L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

La poudrière du monde agricole sud-africain

Après les grèves et la décision du ministère du travail d’instaurer un salaire de 105 rands par jour pour tous les ouvriers agricoles à partir du 1er mars 2013, la réponse patronale ne se fait pas attendre : embauchons des ouvriers étrangers qui travaillent plus pour gagner moins et surtout qui ne font pas grève ! « Les fermiers pensent que s’ils doivent payer le salaire minimal, il vaut mieux payer un ouvrier qui travaillent deux fois plus. Les ouvriers étrangers sont beaucoup plus productifs que les Sud-africains et ils n’ont pas cette mentalité de faire grève » a déclaré le Président du syndicat des fermiers Tau Sa. Pas moins de 6487 demandes ont été faites auprès du ministère du travail d’embaucher du personnel étranger et 918 demandes, dont 407 pour la seule province du Cap occidental, pour être dispenser de payer le nouveau salaire légal de 105 rands, ce qui va toucher 74603 ouvriers agricoles. Le porte parole du Ministère a beau affirmer que le salaire légal s’applique à tous les travailleurs agricoles, nationaux ou étrangers, la crainte d’une vague de xénophobie n’est pas exclue par les dirigeants syndicaux.

Voir en ligne : cosatu Media Monitor


Imprimer cette brève


Envoyer cette brève

© RENAPAS

Les dernières brèves

Le meurtrier de Chris Hani doit rester en prison


La déchirure s’agrandit entre l’Anc et le Sacp


Caster Semenya reste la reine du 800 mètres


Pas de chasse aux sorcières pour les députés dissidents de l’Anc




© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP