L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

3. Les dossiers

Grands dossiers


En bref

Le meurtrier de Chris Hani doit rester en prison


La demande de libération sous conditions de Janusz Walus pourrait être à nouveau rejetée si le juge qui doit prendre la décision tient compte de la déclaration de la victime, la veuve de Chris Hani. Celle ci s’oppose à toute libération conditionnelle de l’assassin de son mari parce qu’il n’a jamais exprimé le poindre remords et qu’il n’a pas dit toute la vérité. Si Walus a bien été le tireur et Clive Derby-Lewis, l’homme qui lui a fourni l’arme, on ne sait toujours pas qui a donné l’ordre de tuer Chris Hani et l’identité des comploteurs. Le Sacp exige que toute la vérité soit faite sur ce meurtre politique, commis le 10 avril 1993, à un moment crucial de la période des négociations entre le Parti National et l’Anc. Janusz Walus et Clive Derby Lewis, avaient été condamnés à la prison à vie en octobre 1993, Clive Derby-Lewis, libéré pour raisons médicales, est mort d’un cancer en novembre 2016.


La déchirure s’agrandit entre l’Anc et le Sacp


La direction de l’Anc a beau dire qu’il n’y aura pas de sanction contre les députés qui ont voté la motion de défiance au parlement le 7 août dernier, des sanctions vont être prises pour Derek Hanekom, Makhosi Khoza and Pravin Gordhan, les trois membres de l’Anc qui depuis longtemps critiquent ouvertement le gouvernement et demandent la démission du Président Jacob Zuma. Le Sacp dénonce cette mesure dans les termes les plus virulents et exige le départ de Jacob Zuma qui doit rendre des comptes au pays. « La démission de Jacob Zuma ne résoudra pas seule tous les problèmes structurels auxquels sont confrontés notre mouvement et notre pays, mais cela sera un pas décisif pour construire la base de la résolution des problèmes associés à la faillite de son rôle de dirigeant ». Déclaration très mal prise par l’Anc qui a répondu que « l’Anc n’est pas une structure du Sacp, et donc ne se laissera pas dicter sa politique par des déclarations du Sacp publiés dans la presse » et réfute l’accusation d’attiser la lutte des factions en sanctionnant les députés qui n’ont pas respecter la discipline de vote de l’Anc qui était de voter contre la motion de défiance. La guerre est ouverte entre les alliés historiques de la lutte contre l’apartheid.


[toutes les brèves]



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP