L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter


Sites partenaires



Actualités sociales
sur l'Afrique australe

L’Etat contre Mandela et les autres

>>>

La Commission Vérité et Réconciliation, une affaire inachevée

Il y a tout juste vingt ans, le 31 octobre 1998, Desmond Tutu remettait le rapport de la Commission Vérité et Réconciliation (TRC), qu’il avait présidé, à Nelson Mandela. La Commission se concluait par une série de recommandations pour que justice soit rendue aux victimes et à leurs familles. Vingt ans après, force est de constater que ce travail n’a pas abouti.

>>>

Juger les crimes de l’apartheid 47 ans après

Un ancien policier va comparaître devant la justice pour complicité dans la mort d’Ahmed Timol, un militant anti-apartheid mort sous la torture, le 27 octobre 1971. L’accusé prétend que la justice a trop tardé et que ses collègues étant morts, il paye pour les autres et que ces droits sont bafoués. Le procès doit ouvrir le 28 janvier prochain.

>>>

Pelote d’embrouilles pour les éleveurs de moutons du Lesotho

La laine mohair fait vivre 37000 éleveurs du Lesotho, ce petit pays enclavé dans l’Afrique du Sud. Khotsang Moshoeshoe a été arrêté par la police parce qu’il dénonce une entourloupe et que l’association qu’il préside, vient de porter l’affaire devant la cour constitutionnelle du pays et la mission de la SADC (Communauté de développement d’Afrique australe).

>>>

Pik Botha, un pingouin qui savait nager entre deux eaux

Il a été ministre des affaires étrangères du régime d’apartheid de 1997 à 1994, puis ministre de l’énergie et des ressources minières sous la présidence de Nelson Mandela. Il est mort le 12 octobre à l’âge de 86 ans. Il a été un des acteurs clés de la transition. Bon vivant, amateur de bonnes blagues, un « brave type au service d’un mauvais gouvernement » comme l’avait dit un diplomate ?

>>>

Le Président Cyril Ramaphosa a nommé un nouveau ministre des finances

La Commission Zondo ne finit pas de faire des révélations sur la corruption qui gangrénait le gouvernement de Jacob Zuma. Et même ceux, que l’on croyait incorruptibles, ont fini par avouer avoir aussi fréquenté les frères diaboliques, comme l’ancien Ministre des finances Nhlanhlha Nene. Sa démission vient d’être accepté par le Président et Tito Mboweni le remplace.

>>>

Donald Trump ne fait pas rire l’Afrique du Sud

Donald Trump est un clown dangereux et il l’a montré une fois de plus à l’Assemblée générale des Nations unies quand il a menacé de couper les aides américaines aux pays « qui ne respectent pas les USA ». L’Afrique du Sud fait partie des dix pays qui ont le plus souvent voter contre les résolutions soutenues par les USA, s’opposant frontalement à la politique américaine.

>>>

57 meurtres par jour en Afrique du Sud

Le ministre de la police, Bheki Cele vient d’annoncer devant les députés les chiffres sur la criminalité pour la période d’avril 2017 à avril 2018 et il a reconnu l’échec de ses services. L’Afrique du Sud avec 57 meurtres par jour donne une piètre image de la sécurité dans le pays. Comment expliquer ces résultats et quelles solutions pour mettre fin à ce massacre ?

>>>

Crise du platine, après le massacre de Marikana

Le platine n’est plus rentable pour cause de voitures électriques. Le moteur diesel, tant vanté il n’y pas si longtemps par les mêmes constructeurs automobiles, est voué aux gémonies. Ruée donc sur le cobalt, le nickel, le lithium et autres métaux rares. Que faire des mineurs des mines de platine ? On les licencie. Lonmin a prévu 13400 licenciements dans ses mines de Rustenberg d’ici deux ans.

>>>

#TotalShutdown : Femmes d’Afrique du Sud en colère

En ce mois d’août 2018, pas de roses pour célébrer la marche des femmes du 9 août 1956, mais les épines de la colère, des pancartes brandies par des milliers de femmes pour déchirer l’hypocrisie et dire qu’elles s’en fichent d’être aimées, mais qu’elles ne veulent plus être battues, tués, violées par les hommes de leur entourage.

>>>

Tous les articles >>>

Les brèves

Luxe et pauvreté, les deux visages de la ville du Cap

La ville du Cap, la cité-mère, est certainement la ville la plus connue et la plus visitée par les touristes du monde entier. Ses plages, ses montagnes, ses hôtels de luxe, ses villas somptueuses, ses activités culturelles font la une des revues touristiques. Les SDF sont moins présentables, pourtant ils étalent leurs cartons, leur bâches à deux pas du Parlement pour y passer la nuit. En 2015, on dénombrait 7383 personnes sans toit, ni travail vivant dans les rues du Cap. La crise économique que traverse le pays a mis à la rue des milliers de chômeurs ou de travailleurs trop pauvres pour payer un loyer, de toxicomanes ou de malades mentaux abandonnés par des services publics débordés. La ville tente de trouver des solutions et a ouvert un centre d’hébergement, Safe Space, pouvant accueillir 230 personnes et offrant des services sociaux. Mais tous les SDF n’ont pas envie d’y aller et beaucoup préfèrent la liberté de dormir où ils veulent même en risquant d’être harcelés par la police. Certains y voient même une façon de faire respecter la loi plutôt qu’un réel programme social.


Démission du ministre de l’intérieur sud-africain

Malusi Gigaba a donné sa démission et le Président Cyril Ramaphosa l’a accepté. Depuis quelques semaines la pression montait pour que le fringant Gigaba quitte ses fonctions. Accusé d’avoir menti sous serment, d’avoir accordé bien facilement la nationalité sud-africaine à la famille Gupta, d’avoir tripatouillé dans des appels d’offres d’Eskom, l’entreprise nationale d’électricité, il a fait la une des journaux ces derniers jours à cause d’une vidéo piratée le montrant en pleine masturbation. Dans sa lettre de démission, il explique qu’il le fait « pour le bien du pays et du mouvement auquel il appartient ».


Plus de latrines dans les écoles d’ici 2020

Plus de 3000 écoles sud-africaines ne disposent pour tout sanitaire que des latrines en plein champ. La mort de deux enfants, noyés dans les excréments, avait fait scandale. En 2014, Michael Komape est mort dans les latrines de son école primaire dans la province du Limpopo et en 2018, Lumka Mkhetwa est morte dans les mêmes circonstances dans son école de la province du Nord-Ouest. Ces deux provinces sont essentiellement rurales et pauvres. Le gouvernement avait annoncé un plan pour remplacer ces latrines par des sanitaires appropriés à l’âge des enfants. Les ministères de l’enseignement et celui de l’eau et de l’assainissement ont annoncé la suppression de toutes ces latrines d’ici 2020.


Arrestation de deux journalistes en Tanzanie

Angela Quintal, une journaliste sud-africaine et son collègue kenyan, Muthoki Mumo, qui travaillent tous deux pour la Commission pour la protection des journalistes ont été arrêtés par la police tanzanienne dans leur hôtel de Daar-es-Salam mercredi soir. Ils ont été reconduits dans leur hôtel ce matin jeudi 8 novembre, mais sans leurs passeports. Angela Quintal était aussi membre de amaBhungane, un organe de la presse d’investigation. Depuis l’arrivée au pouvoir en 2015 de John Magufuli, surnommé le Bulldozer, les journalistes, les bloggeurs et les militants pour les droits humains sont l’objet de harcèlement et même d’arrestations. La loi sur la cybercriminalité est source d’inquiétude car elle autorise les autorités à une surveillance sans contrôle judiciaire. AmaBhungane demande la libération inconditionnelle des deux journalistes Quintal et Mumo et une révision des lois draconiennes en Tanzanie.




© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP