L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Quand les banques vont-elles admettre leur complicité avec l’apartheid ?

Les banques multinationales refusent toujours la réconciliation, titre le communiqué de presse de Jubilee South Africa pour la journée nationale de réconciliation du 16 décembre. L’association demande aux banques multinationales de s’engager dans le processus de réconciliation en reconnaissant l’aide qu’elles ont apporté au régime d’apartheid.

Le communique pose cette question. "Peut-il y avoir réconciliation dans ce pays quand ceux qui ont tiré profit du régime d’apartheid, de la terreur et de la souffrance refusent de regarder leur passé en face ? Alors que les services de sécurité, les mouvements de libération ont accepté de se présenter devant la Commission Vérité et Réconciliation et ont demandé pardon, ces banques ont refusé de comparaître. Peut-être que leurs actions passées, comme un de leurs dirigeants l’a admis, sont embarrassantes

En 1982 Owen Horwood, qui était alors Ministre des finances, déclarait "l’histoire du développement économique de ce pays est intimement liée au capital, à la technologie et l’expertise venant de l’étranger. Des investissements importants nous apportent les trois. Cela nous permet de faire les choses mieux". Ces choses incluaient des violations graves des droits de la personne, comme les enlèvements, les viols et les meurtres.

Non seulement ces banques internationales prêtaient de l’argent au gouvernement de l’apartheid, mais parfois elles donnaient de l’argent directement aux Forces armées sud-africaines. En 1976, l’année où les Sud-Africains se révoltaient et luttaient pour la liberté, la Banque Barclays organisait une cérémonie publique pour la remise d’un chèque de 10 millions de rands au chef des Forces armées".

Le communiqué indique aussi qu’un "comité technique" de 260 banques a permis, en 1985, un rééchelonnement de la dette du gouvernement sud-africain pour lui éviter la banqueroute et un possible effondrement, et lui permettre de financer ses dépenses militaires.

Pour Jubilee South Africa "il grand temps que ces banques avouent leur soutien à l’apartheid et demandent pardon. Ce qu’elles auraient dû faire devant la Commission Vérité et Réconciliation". Source Jubilee South Africa

Plus d'informations : jubilee south africa

Publié le jeudi 15 décembre 2005


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

Apartheid

A lire également

Rien ne va plus entre le syndicat des mineurs et le ministre des mines

Jacob Zuma sera-t-il débarqué par la direction de l’ANC ?

Big boys don’t cry : violence et virilité en Afrique du Sud

Transformation radicale de l’économie pour qui ?

Ahmed Kathrada, la conscience de l’Afrique du Sud

Se souvenir du passé

Il y a 40 ans les jeunes de Soweto affrontaient la police de l’apartheid

Il y a vingt ans s’ouvrait la Commission Vérité et Réconciliation



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP