L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Jacob Zuma en prison : le début de la fin ?

Après 17 ans d’impunité, la justice vient de condamner Jacob Zuma à 15 mois de prison pour injure à la cour. Il doit se rendre à la police sous cinq jours, faute de quoi, c’est la police qui viendra le chercher pour l’emmener en prison. Un grand soulagement pour les honnêtes citoyens sud-africains.

Depuis 2004, le pays vit au rythme des scandales à répétition et des démêlés burlesques d’un président avec la justice. Tout cela était une comédie insupportable alors que l’espoir de vivre mieux pour les plus pauvres des Sud-africains s’évanouissait dans la poussière soulevée par les voitures de luxe des dirigeants qui paradaient dans les townships en faisant des promesses aussitôt oubliés.

Le journaliste Stephen Grootes résume très bien l’absurdité de la situation « Le tribunal n’a pas ordonné la privation de sa liberté à l’ancien président parce qu’il a permis que des individus nous vole, pas parce qu’il nous a vendus aux Guptas, pas parce qu’il a tenté de diviser notre nation, pas parce qu’il a reçu de l’argent de Schabir Shaik, mais simplement parce qu’il a refusé d’obéir à la Cour constitutionnelle qui lui ordonnait de témoigner devant la Commission Zondo. Pour le dire autrement : il va aller en prison parce qu’il refuse de témoigner alors qu’il avait dit qu’il le ferait devant une commission qu’il a lui-même nommée. Si cela semble absurde, c’est parce que c’est absurde »

Jacob Zuma a cinq jours pour se rendre au commissariat de Nkandla ou à celui de Johannesburg, faute de quoi c’est la police qui viendra le chercher. Que font faire ceux qui soutiennent toujours le président déchu ? Déjà les vétérans de MK, l’aile armée de l’ANC, qui vient d’être dissoute, ont protesté en accusant la justice de partialité. Son fils Edward Zuma se dit prêt à mourir pour son père.

Que peut faire Jacob Zuma ? Obéir et mettre en avant son âge et sa santé pour obtenir une réduction de peine ? Se cacher quelque part au Kwazulu-Natal où il a beaucoup d’amis ? Fuir à l’étranger, à Dubaï par exemple où son fils Duduzane lui trouvera certainement une place au soleil ? Se battre ? Mais avec qui ? Une grande partie de l’ANC lui est franchement hostile et l’opinion publique, les contribuables sont las de ses pitreries juridiques qui coûtent de l’argent et encombrent les tribunaux.

La décision de la Cour constitutionnelle est un signal fort pour tous ceux qui se croient au-dessus des lois. Que vous soyez ministre, élu ou simple citoyen vous ne pouvez plus ignorer la loi. Si Jacob Zuma, le combattant, le dirigeant va en prison, tous ceux qui ont largement collaboré aux pillages des ressources de l’Etat, peuvent eux aussi s’attendre à rendre des comptes et à être punis par la loi.

La Commission Zondo a salué cette décision « …ce jugement est d’une grande importance pour le respect de la loi, le principe de l’égalité devant la loi, la primauté de notre Constitution et la protection de notre démocratie constitutionnelle.

Pour le Président Cyril Ramaphosa c’est aussi un moment crucial car il a fait de la lutte contre la corruption un engagement essentiel de son mandat. L’Anc a déjà convoqué son Comité national exécutif pour la fin de la semaine et demande à ses adhérents de rester calme « pendant ce moment difficile » pour notre parti

C’est aussi un grand moment pour les organisations qui ont sans relâche dénoncé la corruption et les journalistes d’investigation qui ont permis de mettre au grand jour, les magouilles les plus sordides des profiteurs de tout acabit.

Publié le mercredi 30 juin 2021


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

Corruption

A lire également

Le Parti communiste d’Afrique du Sud a cent ans

Cyril Ramaphosa peut-il redonner confiance dans le gouvernement dirigé par l’ANC ?

Jacob Zuma en prison et après ?

Une constitution pour tous les Sud-Africains

Jacob Zuma & C° : corrompus, corrupteurs enfin devant la justice ?

Zimbabwe : pauvreté, violence, corruption et Covid 19

Corruption : le grand nettoyage a-t-il commencé en Afrique du Sud ?

Corrompus et corrupteurs, une liaison sud-africaine sans fin



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP