L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

L’apartheid géographique toujours là

Le dernier recensement montre très clairement que les divisions géographiques héritées de la loi dite Group Areas Act, loi sur les zones réservées de 1950, sont toujours bien visibles. Cette loi a divisé le territoire sud-africain selon les races et chacun devait vivre dans son quartier. Personne ne pouvait échapper à la loi et des quartiers mixtes ont été rasés comme District 6 au Cap ou Sophiatown à Johannesburg. Les non-blancs étaient évacués de force pour laisser la place à la reconstruction de quartiers réservés aux Blancs. Le service des statistiques a élaboré des cartes de peuplement selon les données du recensement de 2011. « Les municipalités sont devenues plus intégrées racialement…Cependant l’héritage de l’apartheid a laissé une marque profonde sur la structure sociale de l’espace urbain sud–africain ». Les métropoles où cette ségrégation raciale est la plus visible sont les métropoles de Nelson Mandela Bay avec les villes de Port Elizabeth et Uitenhage, eThekwini (Durban), la ville du Cap, Ekurhuleni et Tshwane (Pretoria). Johannesburg est la ville spatialement la moins ségrégée. .


Imprimer cette brève


Envoyer cette brève

© RENAPAS

Les dernières brèves

Manifestations pour dénoncer la corruption et pour la démission du Président Zuma


Bonne nouvelle pour les séropositifs sud-africains


L’une entre au Parlement, l’autre en sort


Après Bell Pottinger, le cabinet d’audit KPMG, victime du scandale Gupta




© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP