L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Menace de licenciements dans les mines d’or

La direction de Gold Fields pourrait licencier 2384 mineurs de la mine de South Deep si ses propositions de changement d’organisation des équipes pour améliorer la productivité sont rejetées par le NUM

La proposition de la direction est de remplacer le système actuel des équipes qui travaillent 9h30 par jour pendant sept jours, puis deux jours de congés, par des équipes qui travailleraient 12 heures par jour en alternant quatre jours de travail et quatre jours de repos. Les mineurs auraient ainsi 43 jours de repos supplémentaires par an. Ce dispositif augmenterait le temps de production qui passerait de 12 à 15 heures 30 sur 24 heures.

L’avantage pour Gold Fields est de faire tourner son équipement plus longtemps pour rentabiliser la mécanisation des opérations d’extraction du minerai dans les galeries. Selon la direction cette organisation du travail permettrait la création de 400 emplois à court terme et de passer de 3500 employés à 5000 quand le système fonctionnera à plein rendement et que la production atteindra 700 000 onces d’or par an en 2015. Le groupe Gold Fields a pour objectif de produire 5 millions d’onces d’or en 2015

Le Syndicat des mineurs NUM n’est pas convaincu du bienfait de ce nouvel arrangement proposé par la direction de la mine qui aboutirait à payer moins les mineurs « Nous sommes prêts à aller à la bataille. Nous n’en resterons pas là » a affirmé le porte-parole du NUM. Lesiba Seshoka a déclaré que le syndicat n’est pas prêt à accepter une offre qui aboutirait à donner plus de congés, mais moins d’argent dans la poche des mineurs, contrairement à ce qu’affirme la direction.

Le syndicat Uasa qui représente 13% du personnel a accepté les conditions de la direction. Le Num qui représente 74% du personnel les rejette et se dit prêt à lancer la grève dans toutes les mines du groupe. Le Num a 60 jours pour négocier au bout desquels la direction peut licencier les grévistes et embaucher du personnel selon les nouvelles conditions de travail.

Plus d'informations : cosatu Media Monitor

Publié le samedi 4 août 2012


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

sports

A lire également

Jacob Zuma sera-t-il débarqué par la direction de l’ANC ?

Big boys don’t cry : violence et virilité en Afrique du Sud

Transformation radicale de l’économie pour qui ?

Bon anniversaire Mr Le Président ! Nous sommes dans la rue !

Le rugby sud-africain entre talent et préjugés

L’Afrique du Sud a mal sa Coupe du monde de football

Coupe du monde : ce qui se cache derrière la grève des gardes de sécurité

Fausses notes dans le concert des Vuvuzela



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP