L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Des morts et des blessés dans une prison sud-africaine

La prison de Saint Albans près de Port-Elizabeth a été le théâtre d’une bagarre entre prisonniers et gardiens qui a tourné au drame : il y a eu trois morts et une dizaine de blessés graves. Des bagarres d’une extrême violence entre prisonniers ont lieu régulièrement et les gardiens qui essaient d’intervenir le font au risque de leur vie.

Le surpeuplement des prisons et le manque de personnel sont des données bien connues, mais les autorités ne prennent pas les mesures nécessaires. Avec un taux d’occupation de 133% les prisons sud-africaines hébergent 160 000 prisonniers. Le personnel des services pénitenciers compte 26 000 fonctionnaires. Il existe deux centres de formation qui accueillent 1000 stagiaires par an, ce qui selon le syndicat des policiers et personnels pénitentiaires est insuffisant pour combler le déficit.

Les gardiens travaillent par équipes : quand une équipe est de service, l’autre est de repos. Ce système ne permet pas de faire le travail de réhabilitation des prisonniers qui est indispensable pour leur avenir, 80% des prisonniers récidivent après leur sortie de prison. Pour le Popcru « les prisonniers ne devraient jamais être laissés à eux–mêmes dans l’indolence et l’oisiveté ». Ils devraient contribuer aux dépenses courantes et à l’entretien des centres pénitentiaires. La nourriture, le mobilier, les réparations devraient être faites par les prisonniers et « ils devraient même être intégrés aux programmes de développement des zones rurales ce qui serait une façon de rembourser les torts qu’ils ont causé…Les prisons ne doivent plus être des entrepôts où les gens attendent leur date de sortie ».

Le Popcru est particulièrement en colère devant l’inaction des autorités pénitentiaires qui sont parfaitement au courant de la situation, mais qui cherche à y remédier en augmentant la technologie de surveillance, à recourant à la privatisation et la sous-traitance des services en sous–estimant l’encadrement social des prisonniers.

Plus d'informations : Cosatu

Publié le mercredi 28 décembre 2016


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Syndicats et monde du travail

A lire également

Massacre de Marikana, un tournant dans l’histoire sud-africaine

Uber au Cap, ici pas mieux qu’ailleurs

Les mineurs sud-africains perdent et gagnent

Silicose : une avancée pour les mineurs



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP