L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

2. L’actu par pays

Tanzanie


945 087 km²
36 588 225 habitants
Capitale : Dar es Salaam (la nouvelle capitale, Dodoma, accueille déjà certaines administrations et l’Assemblée nationale, mais le transfert n’a pas été officialisé)
Langues : Kiswahili (officielle), Kiunguju (variante swahilie de Zanzibar), Anglais (officielle), Arabe (essentiellement à Zanzibar), etc.

Namibie


825 418 km²
1 954 033 habitants
Capitale : Windhoek
Langues : Anglais (off.), Afrikaans (langue vernaculaire), Allemand, Oshivambo, Herero, Nama...

Zambie


752 614 km²
10 462 436 habitants
Capitale : Lusaka
Langues : Anglais (off.), langues vernaculaires : Bemba, Kaonda, Lozi, Lunda, Luvale, Nyanja, Tonga et environ 70 autres langues régionales.

Zimbabwé


390 580 km²
12 671 860 habitants
Capitale : Hararé
Langues : Anglais (off.), Shona, Sindebele (ou Ndebele) et autres langues.

Swaziland


17 363 km²
1 169 241 habitants
Capitale : Mbabane (Lobamba : capitale royale et législative)
Langues : Anglais et siSwati (off.)

Mozambique


801 590 km²
18 811 731 habitants
Capitale : Maputo
Langues : Portugais (off.) et autres langues.

Malawi


118 480 km²
11 906 855 habitants
Capitale : Lilongwe
Langues : Anglais et Chichewa (off.) et autres langues.

Lesotho


30 355 km²
1 865 040 habitants
Capitale : Maseru
Langues : Sesotho (Sotho du Sud), Anglais (off.), Zoulou et Xhosa

Botswana


600 370 km²
1 561 973 habitants
Capitale : Gaborone
Langues : Anglais (off.), Setswana

Angola


1 246 700 km²
10 978 552 habitants
Capitale : Luanda
Langues : Portugais (off.) et langues du groupe bantou.

Afrique du Sud


1 219 912 km²
42 718 530 habitants
Capitale : Pretoria (Le Cap : capitale législative ; Bloemfontein : capitale judiciaire)
Langues officielles : Afrikaans, Anglais, Ndebele, Pedi, Sotho, Swazi, Tsonga, Tswana, Venda, Xhosa et Zoulou

En bref

Namibie : la Chine n’aime pas les syndicats indépendants


La mine de Rössing en Namibie est l’une des plus importantes mines d’uranium au monde. En 2019 China National Nuclear Corporation Rössing Uranium Limited a acheté 68,62 % des actions à Rio Tinto, le géant minier australien. Devenu majoritaire, la compagnie chinoise a imposé sa gestion et ses conditions de travail aux mineurs. Pendant des années le syndicat des mineurs de Namibie (MUN) a négocié et finalement obtenu des accords favorables aux 780 mineurs de Rössing. Le nouveau propriétaire de la mine a aussitôt licencié le président du syndicat de la mine de Rössing, Johannes Hamutenya et 8 autres syndicalistes. La direction chinoise entend imposer ses conditions en supprimant toute les clauses de la convention collective obtenue par des années de luttes en supprimant échelle des salaires, congés, augmentation des salaires etc. Les mineurs licenciés ne peuvent plus faire vivre leurs familles correctement. Une campagne de solidarité internationale a été initiée pour faire pression sur la compagnie chinoise qui ne veut plus de syndicats indépendants. Mais le conflit a pris une dimension politique « Il s’agit des relations entre la Chine et le gouvernement namibien. Alors, nous les travailleurs nous comptons pour rien » constate amèrement Hamutenya.


L’année universitaire commence par un drame


La police a tiré pour disperser les étudiants qui manifestaient et un passant, un homme de 35 ans a été tué. Les étudiants manifestaient pour protester contre le retard du versement des bourses, les difficultés pour s’inscrire à l’université et la multiplication des difficultés liées à la pandémie du Covid. L’émotion est vive dans tous le pays et les campus universitaires se mettent en mouvement les uns après les autres. Les revendications vont de l’annulation des dettes étudiantes à la démission du ministre des universités Blade Nzimande.


[toutes les brèves]



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP