L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Lesotho : un coup dans l’eau ?

Qui se soucie du Lesotho et de son coup d’état ? Pas les médias occidentaux, mais tous ses voisins de l’Afrique australe, en premier lieu l’Afrique du Sud qui compte sur les réserves en eau du petit royaume montagnard pour approvisionner sa riche province du Gauteng et pour faire tourner ses mines et industries, étancher la soif de ses grandes villes et prévenir une éventuelle sécheresse dont la menace n’est jamais loin.

Le Lesotho a plus d’eau qu’il n’en peut boire et ses voisins voudraient bien profiter de cette manne. Son puisant voisin, l’Afrique du Sud lorgne depuis longtemps sur cette richesse. Enclavée au beau milieu de l’Afrique du Sud, ce petit royaume envoie ses hommes pour travailler dans les mines sud-africaines depuis des lustres( il y avait des mineurs du Lesotho parmi les morts de Marikana) et toute son économie dépend du puissant voisin. Aussi toute instabilité politique au Lesotho peut avoir des répercussions fâcheuses à Pretoria. Ce qui explique que l’Afrique du Sud est en première ligne pour résoudre la crise politique qui frappe le Lesotho.

Pour faire couler l’eau vers l’Afrique du Sud, un projet grandiose a vu le jour dans le massif montagneux de Maluti où deux barrages ont été construits et un système de tunnels et réservoirs déversent l’eau dans la rivière Vaal en Afrique du Sud. Une centrale électrique fournit l’électricité nécessaire à ce petit pays dont l’énergie est à 100% renouvelable.

Cet ensemble n’est que la phase I d’un projet beaucoup plus ambitieux. En mai 2013, un accord entre les deux pays a été conclu pour la construction d’un autre barrage, de réservoirs, stations de pompage et canalisations pour apporter encore de l’eau en Afrique du Sud. L’ensemble de ce vaste projet est connu sous le nom de Lesotho Highlands Water Project (LHWP) et remonte à a fin des années 1980 quand l’Afrique du Sud de l’Apartheid était sous le coup de sanctions.

Passant outre, pas moins de 19 multinationales et consortiums se sont lancés dans l’aventure avec l’aide de la Banque mondiale. Pour remporter les marchés, la technique des pots de vin est bien connue et a été utilisée avec une abondance telle que nombre des ces compagnies se sont retrouvées devant les tribunaux. Pour en savoir plus, il faut consulter le site http://www.internationalrivers.org/... qui relate toute l’affaire.

Dépendante du Lesotho pour son approvisionnement en eau, l’Afrique du Sud ne peut pas tolérer l’instabilité politique ou sociale chez son petit voisin et déjà en 1998, elle était intervenue pour mater une rébellion et des désordres sociaux. Cette invasion avait fait quelques centaines de morts.

Il n’est donc pas anodin que le Premier ministre du Lesotho qui a dissous l’Assemblée, se sentant menacé, se réfugie en Afrique du Sud et que Pretoria soit à la manœuvre pour calmer le jeu. L’eau est un bien précieux que l’agitation politique ne doit pas troubler.

Publié le mardi 2 septembre 2014


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Lesotho

Politique

A lire également

La déferlante chinoise engloutit l’industrie textile d’Afrique australe

Lesotho

Meurtres, sexe et élections : où va l’ANC ?

Grace, la Disgrâce, première Dame du Zimbabwe

Quoi de neuf en Afrique du Sud ?

Jacob Zuma sera-t-il débarqué par la direction de l’ANC ?



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP