L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

6. Adhérer à RENAPAS

L’accès au vaccin contre le Covid 19 est-il un droit humain ?


L’Afrique du Sud est le chef de file pour défendre l’accès au vaccin contre le Covid 19 comme un droit humain contre la vision mercantile des pays riches et des grands groupes pharmaceutiques. Son expérience douloureuse dans la lutte pour l’accès aux médicaments pour les personnes infectées par le VIH n’a pas été vaine.

Le charbon tue à bout portant ou à petit feu


Le 22 octobre, Fikile Ttshangase a été tuée par balles chez elle dans son village d’Ophondweni au Kwazulu-Natal. Elle était membre d’une organisation locale qui luttait pour la défense des droits de sa communauté contre l’extension d’une mine de charbon. D’autres avant elle ont été tués. Le charbon est un serial killer sud-africain sans honte ni remords depuis près de deux siècles.

Le Cosatu appelle à la grève


Le Congrès des syndicats sud-africains (Cosatu) appelle tous les travailleurs à cesser le travail ce mercredi 7 octobre, coïncidant avec sa création il y a 35 ans. Devant l’étendue du désastre économique, la corruption généralisée, la gabegie dans la gestion des entreprises publiques, l’action des syndicats est indispensable pour imposer un changement de politique.

Georges Bizos et les autres : des vies pour la liberté


La disparition de Georges Bizos, après celles de Denis Goldberg, d’Andrew Mlangheni, accusés du procès de Rivonia, vient de fermer un grand chapitre de l’histoire de l’Afrique du Sud et de la lutte contre l’apartheid. Garder vive la mémoire de ces hommes justes est plus que nécessaire par les temps difficiles que traverse l’Afrique du Sud.

Covid19 et le cours de l’or


La Covid-19 responsable d’une pandémie sans précédent qui va engendrer crise économique et crise sociale a provoqué une forte demande pour le métal précieux. Compagnies minières et spéculateurs se frottent les mains : le cours de l’or pourrait atteindre 2000 dollars l’once. Pour les mineurs sud-africains, il s’agit de travailler dans un environnement sûr et de survivre à la contamination.

Adhérer à RENAPAS


En bref

Covid 19 : un vaccin fabriqué en Afrique du Sud


Alors que l’Afrique du Sud est gravement touchée par la pandémie, ses compétences acquises dans la lutte contre le sida et la tuberculose, lui donne une certaine autorité.Aspen, la firme pharmaceutique sud-africaine a conclu un accord avec la multinationale Johnson &Johnson pour fabriquer le vaccin Ad26.COV2-S dans ses installations de Port Elizabeth si ce dernier reçoit le feu vert de fabrication. Ce vaccin est en phase 3 des essais cliniques sur 60 000 adultes répartis dans huit pays, dont l’Afrique du Sud. Un autre vaccin AstraZenecca/Oxford Covid 19 est aussi testé au Royaume-Uni, aux Usa, au Brésil et en Afrique du Sud Pour ces deux vaccins, leur efficacité et leur mise en fabrication pourrait se faire au premier trimestre 2021 Ce qui est important pour l’Afrique du Sud, c’est d’avoir les capacités techniques de fabrication, de stockage, d’emballage. Le PDG d’Aspen reste très prudent en reconnaissant que « nous vivons dans un monde d’inconnus » mais « ce qui est important pour nous c’est d’avoir été reconnu pour avoir les compétences de fabrication par les agences de santé européennes et américaines » Aspen a investi plus de 19 millions d’euros dans son usine de fabrication ultramoderne de Port Elizabeth. Quand les investissements ont été faits, personne ne pensait alors à la pandémie du Covid 19, mais 300 millions de vaccins pourront être fabriqués dans cette usine dès 2023. Un atout pour le continent africain. Source Daily Maverick


Nayemaka Goniwe, une militante oubliée


Nayemaka Goniwe, une militante oubliée La mort de la veuve de Matthew Goniwe, un des quatre militants enlevés par la police sud-africaine et connus sous le nom des Cradock Four, rappelle combien le rôle des femmes dans la lutte contre l’apartheid fut crucial pour mettre fin à ce régime criminel. En 1985, son époux et trois autres militants, enlevés par les forces de police pour leurs activités militantes, furent massacrés ; leurs corps calcinés retrouvés une semaine après près de Port Elizabeth. Nayemaka et les trois autres veuves n’ont jamais baissé les bras pour connaître la vérité. Une enquête fut ouverte en 1993 et les forces de sécurité de l’époque furent reconnues coupable d’enlèvement et de meurtre. En 1997, six policiers demandèrent l’amnistie devant le Commission Vérité et Réconciliation pour le meurtre des Cradock Four. Nayemaka fut toujours aux cotés de son époux pendant les années de lutte.


[toutes les brèves]



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP