L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

7. Bulletin d’infos

Bulletin d’information


Abonnez-vous gratuitement à notre bulletin d’informations par courriel !

En bref

When they came for me, The hidden diary of an apartheid prisoner


When they came for me, The hidden diary of an apartheid prisoner John R Schlapoberski Editions Berghahn avril 2021

Il a fallu beaucoup de temps avant que l’auteur publie le journal qu’il avait tenu secrètement pendant les 55 jours de sa détention. Arrêté parce que soupçonné d’être un opposant au régime, d’avoir des amis noirs, et des lectures subversives, le cauchemar a commencé le vendredi 13 juin 1969. Pendant cinq jours, obligé de se tenir pied nu sur une brique, John Schlapoberski a été privé de sommeil, soumis aux questions de ses bourreaux qui se relayaient jour et nuit. Un des tortionnaires exaspéré par son silence lui dira « Mr Schlapoberski, ici ce n’est pas l’Algérie avec sa réserve sans fin de terroristes de la Casbah. Les Français n’avaient aucune chance de contrôler les Arabes là-bas. Mais ils nous en ont appris assez pour contrôler notre population ici ». Des membres de la sécurité sud-africaine sont allés en Algérie apprendre les techniques de torture, comme la privation de sommeil infligée à ce jeune sud-africain. Un livre témoin des liens entre la France et le régime d’apartheid.


Nouvelle brève


Jacob Zuma devant le juge : je plaide non coupable Plus de dix ans après avoir été accusé de fraude, corruption, blanchiment d’argent, racket, Jacob Zuma s’est enfin présenté devant le tribunal de Pietermarizburg ce mercredi 26 mai. Il a écouté le juge lire l’acte d’accusation et a répondu qu’il plaidait non coupable. Il est accusé d‘avoir reçu 791 paiements entre 1995 et 2004 de la part de Thalès. Ces versements se faisaient par l’intermédiaire d’une société appartenant à Shab Shaik, Nkobi Group. Mais comme ni Shaik, ni sa compagnie n’avait les fonds nécessaires pour faire de tels versements, ils empruntaient de l’argent avec un fort taux d’intérêt. Ces sommes présentées comme des prêts n’ont jamais été remboursées. Entre 1999 et 2000, Thales et Shaik avait décidé de verser 500 000 rands annuels (environ 30 000 euros) à Jacob Zuma afin qu’il les protège de toute enquête compromettante dans cette affaire d’achats d’armes. Une société basée à l’île Maurice servait d’intermédiaire à Thalès pour les versements. Thalès réglait aussi les notes d’hôtels et d’achats de costumes quand Jacob Zuma venait en voyage à Paris. Zuma est accusé de fraudes, blanchiment d’argent et racket. L’avocate représentant Thalès a rejeté toutes ces accusations. A la sortie du tribunal, les amis de Jacob Zuma étaient venus apporter leur soutien à l’ancien président. Parmi eux, Ace Magashule, le secrétaire général de l’ANC lui–même accusé de fraude et corruption et suspendu de ses fonctions en attendant son procès. Le procès de Jacob Zuma qui pourrait durer plusieurs semaines est l’un des procès les plus importants pour l’Afrique du Sud. Renapas.rezo.net


[toutes les brèves]



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP