale, le militant devenu homme d’affaires à un poste de ministre.

Le nouveau gouvernement est à l’image du pays, mêlant noirs, blancs, indiens, métis, communistes, syndicalistes, hommes de droite et hommes d’affaires. Un mélange savamment dosé qui va devoir faire ses preuves et répondre très vite aux espoirs d’un peuple qui attend avec impatience une amélioration de sa vie quotidienne.

Publié le lundi 11 mai 2009


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

Politique

A lire également

Sale temps pour Jacob Zuma à trois jours de la Conférence nationale de l’ANC

Sida : convaincre les hommes pour protéger les femmes

Via Kanana Via Katlehong / Gregory Maqoma

Élection partielle en Afrique du Sud : le parti communiste sud-africain part seul

Fin de partie pour Mugabe et après ?

Zimbabwe : l’armée ou le clan Mugabe, le peuple oublié

Nkosazana Dlamini-Zuma : une femme au dessus de tout soupçon ?

Meurtres, sexe et élections : où va l’ANC ?



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP