L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

L’école est toujours marquée par les divisions raciales

La société sud-africaine porte toujours les stigmates des divisions raciales. La communauté blanche reste toujours celle qui jouit d’un niveau de vie élevé, d’un accès aux emplois les plus qualifiés. La majorité noire est encore pauvre et forme les cohortes d’ouvriers non qualifiés. Pour changer cette situation, l’école est la clé pour une transformation en profondeur, mais l’héritage est lourd.

L’apartheid avait fait de l’école un des fondements de sa politique. Aux Blancs, l’accès à une école de qualité, puis à l’université, ce qui ouvrait les portes de la maîtrise politique et économique du pays ; aux Noirs, " l’éducation bantoue " fournissant la main d’œuvre nécessaire pour les mines, l’industrie et l’agriculture.

.La ségrégation scolaire persiste : si des élèves noirs vont dans des écoles jadis réservées aux élèves blancs, aucun élève blanc ne fréquente les écoles historiquement réservées aux élèves noirs. Comme beaucoup d’écoles noires n’enseignent pas encore les mathématiques et les sciences, ce sont les élèves noirs qui n’ont pas la maîtrise de ces disciplines pourtant fondamentales.

Les frais de scolarité sont une des sources de revenus des établissements scolaires pour améliorer la qualité des bibliothèques, des laboratoires, du matériel pédagogique. Plus les parents sont riches, plus ils peuvent payer des frais élevés, meilleures sont les écoles que fréquentent leurs enfants. Comme les établissements admettent seulement les élèves qui habitent dans leur secteur géographique, les familles riches, vivent dans les quartiers chics où se trouvent les bonnes écoles et la boucle est bouclée. L’accès à l’université reste toujours un privilège blanc car les études coûtent cher, en moyenne les frais annuels sont le double du revenu annuel d’une famille noire.

Pour rompre ce cercle vicieux, à la fin des années 1990, le gouvernement avait décidé un redéploiement géographique des enseignants, mais cela n’a pas donné de résultats probants, 90% des enseignants blancs enseignent toujours dans des écoles historiquement réservées aux blancs.Des mesures vont être prises pour accorder la gratuité scolaire aux familles pauvres dès la rentrée 2006.

Des efforts considérables sont faits par le gouvernement pour changer la situation. En 2004, les Sud-africains de moins de 30 ans avaient en moyenne accompli une scolarité de dix ans, le budget pour l’éducation se taille la part du lion dans le budget national et pourtant les divisions et inégalités raciales persistent. Source Business Day

Publié le samedi 20 mai 2006


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

Enseignement

A lire également

Rien ne va plus entre le syndicat des mineurs et le ministre des mines

Jacob Zuma sera-t-il débarqué par la direction de l’ANC ?

Big boys don’t cry : violence et virilité en Afrique du Sud

Transformation radicale de l’économie pour qui ?

Pas de religion dans les écoles d’état sud-africaines

L’école gratuite : un enjeu majeur pour l’Afrique du Sud

Afrique du Sud : la violence étudiante en question

Les exigences des étudiants sud-africains : un cri contre la pauvreté



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP