L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Le syndicat des métallurgistes ne fera pas campagne pour l’ANC

A l’issue d’un congrès extraordinaire, le Numsa, le syndicat des métallurgistes, clarifie ses positions envers le parti au pouvoir, annonce qu’il ne fera pas campagne pour l’Anc en 2014 et lance le projet d’un nouveau parti du travail.

Environ 1200 délégués avaient fait le déplacement pour assister au congrès extraordinaire de leur syndicat qui revêt une signification capitale pour l’avenir de la centrale syndicale Cosatu, l’Alliance tripartite et les élections de 2014. Le Numsa a aussi décidé de ne plus verser sa cotisation de 800 000 rands par mois au Cosatu.

Le Numsa a exprimé son ras-le-bol (gatvol en argot urbain) devant la politique néo-libérale menée par le gouvernement. Il demande au Cosatu de se retirer de l’alliance avec l’ ANC et le SACP qui date de 1990. Le Numsa rejette le nouveau plan de développement national (NDP) qu’il juge aussi mauvais que le Gear mis en place dès 1996 et qui avait mis un frein au RDP, Plan de redistribution et de développement, adopté par l’Anc pour les élections de 1994 et qui s’appuyait sur la Charte de la Liberté adopté en juin 1955.

Il aussi annoncé qu’il ne soutiendrait aucun parti aux prochaines élections du printemps 1914. Le Numsa veut revenir au fondamentaux d’une alliance populaire au service des travailleurs et des plus pauvres à la manière du Front démocratique uni des années 1980 qui avait réussi à rassembler plus de 250 organisations dans la lutte commune pour mettre fin au système d’apartheid.

Son ambition est de former un nouveau parti des travailleurs qui pourrait se présenter aux élections de 2019. Cette coalition pourrait regrouper le nouveau syndicat Amcu, rival du Num, le front démocratique de gauche, le Mouvement national des transports et le nouveau parti de Julius Malema, le EFF. Le programme de ce futur parti aurait pour fondement la Charte des libertés.

Le Mouvement des personnes sans emploi (Unemployed People’s Movement) se réjouit de l’annonce « d’une nouvelle formation pour travailler ensemble et unir les luttes au travail et dans les quartiers pour une Afrique du Sud vraiment libérée ».

Le Numsa a décidé de recruter et de syndiquer des travailleurs dans le secteur des mines, de la construction, de l’industrie chimique et pétrolière, ce qui est contraire à la politique de la Cosatu qui a toujours défendu le principe d’un syndicat par branche d’activité.

Le Numsa a déjà prévu des grèves pour le début de l’année prochaine, en particulier pour interdire l’exportation des métaux de récupération, la nationalisation de la Banque centrale et des mines, des entreprises Sasol et ArcelorMittal South Africa.

Publié le vendredi 20 décembre 2013


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Syndicats et monde du travail

A lire également

Des morts et des blessés dans une prison sud-africaine

Massacre de Marikana, un tournant dans l’histoire sud-africaine

Uber au Cap, ici pas mieux qu’ailleurs

Les mineurs sud-africains perdent et gagnent



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP