L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

7. Bulletin d’infos

Bulletin d’information


Abonnez-vous gratuitement à notre bulletin d’informations par courriel !

En bref

Lesotho : le Premier ministre annonce sa démission


Thomas Thabane premier ministre du Lesotho, vient d’annoncer qu’il démissionnerait à la fin du mois de juin parce qu’il se sent vieux et fatigué. La vraie raison est peut-être qu’il risque d’être inculpé pour complicité pour le meurtre de sa première femme. Lipolelo Thabane a été tuée par balles en juin 2017, deux jours avant que son mari devienne premier ministre. Maesaiah Thabane, sa seconde épouse a été inculpée pour ce meurtre présumé. Elle doit comparaitre devant le tribunal le mois prochain, son mari, Thomas Thabane est le « second accusé » de ce meurtre commandité. Le Lesotho, petit pays de 3 millions d’habitants, enclavé dans l’Afrique du Sud, connaît des turbulences politiques depuis 1998, un coup d’état militaire n’est pas à exclure, ce qui inquiète les pays voisins. La richesse du Lesotho est son eau pure et abondante dévalant des montagnes, est un atout convoité par ses voisins qui manquent cruellement d’eau.


Zimbabwe : les femmes victimes de sextortion


Sextortion ou extorquer du sexe contre un emploi, un logement, de quoi manger ou trouver une place à l’école pour son enfant est devenu une forme de paiement quand les femmes n’ont pas d’argent. C’est ce que rapporte le quotidien britannique The Guardian en publiant les chiffres d’une enquête faite par Transparency International Zimbabwe. 45% des femmes interrogées ont admis avoir reçu une demande de faveur sexuelle pour payer un service, et 15% ont utilisé un rapport sexuel en échange d’un emploi. Dans un pays en crise comme le Zimbabwe, échanger du sexe contre un service fait partie de la culture de la corruption qui gangrène ce pays à l’économie exsangue. Les femmes entrepreneurs ne sont pas épargnées et l’obtention d’un marché pour un contrat public les oblige à offrir du sexe en échange, ce qui semble naturel pour les hommes qui ont le pouvoir d’attribuer un marché. La même peine est infligée aux femmes qui cherchent un terrain pour le cultiver, construire une maison ou installer un commerce ou un atelier. Ce fléau qui stigmatise les femmes est une atteinte grave à leur dignité, note le rapport qui précise aussi que les femmes portent rarement plainte car la police et la justice sont aussi corrompues et majoritairement masculines. La corruption par le sexe renforce les inégalités entre hommes et femmes et la marginalisation économique des femmes.


[toutes les brèves]



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP