L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

L’Europe élargie et les pays ACP

Le Conseil des ministres EU-ACP qui s’est tenu les 6 et 7 mai à Gaborone au Botswana n’a pas réussi à apaiser les inquiétudes des pays ACP. Leur première déception a été l’attitude de l’UE envers la pandémie du sida.

Celle -ci s’est contenté d’un discours sur la bonne gouvernance, mais n’a annoncé aucune augmentation des fonds pour lutter contre la maladie. Elle aussi mis en garde contre la réimportation en Europe des génériques destinés aux pays les plus pauvres. Les pays ACP ne sont pas convaincus que l’entrée de dix nouveaux membres dans l’UE sera positive pour eux. De nombreuses questions restent sans réponse. Les nouveaux membres sont-ils prêts à entretenir des relations avec les pays ACP ? L’absence de représentants de ces pays à Gaborone n’est pas un bon signe. L’ouverture d’un nouveau marché pour les produits agricoles exotiques va-t-elle compensée la perte d’autres marchés Le textile et la production de sucre des pays Acp risquenr d’être en concurrence défavorable avec la production des nouveaux arrivants. La question du prix du sucre est cruciale pour les pays comme l’île Maurice, le Swaziland ou le Mozambique. La reforme des fonds pour les pays Acp n’augure rien de bon. Jusqu’à présent ces fonds étaient versés dans le Fonds Européen pour le Développement sur la base du volontariat pour chaque état. Quelle sera la contribution des nouveaux pays ? De plus la Commission veut fusionner ce fonds avec le budget général. Quelle part sera réservée aux pays ACP ? Les représentants des pays ACP n’ont pas été rassurés par les propos lénifiants de la présidence irlandaise. Surtout quand l’UE insiste pour que la révision des Accords de Cotonou incorpore la lutte contre le terrorisme et la détention d’armes de destruction massive. Le président actuel des pays ACP a fait justement remarquer qu’une des causes du terrorisme était la pauvreté et que les armes de destruction massive se trouvaient plus en Europe que dans les pays ACP.

En bref et en vrac 17 mai L’Europe élargie et les pays ACP Le Conseil des ministres EU-ACP qui s’est tenu les 6 et 7 mai à Gaborone au Botswana n’a pas réussi à apaiser les inquiétudes des pays ACP. Leur première déception a été l’attitude de l’UE envers la pandémie du sida. Celle -ci s’est contenté d’un discours sur la bonne gouvernance, mais n’a annoncé aucune augmentation des fonds pour lutter contre la maladie. Elle aussi mis en garde contre la réimportation en Europe des génériques destinés aux pays les plus pauvres. Les pays ACP ne sont pas convaincus que l’entrée de dix nouveaux membres dans l’UE sera positive pour eux. De nombreuses questions restent sans réponse. Les nouveaux membres sont-ils prêts à entretenir des relations avec les pays ACP ? L’absence de représentants de ces pays à Gaborone n’est pas un bon signe. L’ouverture d’un nouveau marché pour les produits agricoles exotiques va-t-elle compensée la perte d’autres marchés Le textile et la production de sucre des pays Acp risquenr d’être en concurrence défavorable avec la production des nouveaux arrivants. La question du prix du sucre est cruciale pour les pays comme l’île Maurice, le Swaziland ou le Mozambique. La reforme des fonds pour les pays Acp n’augure rien de bon. Jusqu’à présent ces fonds étaient versés dans le Fonds Européen pour le Développement sur la base du volontariat pour chaque état. Quelle sera la contribution des nouveaux pays ? De plus la Commission veut fusionner ce fonds avec le budget général. Quelle part sera réservée aux pays ACP ? Les représentants des pays ACP n’ont pas été rassurés par les propos lénifiants de la présidence irlandaise. Surtout quand l’UE insiste pour que la révision des Accords de Cotonou incorpore la lutte contre le terrorisme et la détention d’armes de destruction massive. Le président actuel des pays ACP a fait justement remarquer qu’une des causes du terrorisme était la pauvreté et que les armes de destruction massive se trouvaient plus en Europe que dans les pays ACP.

Source Southscan

Publié le lundi 17 mai 2004


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

SIDA et santé

Politique

A lire également

Sida : la lutte continue en Afrique du Sud

Et si l’Afrique du Sud dépénalisait l’usage du cannabis ?

Le Sida en Afrique du Sud : des avancées et des craintes

Cri d’alarme à la Conférence sur le Sida à Durban

Zimbabwe : l’armée ou le clan Mugabe, le peuple oublié

Nkosazana Dlamini-Zuma : une femme au dessus de tout soupçon ?

Meurtres, sexe et élections : où va l’ANC ?

Grace, la Disgrâce, première Dame du Zimbabwe



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP