L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

La grève des mineurs de platine, une leçon pour l’avenir

Après cinq mois de grève, les mineurs dans les mines de platine vont reprendre le travail en ayant obtenu des résultats substantiels. Cette grève a aussi changé les rapports de force dans le monde du travail et montré le besoin d’un véritable changement pour les plus pauvres, le besoin de mettre vraiment fin à l’apartheid.

L’annonce par le dirigeant d’Amcu, Joseph Mathunjwa, dans le grand stade de Rustenberg de la fin de la grève et de la reprise du travail a été accueillie avec soulagement par les grévistes, qui n’avaient plus reçu de salaires depuis cinq mois. Avec fierté aussi, car leur ténacité a fait céder un patronat plus habitué à empocher des bénéfices qu’à céder aux revendications de son personnel.

Si tous les détails de l’accord ne sont pas encore connus, il est acquis que celui-ci est valable pour trois ans. Les plus bas salaires seront augmentés de 1000 rands par mois les deux premières années et de 950 rands la troisième année. Les heures supplémentaires, les congés payés, les primes seront augmentées en fonction de l’inflation.

Mais des demandes de fond ont été rejetés comme l’augmentation de l’allocation logement qui permet à un mineur de vivre avec sa famille en dehors de la mine, ou la demande d’une somme de 3000 rands pour faciliter le retour au travail des grévistes. Il n’y apas non plus d’accord sur le moratoire sur les licenciements, ce qui laisse planer une menace. Toutefois le gouvernement a promis d’aider les mineurs à obtenir un logement décent et Angloplats a promis une aide alimentaire aux familles et une aide aux transports.

En cinq mois de grève, les compagnies ont perdu 23,9 milliards de rands, les mineurs 10,6 milliards de rands , le PIB a chuté, et la grève a été la cause d’affrontements violents et d’une cinquantaine de morts, le massacre de Marikana ayant été la tragique expression du désespoir des mineurs.

Cette grève a montré qu’en 20 ans de démocratie, le changement attendu n’est pas à la hauteur des espérances. La pauvreté est toujours là pour les mêmes : la majorité de la population noire qui forme les cohortes de travailleurs sans qualification qui peinent dans les mines pour un salaire de misère et que cette situation n’est plus acceptable et ne sera plus acceptée.

Plus d'informations : Cosatu Media monitor

Publié le mardi 24 juin 2014


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

Syndicats et monde du travail

A lire également

Hommage à O.R Tambo et Dulcie September

Nkosazana Dlamini-Zuma : une femme au dessus de tout soupçon ?

Meurtres, sexe et élections : où va l’ANC ?

L’Afrique du Sud lorgne toujours vers l’énergie nucléaire

Rien ne va plus entre le syndicat des mineurs et le ministre des mines

Des morts et des blessés dans une prison sud-africaine

Massacre de Marikana, un tournant dans l’histoire sud-africaine

Uber au Cap, ici pas mieux qu’ailleurs



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP