L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Afrique du Sud : insécurité dans les mines

L’incident qui a obligé 3200 mineurs a passé 48 heures à plus de 2000 mètres sous terre montre combien la sécurité dans les mines d’or sud-africaines est précaire.

Tous les mineurs ont pu être ramenés sain et sauf à la surface, épuisés mais heureux d’être en vie. Les secours ont pris plus de temps que prévu car les moyens pour les ramener à la surface étaient limités, 90 mineurs étaient remontés à la surface toutes les vingt minutes

La mine d’Elandsrand est une mine ancienne et vétuste. C’est le second incident en un mois dans les mines d’Harmony. Un feu avait pris et brûlé pendant plusieurs jours dans une mine de la province de l’Etat libre parce que les infrastructures étaient vieilles et facilement combustibles.

À Elandsrand, la mine avait été visitée par des inspecteurs la semaine dernière, mais les syndicats sont sceptiques car ces visites aboutissent trop souvent à des certificats de complaisance. 199 mineurs sont morts en 2006, preuve tragique que l’on est loin d’assurer les conditions optimales de sécurité dans les mines sud-africaines

Dans sa brochure, « Mille et une manières de mourir », le syndicat des mineurs rappelle que depuis le début du XXe siècle jusqu’à 1986, on estime que 46 000 mineurs sont morts et plus d’un million ont été sérieusement blesses.

Au temps de l’apartheid, la vie d’un mineur ne valait pas cher. Les menaces, les punitions l’obligeaient à prendre des risques même si la mine était dangereuse. Le désastre de la mine d’or de Kinross le 16 septembre 1986, où 177 mineurs ont trouvé la mort et 235 autres sérieusement blessés aurait pu être évité si des mesures de sécurité avaient été prises.

Les conditions d’hygiène élémentaires, comme des douches, des masques pour la poussière, étaient aussi loin d’être prises en compte. Aujourd’hui sur deux millions d’anciens mineurs en Afrique australe, car les mineurs venaient de toute la région, un quart souffre de silicose

Aujourd’hui, la législation du travail et sur la sécurité ont amélioré les conditions de travail dans les mines. La fermeture de la mine d’Elandsrand pour six semaines, le temps pour le gouvernement de mener une enquête indépendante de celle qui sera faite par la direction laisse espérer que l’or sera un jour moins souillé par le sang des mineurs. .

Plus d'informations : cosatu

Publié le vendredi 5 octobre 2007


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

Syndicats et monde du travail

A lire également

Rien ne va plus entre le syndicat des mineurs et le ministre des mines

Jacob Zuma sera-t-il débarqué par la direction de l’ANC ?

Big boys don’t cry : violence et virilité en Afrique du Sud

Transformation radicale de l’économie pour qui ?

Des morts et des blessés dans une prison sud-africaine

Massacre de Marikana, un tournant dans l’histoire sud-africaine

Uber au Cap, ici pas mieux qu’ailleurs

Les mineurs sud-africains perdent et gagnent



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP