L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Rien ne va plus entre les pays ACP et l’Union Européenne

La dernière réunion des parlementaires européens et des pays ACP qui s ‘est tenue à Bamako dernièrement a provoqué la colère des ONG qui dénoncent les Accords de Partenariat Economique qui risquent de ruiner l’agriculture et l’industrie africaines.

Les APE ont, selon l’UE, pour but de " soutenir les processus d’intégration régionale et d’assurer un accès au marché européen pour les pays ACP " et ces accords seraient la réponse moderne et attrayante du nouveau siècle pour relever les défis au développement et en finir avec la pauvreté.

Les organisations de la société civile africaine sont loin d’être convaincues, bien au contraire elles ont répliqué par une déclaration commune, pays d’Afrique de l’ouest et pays d’Afrique australe, qui qualifie ces accords " d’arme de destruction massive des économies africaines et des pays ACP ".

Avant toutes négociations, il faudrait que les pays ACP disposent déjà de secteurs économiques sains, de producteurs compétitifs et d’états qui fonctionnent vraiment. C’est loin d’être le cas pour la majorité de ces pays et leur demander d’ouvrir leurs marchés aux produits européens, c’est à coup sûr la ruine de leurs productions, en particulier les productions agricoles.

Le représentant de l’Organisation de la coordination des paysans du Mali a donné comme exemple l’importation de blé européen à prix subventionnés qui a ruiné la production locale de sorgho et de millet car les gens préfèrent manger du pain à bon marché.

Le président du Botswana a exprimé ses craintes sur ces accords que certains pays pourraient accepter comme " un fait accompli " mais sans vraiment en mesurer les effets. Pour Aminata Traoré, ces accords " sont totalement irresponsables " et elle a prédit à l’Europe une arrivée massive d’immigrants illégaux fuyant la pauvreté et le chômage qui vont de plus belle continuer à ravager leur pays.

Pour ces militants et leurs organisations, l’Afrique et les pays ACP doivent se protéger et imposer des quotas pour les produits en provenance de l’UE. C’est possible et c’est ce qui a été fait au Cameroun pour enrayer l’importation de poulets congelés européens qui ruinait les élevages locaux.

Des députés européens de gauche sont convaincus de l’analyse faite et la députée européenne Glenys Kinnock a résumé ces négociations et accords entre les pays ACP et l’UE en ces termes : " C’est un peu comme un match de boxe entre moi et Mike Tyson ". Source Southscan

Publié le mardi 10 mai 2005


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Développement

A lire également

L’Afrique du Sud lorgne toujours vers l’énergie nucléaire

L’énergie solaire fait ses preuves dans la province du Cap Nord

Transformation radicale de l’économie pour qui ?

L’Afrique du Sud manque d’eau de bonne qualité



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP