L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter


Sites partenaires



Actualités sociales
sur l'Afrique australe

Zimbabwe, des élections pour que rien ne change ou si peu

Le Zimbabwe va voter après avoir connu en novembre 2017, « un coup d’état » qui a forcé Robert Mugabe a quitté le pouvoir qu’il détenait depuis 1980. Le tombeur de Mugabe, Emmerson Mnangagwa, surnommé le Crocodile, ancien vétéran de la lutte de libération dont la légende veut qu’il ne faisait pas de prisonnier, avait promis des élections. Elles auront lieu le 30 juillet prochain.

>>>

Soweto : 16 juin 1976, la révolte de la jeunesse

Symbole de la lutte du peuple sud-africain contre le système d’apartheid, la photo de Sam Nzima, a fait le tour du monde. Hector Pieterson, porté par son ami Mbuyisa Makhubo, alors que sa sœur Antoinette Pieterson se tord de douleur, est devenu le héros de la jeunesse révoltée contre l’injustice. Mais que savons-nous du photographe ?

>>>

Ramaphoria ou les cent jours du Président Ramaphosa

Après la descente aux enfers pendant la mandature de Jacob Zuma, l’Afrique du Sud retrouve quelques couleurs avec la nouvelle équipe du Président Ramaphosa. Mais l’euphorie va-t-elle suffire à remettre l’économie sur les bons rails pour réduire le gouffre des inégalités qui dévaste la société sud-africaine ? à ressouder un parti déchiré par les factions ? à redonner confiance aux électeurs ?

>>>

Serbie, Afrique du Sud : mafias sans frontières

Georgije Gorg Darmanovic, aussi connu sous le nom de George Darmanovich, a été abattu dans la nuit du samedi 5 au dimanche 6 mai, vers 1h du matin, par des tireurs en moto dans le quartier de Novi Beograd. Un règlement de comptes entre mafieux sud-africains qui a trouvé son épilogue en Serbie. La mort de Darmanovic a choqué le monde interlope sud-africain, mais les autorités n’ont pas souhaité réagir.

>>>

Afrique du Sud : un tribunal populaire pour les crimes économiques

A l’initiative de chercheurs et d’organisations de la société civile, un tribunal pour les crimes économiques vient d’être installé en Afrique du Sud. Sa première audience : faire la lumière sur les ventes d’armes des quarante dernières années et faire le lien avec la corruption pendant et après l’apartheid.

>>>

Cyril Ramaphosa va devoir affronter la saison des grèves

L’hiver austral est traditionnellement la saison des grèves en Afrique du Sud. Elle a commencé par une grève des autobus, des manifestations contre le salaire horaire de base et se poursuivra avec les négociations annuelles de revalorisations des salaires entre syndicats et patronat. Souci saisonnier ou fin de la Ramaphosaphoria ?

>>>

Cyril Ramaphosa et l’impatience de ces concitoyens

Le Président Ramaphosa a quitté précipitamment une réunion des pays du Commonwealth pour tenter de ramener le calme dans la capitale de la province du Nord Ouest, Mahikeng. Des manifestations violentes ravagent la ville depuis deux jours.

>>>

Winnie Madikizela-Mandala : ni ange, ni démon

La mort de Winnie Madikizela-Mandela a provoqué une déferlante d’articles mettant en avant le côté sombre du personnage, en y opposant la lumière de l’icône Nelson Mandela. Le saint et la sorcière : l’image d’Epinal qui conforte les idées reçues. L’hommage de la nation sud-africaine est la meilleure réponse à toutes ces considérations.

>>>

Diesel et platine : fermeture des mines en Afrique du Sud

La mise au ban des véhicules fonctionnant au diesel, annonce des difficultés prochaines pour les mines de platine en Afrique du Sud. Ce pays produit 70% du platine mondial, largement utilisé dans les pots d’échappement des véhicules fonctionnant au diesel pour réduire la nocivité des gaz d’échappement. L’arrivée des véhicules électriques, gros consommateurs de métaux rares, change la donne.

>>>

L’Afrique du Sud fait le choix des énergies renouvelables

On parle beaucoup de la crise de l’eau, de la redistribution des terres, mais il y a une troisième question épineuse pour le gouvernement de Cyril Ramaphosa : la question énergétique. Elle vient de trouver une solution de bon sens dans le choix annoncé d’augmenter la part des énergies renouvelables.

>>>

Tous les articles >>>

Les brèves

La reine d’Angleterre arbitre dans la restitution des terres d’Afrique du Sud ?

Un groupe de citoyens du Lesotho, ce petit pays enclavé dans le territoire sud-africain, vient d’envoyer une pétition à Elizabeth II pour lui demander de faire respecter les anciennes frontières. Les « Basotho Petitioners » ont remis leur pétition à l’ambassade britannique à Pretoria dans laquelle ils demandent le respect des anciennes frontières. La Convention de Bloomfontein de 1854 avait accordé des terres aux Boers qui avaient alors formé la République indépendante de l’Etat libre d’Orange. Mais ces terres appartenaient au peuple Basotho dont le territoire s’étendait aussi sur une partie des actuelles provinces sud –africaines du Kwazulu Natal et du Cap oriental. Selon leur porte parole, le territoire basotho allaient jusqu’à la frontière du Botswana. La langue dominante dans ces régions est d’ailleurs toujours le sesotho. Pour les pétitionnaires, seule la souveraine britannique peut défaire ce que la monarchie britannique a fait. « C’est à la reine et au Commonwealth de discuter avec l’Afrique du Sud au sujet de notre pétition. Nous avons aussi donner une copie de notre pétition aux Nations unies et à l’Union européenne ».


Dix morts dans une mine de cuivre désaffectée en Zambie

La Zambie est un gros producteur de cuivre, mais avec l’effondrement du cours du cuivre en 2008, des milliers de mineurs ont été licenciés et des mines fermées. Le seul moyen pour survivre est d’aller illégalement récupéré du minerai de cuivre et le vendre au marché noir, très souvent à des gangs très bien organisés. Mais travailler dans ces mines sans aucun moyen de sécurité, c’est s’exposer à de graves dangers. Ce n’est pas la première fois que ces mines engloutissent des mineurs illégaux en Zambie, déjà en 2009 huit mineurs étaient morts dans l’effondrement d’une mine désaffectée. Avec la reprise de la demande de cuivre, le prix du cuivre a remonté et la ministre des finances espère un regain de croissance et la création d’emplois. En attendant, extraire du minerai illégalement ou voler des câbles et tuyaux de cuivre est un business très lucratif pour le crime organisé qui fournit un « revenu » aux petits voleurs de cuivre au prix de leur vie.


On nous envoie à la mort !

Les convoyeurs de fonds sont en colère et ils ont manifesté hier à l’appel de la Fedusa (La Fédération des syndicats d’Afrique du Sud) dans toutes les grandes villes d’Afrique du sud. Depuis le début de l’année 159 fourgons ont été braqués avec des fusillades mortelles pour le personnel de sécurité. « Il y a beaucoup trop d’orphelins à la suite de ces meurtres ». Les convoyeurs ont formulé un certain nombre de demandes qui pourraient améliorer leur sécurité : des fourgons blindés pouvant résister à des tirs de Kalachnikov et aux grenades ; des salaires prenant en compte la dangerosité du métier ; un renforcement des mesures de sécurité ; une formation adéquate et que les clients aménagent des lieux où le transfert de l’argent se fasse loin du public ; une aide psychologique après une attaque pour les rescapés. Les syndicats ont menacé de bloquer tout le pays si leurs demandes ne sont pas entendues dans un bref délai


Jacob Zuma menace de lâcher le morceau

L’ancien Président Jacob Zuma a comparu le 8 juin devant le tribunal de Durban pour des accusations de fraude et corruption qui remontent à 1999 pour l’achat d’armes pour l’armée sud-africaine. Jacob Zuma est l’accusé n°1 pour une accusation de racket, deux pour corruption, un pour blanchiment d’argent et douze pour fraudes . Thalès, la compagnie francaise, représentée par Christine Guerrier, est l’accusé n°2 pour une accusation de racket, deux de corruption et une de blanchiment d’argent. A la sortie du tribunal, devant ses supporters, Jacob Zuma s’est fait menaçant « …qu’ils ne me provoquent pas, je pourrai dire ce que je sais sur eux. Il faut que le répète parce que j’en ai assez de faire le type gentil » et il a redit qu’il est maintenant un retraité qui n’a pas l’argent pour payer les frais de justice. L’affaire a été reportée au 27 juillet parce que, si l’avocat pour l’Etat est est prêt à maintenir ses accusations contre Jacob Zuma et Thalès, la défense des accusés n’est pas encore prête.




© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP