L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

4. Les sites Internet

En bref

Déjà 58 morts dans les mines sud-africaines pour 2018


Les chiffres sont confirmés par les autorités et comptabilisent 7 morts de plus qu’à la même période en 2017. Pour le secrétariat d’état aux mines, la situation est consternante en dépit des efforts accomplis parce que ce sont toujours les mêmes causes à l’origine des accidents mortels dans les mines. « Ce qui nous inquiète c’est qu’encore une fois ce sont les secousses sismiques, les chutes de rochers, les incendies qui sont les causes principales de ces accidents mortels. Nous sommes aussi très préoccupés par le nombre de femmes affectées par ces accidents et le nombre accru des problèmes de santé ». Pour le Conseil des mines (patronat) ces accidents exigent une attention particulière sur les contrôles techniques pour éviter ces accidents en particulier dans les mines à grande profondeur.


Albertina a disparu ! C’est la faute à Mandela !


Nelson Mandela n’est pas le seul héros sud-africain naît en 1918. Il était prévu aussi de célébrer la naissance d’Albertina Sisulu, une héroïne de la lutte contre le régime d’apartheid. Mais pas de chance, Albertina a disparu dans l’ombre de l’icône nationale ! A l’Université Walter Sisulu, Yvonne Mokgora, juge de la Cour constitutionnelle, à la retraite, chargée de faire l’éloge d’Albertina a eu la surprise de voir l’auditorium décoré avec des portraits de Nelson Mandela et de Walter Sisulu, compagnon de Mandela et époux d’Albertina, mais aucun d’Albertina, aucune bannière évoquant la vie d’Albertina. Militante, épouse, mère de cinq enfants, Albertina a été emprisonnée, harcelée par la police, mais n’a jamais cessé de se battre contre l’injustice et pour les droits des femmes. Elle a été une des dirigeantes du mouvement de masse en 1985, députée pour l’Anc dès 1994. Pour Yvonne Mokgara, le constat est amère « Je suis désolée de le dire, je ne veux en aucun cas manquer de respect, mais aujourd’hui on devait honorer uMama Albertina Sisulu et je suis navrée de ne voir aucun portrait d’elle dans cette salle ». Pour une étudiante qui assisté à la cérémonie, c’est à ce genre de « petites choses comme cela que l’on voit que le patriarcat a encore de beaux jours devant lui dans ce pays ». Albertina Sisulu aurait eu cent ans le 21 octobre prochain.


[toutes les brèves]



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP