L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Le Parti communiste sud-africain en congrès

Le SACP a tenu son 12e congrès du 11 au 15 juillet 2007, à un moment important de la vie politique sud-africaine, après la conférence politique de l’ANC de juin et avant sa conférence nationale de décembre qui élira le nouveau président de l’ANC et le candidat à la présidence pour les élections de 2009. La conférence se tenait aussi après la grève des fonctionnaires et dans un climat social tendu.

Jusqu’à présent le SACP ne s’est pas présenté aux élections en tant que parti, mais ses candidats se trouvaient sur la liste des candidates présentés par l’ANC au nom de l’alliance tripartite. Ainsi des communistes étaient élus au Parlement et plusieurs ministres étaient communistes.

Aujourd’hui la question se pose avec plus d’acuité de savoir si le SACP doit présenter ses propres candidats aux prochaines élections. Des critiques très vives ont été formulées contre la politique du gouvernement qui favorise plus le " capital blanc " que les couches populaires, les travailleurs et les pauvres que les dernières statistiques estiment à 43 % de la population. La croissance économique profite à une élite, mais laisse de côté une trop grande partie de la population.

Le SACP n’est pas satisfait non plus du fonctionnement de l’alliance et voudrait avoir plus de poids au niveau du pouvoir d’état pour avoir une réelle influence sur la politique économique, le secteur public, les entreprises d’état, le système judiciaire, le système de défense et de sécurité. Le SACP plaide pour un état. interventionniste qui assure une croissance et un développement dont la majorité de la population en particulier les plus pauvres devraient bénéficier

Dans ce contexte, le congrès a adopté une résolution qui ne tranche pas la question, mais laisse la porte ouverte pour une redéfinition du pacte électoral qui jusqu’à présent liait les trois partenaires, ANC, SACP et COSATU. Soit les partenaires réévaluent le rôle et la force de chacun des partenaires pour établir un pacte préélectoral, soit le SACP va seul aux élections et une coalition gouvernementale est formée après les résultats des élections. Mais très prudemment la résolution laisse un an de réflexion au comité central avant de réunir une conférence dédiée spécifiquement à cette question et qui devrait lui donner une réponse.

Le secrétaire du parti Blade Nzimande a demandé que les deux grandes compagnies SASOL et MITTAL soient re nationalisées afin d’assurer les besoins du pays en énergie et en acier à des prix raisonnables. Sasol produit près de 40% des besoins en pétrole, mais les prix des carburants sont alignés sur les cours internationaux du pétrole ce qui est " absurde ". Les congressistes ont aussi insisté sur leur volonté de voir l’état jouer un rôle plus important dans l’économie et une plus grande intervention pour assurer les besoins de base, eau, électricité, services de santé et d’éducation.

Le congrès a élu ses dirigeants : Blade Nzimande et Jeremy Cronin restent respectivement secrétaire et secrétaire adjoint, Gwede Mantashe devient Président à la place de Charles Nqakula, l’actuel Ministre de la sécurité, d’autres ministres ont aussi été écartés de la direction du parti. Plusieurs membres de la Ligue des jeunes communistes font une entrée remarquée dans les instances dirigeantes du parti ainsi que la Ministre adjointe de la santé Nozizwe Madlala-Routledge,

Fort de 51800 membres, le SACP, tout en ne dissimulant pas ses divergences, demeure un allié fidèle de l’ANC qui avait délégué au congrès son secrétaire général Kgalema Motlanthe. Celui-ci dans son discours a souligné l’importance de la place des communistes dans la lutte contre l’apartheid et aujourd’hui pour la transformation de la société sud-africaine.

.

Plus d'informations : sacp

Publié le lundi 23 juillet 2007


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

Politique

A lire également

Jacob Zuma sera-t-il débarqué par la direction de l’ANC ?

Big boys don’t cry : violence et virilité en Afrique du Sud

Transformation radicale de l’économie pour qui ?

Bon anniversaire Mr Le Président ! Nous sommes dans la rue !

Eskom : colère et stupéfaction pour le retour de Brian Molefe à la direction de l’entreprise

La question du jour en Afrique du Sud : comment se débarrasser d’un président ?

Remaniement ministériel en Afrique du Sud : le séisme

En attendant Sona



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP