L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter

Difficile mise en pratique de la discrimination positive en Afrique du Sud

La loi sur l’égalité pour l’emploi qui a pour objectif de favoriser les populations victimes de discrimination à l’embauche, les Noirs, les femmes et les handicapés, se révèle difficile à faire appliquer et le rapport de la commission sur l’égalité pour l’emploi fait état de résultats décevants et parfois même inattendus.

Les entreprises rechignent à confier des postes de responsabilité aux Noirs même si la loi, Equity Employment Act adoptée en 1998, les y oblige. Les 100 plus importantes entreprises du pays continuent à nommer aux postes de direction des hommes blancs, les noirs occupant des postes sans réel pouvoir de décision Pour le rapporteur de la commission " l’économie est toujours dans les mains des blancs et la transformation ne va pas assez vite ".

La division raciale de l’apartheid se retrouve dans les chiffres fournis par la commission. L’augmentation des Noirs aux postes de responsabilité n’a augmenté que de 9,5 % pour la période 2000-2006, le pourcentage d’Africains est passé de 5,1 à 11,3 %, celui des Métis est passé de 2 à 4,4 % et celui des Indiens de 2,4 à 6,2 %

La loi a permis aux femmes blanches de faire une percée spectaculaire aux postes de responsabilité, passant de 4,5 % à 14,7 % soit trois fois plus que leur représentation dans la population active, montrant que ceux qui ont le pouvoir d’attribuer ces postes, essentiellement des hommes blancs, préfèrent à compétences égales une femme blanche à une femme noire.

Les femmes noires sont les grandes perdantes. Les postes de responsabilité détenus par des femmes africaines n’a augmenté que de 1,7 %, ceux par des femmes métisses de 1,3 % et ceux par des femmes indiennes de 1,2 %. Perdants aussi les handicapés dont le pourcentage d’actifs est passé de 0,9 % à 0,7 %.

Devant les effets pervers de la loi, la commission en vient à suggérer que les femmes blanches pourraient ne plus bénéficier de préférence à l’emploi, mais le ministre du travail a réaffirmé que le statut préférentiel pour toutes les femmes devait être maintenu. Des contrôles plus sévères et des mesures vont aussi être prises pour contraindre les entreprises à respecter la loi. Source Cosatu Daily News

Plus d'informations : coasatu

Publié le vendredi 18 mai 2007


Imprimer cet article


Envoyer cet article

© RENAPAS

Les thèmes de cet article

Afrique du Sud

Syndicats et monde du travail

A lire également

Sale temps pour Jacob Zuma à trois jours de la Conférence nationale de l’ANC

Sida : convaincre les hommes pour protéger les femmes

Via Kanana Via Katlehong / Gregory Maqoma

Élection partielle en Afrique du Sud : le parti communiste sud-africain part seul

Rien ne va plus entre le syndicat des mineurs et le ministre des mines

Des morts et des blessés dans une prison sud-africaine

Massacre de Marikana, un tournant dans l’histoire sud-africaine

Uber au Cap, ici pas mieux qu’ailleurs



© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP