L’actu par pays

Les dossiers

Les sites Internet

Qui sommes-nous ?

Adhérer à RENAPAS

Bulletin d’infos

Pour nous contacter


Sites partenaires



Actualités sociales
sur l'Afrique australe

L’armée contre les gangs des les banlieues du Cap

La guerre des gangs pour le contrôle du trafic de drogue dans les townships de Mitchell’s Plain a mis des quartiers entiers dans un état de guerre. La police qui n’arrive plus à contrôler qui ou quoi que ce soit, a reçu les renforts de l’armée. Mais est-ce le rôle de l’armée de contrôler l’espace public quand rien n’est fait pour combler le gouffre entre les pauvres et les riches ?

>>>

Il y a sept ans, le massacre de Marikana

Il y a sept ans la police sud-africaine tirait sur des mineurs en grève qui demandaient un salaire décent : 34 morts, 78 blessés, des familles dans le désespoir. Les familles de mineurs attendent toujours les indemnités promises ; aucun policier n’a été poursuivi et les politiques font le discours convenu sur la tragédie. Les compagnies minières ont surmonté le choc : le platine a de l’avenir.

>>>

Le beurrent l’argent du beurre ou comment écrémer lesressources de l’état sud-africain

La Commission Zondo qui enquête sur les malversations qui ont permis à Jacob Zuma, la famille Gupta et leurs cercles rapprochés de vider les caisses de l’Etat à leur profit, a entendu les victimes et témoins du scandale de la laiterie Estina du village de Vrede dans la province de l’Etat libre. Le dirigeant était alors Ace Magashule, aujourd’hui secrétaire général de l’ANC.

>>>

Les enfants étrangers sans papiers en Afrique du Sud

Le rapport d’une ONG, publié en juillet 2019, révèle l’extrême précarité dans laquelle vivent les enfants sans papiers. Venus du Zimbabwe, du Mozambique ou de la République démocratique du Congo, ils vivent dans les provinces du Gauteng ou du Cap occidental, les deux régions les plus riches d’Afrique du Sud, ou de la région du Limpopo, frontalière avec le Zimbabwe. Ils n’ont aucun papier, donc aucun statut et aucun droit.

>>>

Zama-zamas ou la malédiction des mines

On les appelle zama-zamas en Afrique du Sud. Ce sont les milliers de mineurs illégaux qui au péril de leur vie essaient d’arracher à la terre les restes de minerai d’or, de platine ou autres dans les mines désaffectées. Un instinct de survie dans un océan de pauvreté et de violence qui alimentent de juteux trafics internationaux.

>>>

Les Banyana Banyana et le monde du football

Pour la première fois, l’équipe féminine de football d’Afrique du Sud ou Banyana Banyana dispute la coupe du monde. Le parcours de ces joueuses pour en arriver là n’a pas été une promenade tranquille dans une société où la couleur de la peau et l’hyper-virilité restent encore des critères de réussite.

>>>

Un tiers des domestiques sud-africaines n’ont pas droit à l’assurance chômage

Un million de domestiques, essentiellement des femmes noires, ont un emploi, mais en dépit de la réglementation, 300 000, soit près d’un tiers ne sont pas enregistrées par leurs employeurs et ne reçoivent aucune indemnité en cas de chômage.

>>>

Les crimes de l’apartheid ne peuvent pas rester impunis

La justice sud-africaine vient de rejeter la demande de l’arrêt des poursuites contre Joao Rodriguez, ancien policier, soupçonné d’avoir participer au meurtre d’Ahmed Timol, militant de l’ANC, dans les prisons de l’apartheid en 1971.

>>>

Le président Cyril Ramaphosa a formé son gouvernement

Le président Ramaphosa a choisi son gouvernement dans un souci d’équilibre et de respect de ses promesses, dosage subtil entre expérience, jeunesse et parité. C’est un bon début, reste à voir si le renouveau annoncé sera mis en œuvre rapidement pour répondre aux besoins urgents de la relance économique.

>>>

Cyril Ramaphosa, l’homme de l’Aube nouvelle

Après la fébrilité de la période électorale vient l’heure du bilan, de la mise en oeuvre du programme et de ses difficultés C’est au nouveau président Cyril Ramaphosa que revient , entre autres, la lourde tâche de redonner confiance à un électorat quelque peu désabusé.

>>>

Tous les articles >>>

Les brèves

Les femmes toujours victimes du VIH/sida

Chaque jour 1000 femmes jeunes sont infectées par le VIH/ sida, principalement en Afrique de l’est et sub-saharienne. Pour Peter Sands, responsable du Fonds mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose, qui s’exprimait au Forum économique mondial réuni au Cap, la cause est connue « C’est la violence sexuelle ; les discriminations à l’éducation et les inégalités sociales qui frappent les femmes qui les rendent plus vulnérables à l’infection ». Les inégalités pour l’accès à la prévention et aux soins reflètent les inégalités sociales et économiques. Le paludisme et la tuberculose restent encore des fléaux qui touchent les populations les plus pauvres des pays les plus pauvres. Beaucoup d’argent qui devrait aller aux programmes de prévention, est dépensé pour l’accès aux médicaments.


Le passé de l’extraction minière devant la justice

Après les mineurs d’or qui ont gagné leur recours devant la justice contre les compagnies minières, c’est au tour de la puissante Anglo-American de craindre une action collective par les habitants de Kabwe, une ville minière de Zambie. Pendant des années Anglo-American a exploité une mine de plomb sans se préoccuper des effets toxiques. Des milliers d’habitants, en particulier de jeunes enfants ont des taux de plomb dans le sang alarmants. Selon le rapport de Human Rights Watch "…de 1925 à 1974 Anglo-American SA a joué un rôle majeur dans le service médical et autres services techniques de la mine et la compagnie n’a pris aucune mesure adéquate pour prévenir une intoxication de la population par le plomb ». La compagnie ne se sent pas concernée parce que la mine a été nationalisée et exploitée pendant 20 ans avant sa fermeture en 1994.


Le cobalt, un métal facétieux

Au Moyen-âge, les mineurs à la recherche d’or et d’argent l’avaient surnommé le lutin, aujourd’hui le prix du cobalt fait des soubresauts que la compagnie minière Glencore n’apprécie pas vraiment. Le prix du cobalt a chuté de moitié au mois de juillet et la solution pour ne pas perdre d’argent est de fermer les mines en République démocratique du Congo. La manœuvre est connue et pratiquée par toutes les compagnies minières : baisse des cours, baisse de la demande, on ferme et on licencie. Si le métal devient rare sur le marché, son prix augmentera automatiquement et bonjour les profits. Pourtant le cobalt est indispensable pour la fabrication des batteries pour les véhicules électriques et Glencore, voyant là un profit à faire, en produisant trop de cobalt a fait chuter les prix et pire encore le cobalt extrait été invendable à cause de trace d’uranium. Le cobalt un vrai lutin farceur !


Sale temps pour le Président Ramaphosa

Les derniers chiffres du chômage sont un souci de plus pour le président sud-africain : 29%, soit un taux presque aussi élevé qu’en 2008 quand il atteignait 29,3%. Ce sont les jeunes qui font les frais de la stagnation économique : plus d’un jeune sur deux ne trouve pas d’emplois. La croissance stagne à 2% alors qu’il faudrait au moins qu’elle arrive à 5% du PIB pour répondre aux besoins. Les transports et les mines continuent à licencier, sans que d’autres secteurs puissent absorber ces nouveaux chômeurs. La promesse de créer 250 000 emplois par an reste un vœu pieux et les syndicats ont mis en garde sur une explosion sociale. En plus des mauvaises nouvelles sur le front économique et social, les divisions au sein de l’ANC pourraient provoquer une crise politique sans précédent.




© RENAPAS
Pour nous contacter
Conception du site : AB
Site réalisé sous SPIP