L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Pour que justice soit faite

Plus de 20 ans après le rapport de la Commission Vérité et Réconciliation, des crimes commis par la police et l’armée de l’apartheid restent impunis. Un témoignage tardif et la détermination de la famille et des associations de défense des droits humains ont réussi à faire la lumière sur mort du militant Ahmed Timol. Les autorités avaient affirmé qu’il s’était suicidé en sautant par la fenêtre du commissariat où il avait été détenu et torturé à mort. La Fondation pour les droits humains, Khulumani Support Group, Legal Resources Centre, la famille Ahmed Timol lancent un appel pour ceux qui savent, policiers, témoins, disent ce qu’ils on vu et entendu. Desmond Tutu, président de la CVR encouragent les bouches à s’ouvrir « Les informations pouvant conduire à la découverte de la vérité mettront un terme à ces affaires et apporteront un apaisement non seulement aux familles, mais à la nation tout entière. Cela contribuera à développer une société compatissante tout en préservant la mémoire et la dignité de ceux qui ont donné leur vie pour la démocratie. Huit cas de mort restent encore non élucidées : les « suicides » dans les locaux de la police de Neil Aggett, de Hoosen Haffejee, Babla Salooje ; la mort « accidentelle » de Matthews Mabelane ; la mort « naturelle » de Nicodemus Kgoathe, Solomon Modipane et Jacob Monnakgotla et la disparition de Nokuthula Simelane après son enlèvement par la branche spéciale de la police en 1983.


Imprimer cette brève


Envoyer cette brève

© RENAPAS

Les dernières brèves

Victoire pour les usagers du cannabis en Afrique du Sud


L’Afrique du Sud entre en récession


Swaziland : la Danse des Roseaux et la pornographie


Ni excuses, ni compensations pour le génocide des Hereros et Namas de Namibie




© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP