L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter


Sites partenaires



Actualités sociales
sur l'Afrique australe

Afrique du Sud : des élections pour défendre la liberté d’expression !

Dans moins d’un mois, les Sud-Africains iront voter pour renouveler leurs représentants à l’Assemblée nationale, qui éliront le président du pays pour cinq ans. Au bout de 25 ans de gouvernement, le parti au pouvoir a beaucoup perdu de son crédit auprès d’électeurs lassés par les scandales, la corruption et l’inertie face aux inégalités et à la pauvreté. L’opposition n’a guère mieux à offrir, mais l’ANC joue son avenir.

>>>

Non merci pas de titane, nous préférons les requins !

Une équipe de huit nageurs va parcourir 22 kilomètres le long de la côte sauvage protégée du Pondoland, dans la province du Cap oriental en Afrique du Sud, pour empêcher un projet minier de détruire un écosystème fragile.

>>>

Le Roi Lion est mort

Elevé en captivité, finir en pâté dans une boite de conserve, avoir les os broyés pour faire de la poudre de perlimpinpin pour les Chinois, la vie d’un lion sud-africain n’est plus ce qu’elle était. Longtemps proie convoitée de tous les Tartarins du monde, le roi des animaux est tombé dans les filets du mercantilisme pour qui le profit est roi.

>>>

Elections en Afrique du Sud : des candidats au-dessus de tout soupçon ?

Les élections générales en Afrique du Sud auront lieu le 8 mai 2019. Tous les partis politiques ont déposé leurs listes auprès de la commission électorale indépendante. La liste des candidats pour l’ANC, le parti au pouvoir, a soulevé bien des questions, même si les sondages le donne encore gagnant. Faute de mieux ?

>>>

Jacob Zuma et les services secrets sud-africains : un rapport explosif

Un rapport d’une centaine de pages, rendu public, apporte les preuves que les services de sécurité de l’Etat étaient d’abord au service du Président Zuma et de son entourage, en violation de la Constitution. Des têtes vont tomber et beaucoup aimerait voir Jacob Zuma répondre de ses actes devant la justice. Mais avant les élections du mois de mai prochain, est-ce envisageable ?

>>>

L’Anc n’oublie pas les femmes pour les prochaines élections, et après ?

Les élections générales en Afrique du Sud auront lieu le 8 mai 2019. L’Anc promet de faire plus pour lutter contre les violences faites aux femmes, un fléau national. En septembre 2018, on dénombrait pour la période d’avril 2017 à avril 2018, un total de 40 035 viols déclarés et 6789 agressions sexuelles.

>>>

L’ ultra droite mondialisée aime l’Afrique du Sud

L’Afrique du Sud avec son histoire tourmentée est terre fertile où (re) planter les graines de la supériorité de la race blanche. La corruption qui gangrène le gouvernement sud-africain ne fait qu’apporter de l’eau au moulin de ceux qui rêvent de revanche sur une démocratie nouvelle et encore vacillante et de reconquête sur les vieilles démocraties qui ont failli à toutes leurs promesses.

>>>

Eskom, le géant électrique sud-africain, broie du noir

A peine, le discours à la nation du Président Ramaphosa, avait-il tenté de redonner confiance à ses concitoyens en tournant la page des neuf années perdues sous l’amoncellement des scandales, de la corruption, du pillage des ressources de l’Etat, que le géant Eskom procède à des délestages, pris au piège de ses dettes colossales et d’une gestion catastrophique. Retour sur un désastre annoncé.

>>>

Commission Vérité et Réconciliation : un travail inachevé

La Commission Vérité et Réconciliation (TRC) avait demandé que plus de trois cent cas graves soient portés devant la justice, mais le parquet sud-africain vient de reconnaître qu’il n’a pas pu faire son travail à cause d’une ingérence politique. L’affaire Ahmed Timol relance la controverse.

>>>

Cafouillage diplomatique en Afrique du Sud

Cinq pays, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, les Pays-Bas et la Suisse ont envoyé une lettre au Président Ramaphosa pour lui demander d’activer sa campagne contre la corruption et mettre les coupables en prison, s’il voulait obtenir des investissements pour la relance de l’économie de son pays.

>>>

Tous les articles >>>

Les brèves

Toi aussi, mon fils

Andile Ramaphosa a reconnu avoir reçu la somme de 2 millions de rands de la firme Bosasa pour l’obtention d’un marché. Chaque jour, les révélations de l’ancien directeur de la compagnie auprès de la commission Zondo ajoutent des noms à la longue liste des membres de l’ANC qui ont accepté les largesses de Bosasa. Ces révélations vont–elles avoir un impact sur les prochaines élections, quand on apprend que la direction de l’ANC a aussi profité des largesses de cette entreprise. Le scandale Bosasa-ANC va-t-il remplacer le scandale Gupta-Zuma ? Les cadavres empilés dans les placards de l’ANC commencent à sentir mauvais. Pour le moment, la tactique qui consiste à s’excuser, à promettre de ne plus recommencer, semble plus astucieuse que celle du déni du clan Zuma. Mais l’opposition pourrait saisir l’occasion pour gagner des électeurs au mois de mai prochain.


Libération conditionnelle pour Ferdi Barnard, tueur de l’apartheid

Ferdi Bernard a été reconnu coupable du meurtre en 1989 de David Webster, un militant anti-apartheid. Ferdi Barnard était un tueur des services spéciaux de la police de l’apartheid qui traquaient les militants anti-apartheid « ennemis du régime ». La Commission Vérité et Réconciliation lui avait refusé l’amnistie et en Juin 1998 un tribunal l’avait condamné à la prison à perpétuité pour assassinat, tentative d’assassinat, possession illégale d’armes, etc. Il avait purgé 20 ans de sa peine. Le 1er mai 1889, David Webster, anthropologue de formation, étudiait les effets de la torture sur les détenus politiques. Il avait été abattu en plein jour devant la porte de sa maison. Sa compagne n’a pas fait obstruction à sa libération qui doit intervenir le 2avril prochain


Le meilleur restaurant du monde est sud-africain !

Wolfgat est un petit restaurant où vous pourrez manger pour environ 53 euros un menu qui sent bon la mer. A quelques kilomètres au nord de la ville du Cap, dans le village de Paternoster, le restaurant qui accueille pas plus de 20 convives à chaque service vient de remporter le très convoité World Restaurant Awards à Paris. Mais on est loin de la gastronomie à la française car le chef à une consigne : servir des mets simples avec des ingrédients fraîchement cueillis le long de la côte : algues, criste marines, épinards et ail sauvages, moules et berniques. Une approche minimale car « cela n’ aurait aucun sens de ramasser des herbes sauvages et puis de les transformer pour faire une sauce qui n’a rien à voir ». L’équipe qui entoure le chef est majoritairement féminin et s’est formée sur le tas.


Une vingtaine d’hommes pris au piège d’une mine abandonnée

La mine de charbon Gloria, propriété de la famille Gupta, ne fonctionne plus depuis des mois, et les mineurs n’ont jamais étaient payés. La mine abandonnée est régulièrement visitée par des voleurs de câble de cuivre. Privées de ventilation, les galeries se sont peu à peu emplies de gaz toxiques et une explosion a enseveli une vingtaine de ces hommes, six seraient déjà morts. Les secours sont freinés par la dangerosité du site et aussi par le manque d’argent. La mine devait être vendue mais le processus n’a pas abouti, il n’y a plus d’argent, ni pour payer les mineurs, ni pour secourir les voleurs




© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP