L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

L’intégration régionale : la réponse au développement de l’Afrique australe

Le Ministre sud-africain du développement économique Ebrahim Patel favorise l’intégration régionale pour développer des politiques industrielles communes et stimuler un développement équilibré de tous les pays d’Afrique australe.

En s ‘adressant à des industriels et des hommes d’affaires, Ebrahim Patel a insisté sur la nécessité de prévoir la sortie de crise en instaurant un dialogue régional pour stimuler l’économie et l’emploi.

Le rôle de l’Etat est essentiel pour stimuler la croissance et pour sa part l’Afrique du Sud a un programme d’investissement à hauteur de 787 milliards de rands pour répondre à la récession que traverse le pays, la plus forte depuis 17 ans. « Nous devons regarder du côté d’un développement créateur d’emplois et le patronat peut contribuer à cet objectif ».

Le dialogue de l’Afrique du Sud avec les pays voisins est essentiel alors que l’Union européenne essaie de créer des divisions parmi les pays de la SADC (Communauté de développement d’Afrique australe) ! ou la SACU (Union douanière d’Afrique australe) en cherchant à conclure des accords de partenariats économiques bilatéraux. Le Botswana, le Lesotho et le Swaziland viennent de signer des accords commerciaux avec l’UE alors que la Namibie et l’Afrique du Sud ont refusé ces accords.

Pour le ministre sud-africain, si l’Afrique du Sud réussit sa croissance industrielle, il faut que cette dernière soit faite en harmonie avec celle des pays voisins, sinon le risque de déséquilibre régional aura un effet déstabilisateur. Seule une vision et une approche communes pour intensifier les investissements, le développement des infrastructures et les accords commerciaux régionaux peut apporter une solution viable pour la croissance économique régionale et celle du continent africain tout entier.

L’Afrique du Sud ne peut pas être un îlot de prospérité au détriment des pays voisins, mais les besoins de tous doivent être pris en compte dans une approche régionale.

Publié le vendredi 14 août 2009


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Développement

A lire également

Transformation radicale de l’économie pour qui ?

L’Afrique du Sud manque d’eau de bonne qualité

Les femmes de Marikana ne discutent plus avec Lonmin

Energie nucléaire : le prochain scandale sud-africain



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP