L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Namibie : la Chine n’aime pas les syndicats indépendants

La mine de Rössing en Namibie est l’une des plus importantes mines d’uranium au monde. En 2019 China National Nuclear Corporation Rössing Uranium Limited a acheté 68,62 % des actions à Rio Tinto, le géant minier australien. Devenu majoritaire, la compagnie chinoise a imposé sa gestion et ses conditions de travail aux mineurs. Pendant des années le syndicat des mineurs de Namibie (MUN) a négocié et finalement obtenu des accords favorables aux 780 mineurs de Rössing. Le nouveau propriétaire de la mine a aussitôt licencié le président du syndicat de la mine de Rössing, Johannes Hamutenya et 8 autres syndicalistes. La direction chinoise entend imposer ses conditions en supprimant toute les clauses de la convention collective obtenue par des années de luttes en supprimant échelle des salaires, congés, augmentation des salaires etc. Les mineurs licenciés ne peuvent plus faire vivre leurs familles correctement. Une campagne de solidarité internationale a été initiée pour faire pression sur la compagnie chinoise qui ne veut plus de syndicats indépendants. Mais le conflit a pris une dimension politique « Il s’agit des relations entre la Chine et le gouvernement namibien. Alors, nous les travailleurs nous comptons pour rien » constate amèrement Hamutenya.


Imprimer cette brève


Envoyer cette brève

© RENAPAS

Les dernières brèves

Nous ne saurons jamais la vérité sur la mort d’Ahmed Timol


When they came for me, The hidden diary of an apartheid prisoner


Nouvelle brève


Guerre ouverte des factions au sein de l’ANC




© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP