L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Congrès du Cosatu

Pendant quatre jours, les débats ont été vifs entre les délégués au 9éme congrès du COSATU. Les questions économiques : chômage, pauvreté, croissance, mais aussi les questions politiques : fonctionnement de l’alliance Anc-Cosatu-Sacp, succession à la tête de l’état, ont été passées au crible de la discussion.

La politique économique du gouvernement a été fustigée par de nombreux délégués qui reprochent à l’ANC d’avoir adopté en 1996 son programme économique GEAR sans véritable consultation avec ses alliés et d’avoir renié des engagements communs pour lutter contre la pauvreté et le chômage.

Le secrétaire général Zwelinzima Vavi n’a pas été tendre avec le nouveau plan gouvernemental ASGI qui ne répond pas aux besoins de l’économie sud-africaine toujours dominée par l’industrie minière, la production de métaux lourds et l’industrie chimique. Si les intentions du plan sont bonnes, l’absence de stratégie pour une réelle redistribution de la croissance, pour lutter contre les inégalités, le chômage et la pauvreté, ne répond pas aux besoins de la grande masse de la population. Le risque est grand de voir toujours " les mêmes suspects " bénéficier de la croissance.

L’ombre de la course à la succession présidentielle a plané sur le congrès La présence de Jacob Zuma et son acquittement pour corruption ont été acclamés par de vifs applaudissements. Le congrès a demandé aux médias de respecter la décision de la cour et " de laisser Zuma tranquille ". Une résolution a demandé sa réintégration immédiate au poste de vice-président. Le Cosatu demande aussi qu’une enquête complète et impartiale soit menée sur l’affaire des ventes d’armes qui avait suscité des présomptions de corruption à l’encontre de Jacob Zuma.

La possibilité pour le SACP d’aller sous ses propres couleurs aux prochaines élections a fait l’objet d’une vaste spéculation et le syndicat a décidé de faire un sondage pour avoir une idée des chances électorales du SACP s’il allait seul aux prochaines élections. Une telle décision aurait un impact considérable sur l’existence même de la triple alliance.

À l’issue du congrès, Willie Madisha a été réélu président de la centrale syndicale et il a lancé un appel à l’unité. Les congressistes ont exprimé leur accord pour donner la priorité à la campagne pour la création d’emplois et la lutte contre la pauvreté, pour la création d’un fonds de solidarité aux grévistes et la demande d’ un référendum national sur la pratique du " floor-crossing " qui permet à un élu de changer de parti en cours de mandat

Plus d'informations : cosatu

Publié le dimanche 24 septembre 2006


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

Syndicats et monde du travail

A lire également

Rien ne va plus entre le syndicat des mineurs et le ministre des mines

Jacob Zuma sera-t-il débarqué par la direction de l’ANC ?

Big boys don’t cry : violence et virilité en Afrique du Sud

Transformation radicale de l’économie pour qui ?

Des morts et des blessés dans une prison sud-africaine

Massacre de Marikana, un tournant dans l’histoire sud-africaine

Uber au Cap, ici pas mieux qu’ailleurs

Les mineurs sud-africains perdent et gagnent



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP