L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

La culture du tabac au Malawi : un esclavage qui ne dit pas son nom

British American Tobacco, la plus grande compagnie qui commercialise le tabac est accusé de travail forcé par deux mille paysans du Malawi qui cultivent les plants de tabac dans des conditions proches de l’esclavage. Le cabinet de juristes Leigh Day qui représente les plaignants a envoyé une lettre d’avertissement à BAT avant de porter l’affaire devant la Haute cour de justice de Londres. Les paysans à qui ont fait des promesses jamais tenues, travaillent comme métayers sur des exploitations d’un hectare environ qui demandent au moins la présence de quatre travailleurs pour obtenir les feuilles de tabac qui seront achetées par BAT, qui en fixera le prix. Ces métayers travaillent sur des terres appartenant à des exploitants sous contrat avec BAT. Les métayers qui restent dix mois sur la ferme ne gagnent pas plus de 200 £ par an pour une récolte après avoir travaillé 10 à 10 heures par jour. Les enfants travaillent comme les adultes et manipulent des pesticides dangereux. Pour les avocats qui représentent les familles de métayers du Malawi, il est grand temps que les multinationales qui font des profits énormes rendent des comptes sur la façon dont ils exploitent les paysans pauvres du Malawi.


Imprimer cette brève


Envoyer cette brève

© RENAPAS

Les dernières brèves

Disparition de Ben Turok


Le Zimbabwe au bord d’ une crise alimentaire majeure


Elections moroses en Namibie


La culture du tabac au Malawi : un esclavage qui ne dit pas son nom




© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP