L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter


Sites partenaires



Actualités sociales
sur l'Afrique australe

Transport routier sud-africain dans la tourmente

Il y a plus d’un an que le transport routier sud-africain est la cible d’attaques meurtrières : camions incendiés, chauffeurs assassinés. Les actes de violence ont été si nombreux ces dernières semaines que le Ministre de la police et le gouvernement envisagent d’envoyer l’armée pour arrêter le carnage. Quels motifs derrière cette violence ciblée ?

>>>

Nous avons faim !

Le Prix Nobel de la Paix a été décerné en 2020 au Programme alimentaire mondial et le 16 octobre est la journée internationale pour le droit à l’alimentation. Ce jour–là des militants ont manifesté en Afrique du Sud pour crier leur colère devant la détérioration de la situation alimentaire dans leur pays, ravagé comme le reste du monde par la pandémie du Covid 19.

>>>

La saison des salopettes orange est-elle arrivée ?

Les prisonniers portent une salopette orange dans les prisons d’Afrique du Sud et tous ceux qui ont dénoncé la corruption se battent pour que la lutte promise par le Président Ramaphosa ne reste pas une promesse vaine. Une série de mises en examen et arrestations en attendant le procès de Jacob Zuma est-elle l’annonce d’un vrai grand nettoyage dans les rangs du gouvernement et de l’ANC ?

>>>

Mozambique, Afrique du Sud, Russie, Total : ça gaze !

L’exploitation des réserves de gaz naturel au Mozambique, estimées à 5000 milliards de mètres cubes, va reconfigurer le marché mondial du gaz, faire de l’un des pays les plus pauvres du monde, le quatrième producteur mondial. Qui profitera de cette manne ? Le Mozambique ? Les pays d’Afrique australe ? La Russie ? les Brics ? Total et autres multinationales ? Où les populations d’Afrique australe ?

>>>

Deon Meyer, La Proie, le polar politique de la rentrée

Si vous n’avez pas bien suivi les coups tordus de la présidence de Jacob Zuma ; si vous avez la nostalgie des années de lutte contre l’apartheid ; si vous pensez comme un des personnages que « Nous revoilà au temps de l’apartheid : mensonges et trahisons » ; si vous voulez un polard bien ficelé qui vous tienne en haleine, ce livre est pour vous.

>>>

Femme, noire et travailleuse au temps de l’apartheid

Dans un ouvrage publié en 1975, For their thriumphs and for their fears Hilda Bernstein, une militante anti-apartheid avait montré en quoi être femme, être noire et être travailleuse était une triple oppression en Afrique du Sud. Ces femmes n’avaient pas en tête le concept d’intersection alité, mais elles le vivaient au quotidien.

>>>

Afrique du Sud : Covid 19 et les charognards

On avait espéré que la corruption à grande échelle qui avait vidé les caisses de l’état sud- africain, au profit de Gupta & C° faisait partie du passé. La pandémie a ravivé l’appétit des « charognards » qui ont remporté des appels d’offres sans se soucier de la qualité du matériel fourni et qu’ils ont facturé au prix fort. Le Président Ramaphosa est-il un épouvantail impuissant aux dents molles ?

>>>

Zimbabwe : pauvreté, violence, corruption et Covid 19

« La saison des arrestations et enlèvements de militants est arrivée » écrit le Réseau des défenseurs des droits humains d’Afrique australe, pour dénoncer la répression qui s’abat sur les opposants au Président Mnangagwa dont l’arrivée au pouvoir en 2018 n’a rien changé à la vie quotidienne du Zimbabwe : pauvreté, pénurie, répression avec en plus la pandémie du Covid 19 et la corruption qui va avec.

>>>

Covid 19 : il pleut toujours où c’est mouillé !

Ce sont toujours les plus pauvres qui paient le prix fort d’une pandémie. C’est un truisme que de le dire, bien que nombreux titres de journaux semblent le découvrir. Pour l’Afrique australe, le risque de la contamination par le virus risque d’être surpassé par la faim. Du Zimbabwe au Swaziland, comme en Afrique du Sud, il faudra aussi compter les morts de faim.

>>>

Corruption : le grand nettoyage a-t-il commencé en Afrique du Sud ?

L’annonce de l’arrestation et comparution devant un tribunal de sept personnes le 17 juin impliquées dans la banqueroute de la banque VBS et celle d’un redoutable chef de gang au Cap seraient-elles le début d’un grand nettoyage dans les milieux politiques où la frontière avec le crime organisé est particulièrement poreuse ? En tout cas, un succès pour le parquet sud-africain.

>>>

Tous les articles >>>

Les brèves

Covid 19 : un vaccin fabriqué en Afrique du Sud

Alors que l’Afrique du Sud est gravement touchée par la pandémie, ses compétences acquises dans la lutte contre le sida et la tuberculose, lui donne une certaine autorité.Aspen, la firme pharmaceutique sud-africaine a conclu un accord avec la multinationale Johnson &Johnson pour fabriquer le vaccin Ad26.COV2-S dans ses installations de Port Elizabeth si ce dernier reçoit le feu vert de fabrication. Ce vaccin est en phase 3 des essais cliniques sur 60 000 adultes répartis dans huit pays, dont l’Afrique du Sud. Un autre vaccin AstraZenecca/Oxford Covid 19 est aussi testé au Royaume-Uni, aux Usa, au Brésil et en Afrique du Sud Pour ces deux vaccins, leur efficacité et leur mise en fabrication pourrait se faire au premier trimestre 2021 Ce qui est important pour l’Afrique du Sud, c’est d’avoir les capacités techniques de fabrication, de stockage, d’emballage. Le PDG d’Aspen reste très prudent en reconnaissant que « nous vivons dans un monde d’inconnus » mais « ce qui est important pour nous c’est d’avoir été reconnu pour avoir les compétences de fabrication par les agences de santé européennes et américaines » Aspen a investi plus de 19 millions d’euros dans son usine de fabrication ultramoderne de Port Elizabeth. Quand les investissements ont été faits, personne ne pensait alors à la pandémie du Covid 19, mais 300 millions de vaccins pourront être fabriqués dans cette usine dès 2023. Un atout pour le continent africain. Source Daily Maverick

Voir en ligne : Daily Maverick


Nayemaka Goniwe, une militante oubliée

Nayemaka Goniwe, une militante oubliée La mort de la veuve de Matthew Goniwe, un des quatre militants enlevés par la police sud-africaine et connus sous le nom des Cradock Four, rappelle combien le rôle des femmes dans la lutte contre l’apartheid fut crucial pour mettre fin à ce régime criminel. En 1985, son époux et trois autres militants, enlevés par les forces de police pour leurs activités militantes, furent massacrés ; leurs corps calcinés retrouvés une semaine après près de Port Elizabeth. Nayemaka et les trois autres veuves n’ont jamais baissé les bras pour connaître la vérité. Une enquête fut ouverte en 1993 et les forces de sécurité de l’époque furent reconnues coupable d’enlèvement et de meurtre. En 1997, six policiers demandèrent l’amnistie devant le Commission Vérité et Réconciliation pour le meurtre des Cradock Four. Nayemaka fut toujours aux cotés de son époux pendant les années de lutte.


Aider les mères et leurs bébés à naître quand le Covid 19 apporte la mort.

Maintenir son service de gynécologie et d’obstétrique de l’hôpital Dora Niginza à Port Elizabeth à tout prix, avec 10 médecins stagiaires, voilà la belle histoire du Docteur Mfundo Mabenge. « Si nous devons mourir, nous avons décidé de mourir au travail ». Alors que la pandémie faisait rage dans la province du Cap oriental, que les hôpitaux et dispensaire étaient surchargés, le Dr Mabenge et son équipe n’ont jamais baissé les bras, accueillant les femmes enceintes infectées ou non par le Covid 19. Chaque moi entre 600 à 800 femmes accouchent dans son service qui a maintenant 16 médecins. Toute l’équipe a travaillé sans relâche, alors que les stagiaires préparaient leur examen final. Tous ont été reçus et sont maintenant spécialisés en gynécologie-obstétrique. Le Dr Mabenge leur accordait un jour de congé pour étudier.


Diamants ou cacahuètes ?

Vous n’achetez plus de diamants ? Reprenez donc quelques cacahuètes ! C’est ce qu’à du se dire ce tailleur de diamant indien qui a abandonné la taille de la gemme pour la plantation de cacahuètes. La vente des diamants est en chute libre, les mines ferment les unes après les autres à cause de la pandémie du Covid 19. L’Inde est le pays où 80% des diamants extraits dans le monde sont taillés et polis avant de rejoindre le marché de la joaillerie. Avec la pandémie du Covid 19, le marché s’est effondré et Patel, comme beaucoup de ses collègues a quitté la ville et le polissage des diamants pour rejoindre son village pour planter des cacahuètes « Je ne gagnerais pas autant mais au moins je ne mourrai pas de faim et je n’ai pas peur d’être infecté par le Corona virus ». La pandémie a affecté tout le monde minier et des fermetures définitives entrainant des milliers de licenciements sont à prévoir, mais le diamant ne semble plus attirer le chaland riche qui lui préfère l’or, éternelle valeur refuge quand tout va mal. Les importations de diamants bruts par l’Inde ont chuté de 1,5 milliards de dollars à un million de dollars, et Anvers, autre plaque tournante du commerce de diamants bruts a chuté de 20% en un an et ses exportations de diamants polis de 46%. Le joailler de luxe Tiffany& C° a vu ses ventes de bagues de fiançailles diminuer de moitié au plus fort de l’épidémie entre février et avril 2020. Alors que les experts en marketing avaient parié sur un élan vital par une recrudescence des mariages, ils se sont lourdement trompés. Un diamant pour la vie, c’était avant le Covid 19 !




© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP