L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

L’ANC doit regagner la confiance de son électorat

En mars prochain, les élections municipales seront un test crucial pour le parti au pouvoir, alors qu’il traverse une période difficile avec des scandales de corruption à répétition et un mécontent grandissant dans la population.

Le rapport des forces politiques est telle que tous les analystes prévoient une victoire facile de l’ANC aux prochaines élections de mars, car il n’y a en face aucun parti pouvant prétendre à le supplanter. Toutefois la bataille sera rude au sein même de l’ANC et devant son électorat.

Les scandales pour corruption se succèdent et ternissent sérieusement l’image d’un parti qui avait fait de l’intégrité de ses dirigeants son credo. Après l’affaire Jacob Zuma, celle de la nouvelle vice-présidente, Phumzile Mlanbo-Ngcuka, vient noircir le tableau. Son voyage controversé dans les émirats arabes "avec des personnes ayant des intérêts d’affaires privées" au frais du contribuable fait les gros titres des journaux.

La tentation est si grande pour les élus de confondre leurs intérêts avec ceux qui les ont élus que la direction de l’Anc a le 8 janvier, jour anniversaire de la création de mouvement, rendu public son programme électoral qui contient un code de conduite très strict pour les futurs élus.

Les futurs élus aux élections locales doivent s’engager publiquement à ne pas quitter leur circonscription pour vaquer ailleurs à des occupations plus lucratives et à rendre compte de leur mandat quatre fois par an à leur électorat. S’ils ne respectent pas cet engagement, ils pourront être démis de leur mandat par la direction de l’ANC. Cet engagement vise à redonner de la crédibilité au parti, qui bien que majoritaire, voit ses effectifs militants fondre.

La mauvaise gestion locale a provoqué la colère de la population la plus pauvre, qui, comme au temps de la lutte contre l’apartheid, n’a pas hésité à manifester dans les townships avec violence en affrontant les forces de police.

Pour regagner la confiance des électeurs, il ne suffit pas de promettre de réduire la pauvreté, de promettre que tous les logements seront équipés de sanitaires et de l’électricité d’ici 2012, mais de le démontrer par des réalisations concrètes.

Les prochaines années seront décisives pour l’avenir de l’ANC, le plus vieux mouvement de libération du continent. Il devra faire la démonstration qu’il est l’héritier de ceux qui n’ont pas hésité à mettre leur vie au service de leur peuple et que l’arrivée au pouvoir ne signifie pas la course à la réussite et à l’enrichissement personnel. . .

Publié le mercredi 18 janvier 2006


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Politique

A lire également

Grace, la Disgrâce, première Dame du Zimbabwe

Quoi de neuf en Afrique du Sud ?

Jacob Zuma sera-t-il débarqué par la direction de l’ANC ?

Eskom : colère et stupéfaction pour le retour de Brian Molefe à la direction de l’entreprise



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP