L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Afrique du Sud : dur mois d’avril pour les consommateurs

Une série d’augmentations va frapper le portemonnaie des consommateurs sud–africains au mois d’avril : électricité, carburants, transports vont afficher des prix en hausse. Les plus pauvres vont être les plus touchés par ces augmentations.

Tous les analystes économiques s’accordent à dire que ces augmentations sont annonciatrices de temps difficiles pour le pays et que la création d’emplois va être encore plus difficile. La croissance n’est pas assez forte pour compenser les coûts plus élevés de la production et le pouvoir d’achat en berne va avoir un impact négatif sur l’économie du pays.

Le Cosatu dénonce avec virulence ces augmentations qui touchent de plein fouet la vie quotidienne des plus pauvres. L’augmentation de 16% du prix de l’électricité va empêcher de nombreux foyers de s’en servir.

Déjà le coût élevé de l’électricité oblige 25% des foyers à continuer à utiliser le bois et le charbon pour faire se chauffer et faire la cuisine. Le système des compteurs prépayés a été dénoncé depuis longtemps car il fait de l’électricité une marchandise et non plus un produit de base distribué par un service public. Les coupures de courant pour non paiement ont touché près d’un million de personnes parmi les plus pauvres c’est-à- dire les populations noires rurales et les habitants des bidonvilles.

Le Cosatu dénonce la privatisation des services publics comme Eskom, toujours détenu majoritairement par l’Etat, mais coté en bourse, et qui fonctionne selon les lois du marché en voulant faire le plus de profits possibles. En trois ans les augmentations ont été de 81,8 % auxquelles s’ajoutent les augmentations locales, décidés par les conseils municipaux qui peuvent aller de 14 à 100%. Au bout du compte, le prix de l’électricité a doublé en trois ans.

Ce qui fait dire au porte parole du Cosatu que l’impossibilité pour les plus pauvres d’avoir accès aux services de base comme l’électricité, l’eau, les transports, l’éducation, la santé « reflète les degrés de l’apartheid économique et l’inégalité des revenus et de la propriété privée qui envahissent toute notre société, la plus inégalitaire au monde ».

Aux augmentations des prix de l’électricité vont s’ajouter au cours du mois d’avril celle des carburants, 70 cents pour l’essence en moyenne et le prix du péage autoroutier qui doit entrer en vigueur à la fin du mois.

Plus d'informations : cosatu Media Monitor

Publié le mercredi 4 avril 2012


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

économie

A lire également

Rien ne va plus entre le syndicat des mineurs et le ministre des mines

Jacob Zuma sera-t-il débarqué par la direction de l’ANC ?

Big boys don’t cry : violence et virilité en Afrique du Sud

Transformation radicale de l’économie pour qui ?

Le nouveau code minier sud-africain laisse les mineurs sur le carreau

Brexit et l’Afrique du Sud : what a mess !

Migrants illégaux en Afrique du Sud

Un budget juste et équilibré pour tous les Sud-africains



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP