L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter


Sites partenaires



Actualités sociales
sur l'Afrique australe

Bell Pottinger : communication, mensonge et gros pognon

Bell Pottinger est une agence de communication basée à Londres dont le travail consiste parfois à fabriquer des personnages vendables à une opinion publique présumée capable d’avaler de grosses couleuvres. Ses agents en Afrique du Sud ont forcé la dose et ça coince !

>>>

Pas de religion dans les écoles d’état sud-africaines

Le sujet est délicat dans un pays où près de 90% de la population se déclarent croyants d’une religion ou une autre. Le jugement rendu par le tribunal du Gauteng met les choses au clair alors que la loi laissait un flou que des autorités scolaires avaient cru bon utiliser au bénéfice de la seule religion chrétienne.

>>>

Le nouveau code minier sud-africain laisse les mineurs sur le carreau

S’il y a bien une industrie qui incarne l’exploitation des travailleurs noirs par les colons blancs depuis la découverte des richesses minières sud-africaines, c’est bien l’industrie minière. Aussi une révision du code minier était nécessaire pour redonner aux exploités une part de cette richesse, mais la troisième version de ce code ne satisfait personne et les grands perdants risquent d’être encore une fois ceux qui travaillent au fond de la mine.

>>>

Jacob Zuma sera-t-il débarqué par la direction de l’ANC ?

Les jours qui viennent pourraient se révéler décisifs pour l’avenir du Président Zuma. Le comité national exécutif de l’Anc qui se réunit les 27 et 28 mai pourrait décider de son départ à la tête du parti après l’avalanche de scandales qui ont ponctué la vie politique sud-africaine depuis la dernière réunion de la direction du parti en novembre dernier.

>>>

Le Parti communiste sud–africain réfléchit à l’après Zuma

Le Sapc a pris l’initiative de réunir plus de 230 participants, représentant 33 organisations les 19 et 20 mai pour ensemble réagir au délitement de la vie politique, à la grave crise morale, aux multiples problèmes socio-économiques et pour exiger des mesures immédiates et envisager des solutions.

>>>

Big boys don’t cry : violence et virilité en Afrique du Sud

Une vague de folie meurtrière s’est abattue sur les femmes et les enfants ces derniers temps partout en Afrique du Sud. Les compte rendu de ces meurtres d’une violence au delà de toute description posent plusieurs questions à la société africaine, de la persistance du patriarcat à la question de la culture de la violence comme marqueur de la virilité.

>>>

Eskom : colère et stupéfaction pour le retour de Brian Molefe à la direction de l’entreprise

Le retour inattendu de Brian Molefe à la tête de la compagnie nationale d’électricité provoque colère et stupéfaction dans la classe politique sud-africaine. Des partis d’opposition aux alliés de l’Anc et du parti au pouvoir même, tout le monde dénonce « la blague » qui pourrait coûter cher à Jacob Zuma.

>>>

Marikana : des excuses cinq ans après le massacre

Au cours d’un débat avec des étudiants à Rhodes University, le vice–président Cyril Ramaphosa, candidat à la succession de Jacob Zuma, a fait des excuses pour les erreurs de langage qu’il avait commises sur le conflit des mineurs de Marikana en 2012. La police avait tiré faisant 34 morts parmi les grévistes.

>>>

Transformation radicale de l’économie pour qui ?

Pas un discours du Président Zuma ou d’un membre de son gouvernement qui ne glisse la formule à un moment opportun pour attirer l’attention du public. Mais celui-ci a beau tendre l’oreille, aucune explication, aucun éclairage sur la nature de cette transformation radicale de l’économie. Une formule populiste de plus ?

>>>

Bon anniversaire Mr Le Président ! Nous sommes dans la rue !

Ce 12 avril 2017, Jacob Zuma, Président de la République d’Afrique du Sud aura 75 ans et ses concitoyens lui réservent une ovation exceptionnelle en lui demandant de quitter ses fonctions. La colère, loin de retomber après l’annonce du remaniement ministériel, s’amplifie pour obtenir le départ d’un président de plus en plus mal accepté.

>>>

Tous les articles >>>

Les brèves

L’eau : une question vitale pour l’Afrique du Sud

Plusieurs périodes de sécheresse ont montré combien la question de l’eau reste une question sensible pour l’Afrique du Sud. La demande croissante et le manque de ressources rendent le pays vulnérable et dépendant des sources hydrauliques extérieures au pays. Le gigantesque projet Lesotho Highlands Water Project doit alimenter la région Johannesburg, Pretoria en eau, mais la phase 2 avec la construction du barrage de Polihali est retardé et ne sera pas fini comme prévu en 2020. Pour Mike Muller, professeur à l’Université de Witwatersrand « Nous ne devons pas compter sur le hasard d’une bonne météo pour la sécurité en eau de milliers de gens. C’est très dangereux ». Bien que faisant partie du Plan de développement national de 2013, les appels d’offres du Ministère de l’eau ont pris du retard au prétexte qu’il n’y avait pas de propositions acceptables. Ce délai n’est pas sans susciter un soupçon de fraude et favoritisme dans le choix des constructeurs


Corruption, corrompus et corrupteurs ici et ailleurs

Chaque jour, la presse sud-africaine fustige à juste titre les corrompus qui pillent allégrement l’argent public des ministères et des entreprises publiques, les escroqueries aux contrats truqués et les appels d’offres qui ne sont qu’entourloupes au profit des initiés. Les journalistes d’ amaBhungane et Scorpio qui ont révélé les milliers de courriels compromettants entre la famille Gupta et les dirigeants du pays, the#GuptaLeaks viennent d’ajouter deux noms à la liste des entreprises étrangères qui ont versé des pots de vin pour s’assurer des marchés : l’entreprise suisse Liebherr et l’entreprise chinoise Zhenhua Heavy Industries Ltd ont versé des millions de rands pour obtenir une commande de grues pour le port de Durban.


Qu’est devenue l’Afrique du Sud de Madiba ?

En ce jour anniversaire de la naissance de Nelson Mandela, Pravin Gordhan a déclaré dans un entretien sur la chaîne d’information eNCA que Jacob Zuma devait quitter la présidence du pays.« Pour un pays qui a donné un Madiba- et je ne veux pas dire un individu , mais un collectif de dirigeants- nous devrions avoir honte de la conduite que nous avons aujourd’hui en tant que dirigeant du pays… Je pense que le président devrait partir et laisser quelqu’un d’autre diriger ce pays et redresser sa trajectoire afin que nous répondions aux aspirations que Madiba et ceux de sa génération avaient pour notre pays ». Un forum intitulé « Conférence pour l’avenir », organisé par des organisations de la société civile se réunit ce mardi 18 juillet. Makhozi Khoza, députée de l’Anc, qui a reçu des menaces de mort parce qu’elle a exprimé ses désaccords avec le Président Zuma en annonçant qu’elle voterait la motion de défiance si elle est organisée le mois prochain au parlement, y prendra la parole.


Au Swaziland le viol conjugal n’est pas un crime

Selon le document The Indigenous Law and Custom of the Kingdom of Swaziland chapitre 7, il n’y a viol que si la femme n’est ni l’épouse, ni l’amante du violeur. Le royaume de Mswati III est le quatrième pays au monde où l’on dénombre le plus de viols par habitant, 77,5 viols pour 100 000 habitants. Selon la police, 1082 viols ont été enregistrés depuis 2015. Mais le traitement réservé aux victimes est la meilleure façon de dissuader les futures victimes. Dans le meilleur des cas, dirigées vers les services d’urgence des hôpitaux, elles attendent, hagardes et ensanglantées, leur tour pour voir une infirmière. Le viol et les abus sexuels commis sur des enfants sont tout à fait courants. En 2008, l’Unicef indiquait qu’une petite fille sur trois était violée par un membre de la famille ou son propre père. En 2009, des hommes affirmaient avoir le droit de violer des enfants si leurs femmes ne les satisfaisaient pas sexuellement.

Voir en ligne : Swaziland newsletter




© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP